Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Tchad: Pourquoi deux super ministres écartés du gouvernement?


Alwihda Info | Par - 14 Février 2013


Par un décret présidentiel, le Président de la République a limogé deux super ministres. Il s'agit de M. Ahmat Mahamat Bachir de la sécurité publique et Bachar Souleyman de l’administration territoriale. Quelques minutes après l’annonce officielle de la nouvelle, la rue de la capitale s’est lancée dans la recherche des raisons qui ont poussé le chef de l’Etat à prendre cette décision. Les commentaires ont envahi la capitale. Dans ce pays, tout est dans la rue à tel point qu’une vendeuse de cacahuètes serait en mesure de commenter l’actualité à chaud voire livrer des informations confidentielles. Pourquoi les deux ministres ont été démis de leur fonction. On retient trois hypothèses :

1/  Les deux ministres ont payé pour l’affaire du « Commissariat » où un prisonnier a été abattu au vu et au su de la police dont les chefs ont prit la poudre d’escampette. A la suite de cet événement, le Président Idriss Déby a suspendu la police. Hier, il s’est déplacé en personne au Commissariat où se passait le recensement de tous les policiers suspendus du travail. Si la décision a été prise dès son retour de sa visite « policière », on peut supposer qu’il aurait constaté sur place quelques irrégularités ou anomalie. Soit les deux hauts responsables auraient donné des instructions à certains responsables de la commission de faciliter la réinsertion de certains de leurs protégés. Une pratique courante au Tchad. Soit ceux qui s’occupent de la commission et dont leur différend avec Ahmat Bachir est connu de toute la population, ont réussi à avoir sa tête. C’était l’occasion ou jamais.

2/ Les ressortissants de Salamat grognent depuis la formation du nouveau gouvernement. Ils se disent lésés le fait de n’avoir pas un ministre de leur région alors que le Ouaddaï en a quatre. A en croire certains responsables de la région « lésée », les hautes autorités auraient promis de remédier à l’erreur. Sachant qu’il est un peu tôt de procéder à un remaniement ministériel, l’occasion s’est présentée pour passer à l’acte. Mais pour donner l’impression qu’il s’agit bien d’une affaire relative à la sécurité, il a fallu sacrifier Bachar Souleymane.

3/ Le limogeage est en rapport avec les rumeurs concernant l'infiltartion des islamistes au Tchad.
 
Enfin, quoi qu’il en soit, il ne faut pas perdre de vue la culture TOUMAI. Tout ceux qui ont été relevés de leurs fonctions avec la mention « MIS FIN », sont revenus aux affaires avec force. Sans surprise, les deux ministres seront réhabilités.