Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
EDITORIAL

Tchad : Ça nous démange…


Alwihda Info | Par Freeman Djiddo - 20 Février 2018 modifié le 20 Février 2018 - 09:50


Place de la Nation à N'Djamena, le 8 mars 2012. © Abdoulaye/DIAF TV
Place de la Nation à N'Djamena, le 8 mars 2012. © Abdoulaye/DIAF TV
Disons entre nous "kousin", qu’est ce qui ne va pas dans notre pays ? Pourquoi du simple citoyen jusqu’aux hautes autorités de la République, nous ne respectons pas nos engagements ? Pourrions-nous bâtir une Nation dans cette pétaudière ? De toutes les façons, je n’ai pas de réponse pour ces multiples questions mon cher "Kousin".

Moi, je me demande finalement qui a raison au Tchad ? Les gouvernants d’un côté accusent les gouvernés d’être quelque fois en conflit avec les lois de la République en organisant une marche pacifique bien qu’interdite. Ces derniers répliquent que c’est plutôt la situation inverse car, disent-ils, la marche pacifique est constitutionnelle.

Un petit constat m’a permis de me rendre compte que nous avons tous tort dans ce chapelet de tort. "Kousin", rappelle toi, notre constitution dispose en son article 8 que : « l’emblème national est le drapeau tricolore, Bleu, Or, Rouge à bandes verticales et à dimensions égales, le bleu étant du côté de la hampe ». C’est ce qui est écrit mon cher mais, dans la pratique chacun fait à sa guise.

Même ceux chargés de veiller au respect scrupuleux de cette disposition la foulent systématiquement aux pieds "Kousin". Je voulais te dire que même le gouvernement ne respecte pas cette disposition sous un regard impuissant du conseil constitutionnel.

Dans les cabinets des ministres l’on peut voir l’emblème du Tchad non conforme qui flotte.

"Kousin", je ne t’en dis pas plus, va au cabinet du ministre de l’administration du territoire et de la sécurité publique, tu verras un drapeau : Bleu, jaune, Rouge, bordé de jaune. Est-ce que dit l’article 8 de la constitution Tchadienne ? Ce désordre constitutionnel n’émeut pas le conseil constitutionnel, ni le gouvernement. Mais quand il est question de frapper le peuple qui ne réclame que son droit, l’on va évoquer toutes les dispositions de cette même constitution torturée pour protéger ses intérêts. "Kousin" tu sais, les Anglais disent : « might is right », retiens.

Freeman Djiddo



Dans la même rubrique :
< >

Samedi 31 Mars 2018 - 19:27 Le Tchad de tous les dangers