Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad: La FAO a validé son programme d’intervention 2012-2016


Alwihda Info | Par - 2 Novembre 2012

L’objectif de cet atelier est d’informer les parties prenantes sur la définition des prioritaires de la FAO au Tchad et de valider les axes prioritaires retenus pour la période de 2012-2016.



L’atelier de validation des domaines prioritaires d’intervention de la FAO pour la période de 2012-2016 s’est tenue à Ndjamena le 30 octobre à l’hôtel Méridien. L’atelier a regroupé plus de 70 personnes venant de Ministère en charge de développement rural, des partenaires techniques et financiers ainsi que la société civile représentée par les ONG et les Associations.
L’objectif de cet atelier est d’informer les parties prenantes sur la définition des prioritaires de la FAO au Tchad et de valider les axes prioritaires retenus pour la période de 2012-2016. Au-delà des priorités déjà identifiées dans les documents de FAO, quelques points s’avèrent importants. Il s’agit de : le renforcement des structures d’appui ; le recensement général de l’agriculture ; la recherche agronomique ; les questions de l’aménagement du territoire, de la décentralisation, de microcrédits et les questions foncières ; la recherche zootechnique et vétérinaire ; la mise en place des actions de qualité et de contrôle des denrées alimentaires ; l’appui à l’émergence des filières ; la mise en place de centre national d’amélioration de race.
Par ailleurs, il y a la nécessité d’indiquer le niveau de contribution financière de gouvernement qui a beaucoup investi dans la mise en œuvre des programmes et des projets comme le PNSA… le Tchad est proche des pays qui contribuent suivant l’accord de Paris en 2005. Il a été recommandé de maintenir la concertation des agents de développement rural déjà initié et de l’élargir à tous les SG sous la direction de DG de SGG, afin de tenir compte des préoccupations exprimées par les autorités sur le cloisonnement  de l’administration lors de Forum sur le développement rural.
Pour finir, la nécessité d’anticiper de mieux gérer les risques à travers une stratégie bien élaborée ; prendre en compte la formation des agents pour la valorisation et commercialisation des productifs, développement des coopératives ; l’aspect réglementation des semences végétales et animales ; faire de la lutte contre les oiseaux granivores qui sont très destructifs comme une priorité ; élaborer une stratégie nationale de gestion de catastrophes et enfin mettre en place une réglementation en matière de biosécurité ne sont pas perdus de vue par les techniciens participant à cet atelier pour doter de FAO un programme d’intervention efficace et adapté aux conditions actuelles (climatique, politique, économique….).
Mahamat Ramadane
 Alwihda

Mahamat Ramadane
Journaliste-reporter Alwihda Info. Tél : +(235) 63 38 40 18 En savoir plus sur cet auteur