Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
LITTERATURE

Tchad : La 4ème édition du festival littéraire plaide pour le respect de la production littéraire


Alwihda Info | Par - 16 Décembre 2017 modifié le 16 Décembre 2017 - 09:47

​La 5ème édition dudit festival littéraire aura lieu en 2018.


Le Ministre du Développement Touristique, de la Culture et de l'Artisanat, Mahamat-Saleh Haroun. Alwihda Info
Le Ministre du Développement Touristique, de la Culture et de l'Artisanat, Mahamat-Saleh Haroun. Alwihda Info
L'Association des Écrivains et Auteurs Tchadiens d'Expression Française (ASEAT) a clos ce vendredi 15 décembre 2017, au Musée National de N'Djamena, la 4ème édition du festival littéraire « Le Souffle de l’Harmattan » 2017 placé sous le thème « Littérature et unité du peuple ». Ce thème « Littérature et unité du peuple » choisi par l’'Association des Écrivains et Auteurs Tchadiens d'Expression Française (ASEAT) vise à user de la littérature, de la culture et des arts pour construire l'unité.

Ce festival se veut un combat de grandeur d'esprit en vue de nouer le dialogue interculturel à travers l'écriture pour briser les divisions à tous les niveaux, afin de cimenter la paix et l'unité nationale considérés comme des valeurs cardinales pour le développement d'un pays.

Présidant la cérémonie de clôture du festival, le Ministre du Développement Touristique, de la Culture et de l'Artisanat, Mahamat-Saleh Haroun a souligné qu’il faut mettre un peu d’exigence pour que la littérature tchadienne voit le jour et dépasse le cadre des frontières tchadiennes, tout en promettant d’apporter le soutien de son département ministériel au festival l’année prochaine.

 

« Chacun d’entre vous n'est pas venu ici écouter et assister à des discours mais poser concrètement des actes, c’est-à-dire acheter un livre. C’est ça qui permettra à nos écrivains de lutter. Il est vraiment tragique qu’en permanence, vous soyez toujours là, à écouter des discours et qu'après personne n’achète de livre. C’est ça la triste réalité », déplore le Ministre du Développement Touristique, de la Culture et de l'Artisanat, Mahamat Saleh Haroun.

De son côté, le directeur artistique du festival et par ailleurs le secrétaire exécutif de l'Association des Écrivains et Auteurs Tchadiens d’Expression Française (ASEAT), Sosthène Mbernodji appelle de toute urgence les écrivains à s’unir, à construire un cercle solide, un cadre d’épanouissement pour respecter réciproquement leur production littéraire et faire sortir la littérature tchadienne des conflits stériles, des accusations réciproques et des égoïsmes démesurés qui la tirent vers le bas.

Il ajoute que la littérature tchadienne peut être grande à condition que les auteurs la construisent.

Par ailleurs, il invite les écrivains et les participants qui ont suivi les différents ateliers et conférences à garder à l’esprit que la construction de cette institution littéraire est une tâche qui leur incombe à tous. « Nous avons un besoin de respect de notre production littéraire, et nous ne pouvons pas baisser le bras alors que le processus est si bien enclenché. J’invite chacun des auteurs et des passionnés du livre et de la littérature ici présent, à rejoindre l’ASEAT, et à apporter sa pierre précieuse à l’édification de notre littérature », déclare le directeur artistique du festival, Sosthène Mbernodji.

Pendant ces trois journées, il y a eu plusieurs activités entre autres des échanges, des ateliers, des projections audiovisuelles, des rencontres fantastiques, des lectures et déclamations de texte, des expositions de livre et des jeux-concours qui ont agrémenté la 4ème édition du festival littéraire « Le Souffle de l’harmattan ».

La 5ème édition dudit festival littéraire aura lieu en 2018.


Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur