Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Session criminelle de Brazzaville : poursuite de l’instruction sur le procès Jean Martin Mbemba


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 28 Mai 2018 modifié le 28 Mai 2018 - 23:04

Le procès Jean Martin Mbemba, ancien ministre de la fonction publique et de la réforme de l’Etat accusé d' atteinte à la sécurité de l’Etat et jugé par contumace, s’est poursuivi, ce 28 mai 2018, au palais de justice de Brazzaville. L'audience a été consacrée à l’audition des co-accusés.


Les quatre co-accusés au procès Jean Martin Mbemba.
Les quatre co-accusés au procès Jean Martin Mbemba.
Le quatrième jour du procès, Jean Martin Mbemba, a vu défiler à la barre lés co-accusés Jean Jacques Malela et Rolland fortuné Massamba, accusés respectivement de vol qualifié avec usage d'armes.

Dans leur déposition, les deux co-accusés ont nié les faits qui leur sont reprochés. En effet, au mois de mars 2013, le sieur Malela, accompagné de Massamba, s’est rendu dans le domicile de Tekanima Mahoungou, directeur des affaires financières à la primature dans le but de réclamer un droit suite à un travail rendu. En absence de Mr Mahoungou, il va prendre en otage le téléphone portable trouvé dans la maison de Mr Mahoungou en présence de sa femme et de sa fille.

Appelée à la barre, à titre de témoin, Mme Locko Bazoungoula, épouse de Mr Tekanima a avoué que, en date du 18 mars 2013, aux environs de 20 heures, elle a été victime d’un braquage à mains armées avec sa fille. Les deux bourreaux cagoulés, à la suite des menaces de mort, ont emportés une somme de 900. 000 francs Cfa et un téléphone portable.

Les enquêtes de police ont remonté la filière, grâce au téléphone portable, et permis de mettre la main sur Roland fortuné Mahoungou. Elles ont prouvé que ces armes provenaient de la dotation faite au ministre Martin Mbemba. La perquisition réalisée, à cet effet, a révélé la présence d’une quantité d’armes dépassant le nombre officiel octroyé à un membre du gouvernement.

A noter que, quatre co-accusés, en l’absence de Martin Mbemba, l’accusé principal ; sont à la barre. Les quatre premiers jours de ce procès ont été consacrés largement à l’audition des prévenus Malela et Massamba. L’instruction se poursuivra, le 29 mai, avec les dépositions des autres co-accusés.