Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tchad-Soudan : pas de rencontre à Doha


Alwihda Info | Par Djamil @ - 26 Novembre 2008 modifié le 26 Novembre 2008 - 11:23

Une rencontre prévue prochainement entre le président du Soudan, Omar el-Béchir, et son homologue du Tchad, Idriss Deby Itno (photo), au Qatar, en marge d'une conférence internationale n'aura finalement pas lieu, a déclaré mercredi un haut responsable soudanais. Cité par l'agence officielle Suna, le conseiller de M. Béchir, Mustapha Osmane Ismaïl, a affirmé que les deux dirigeants se verraient mais que "la date et le lieu du sommet n'(avaient) pas encore été fixés".


Une rencontre prévue prochainement entre le président du Soudan, Omar el-Béchir, et son homologue du Tchad, Idriss Deby Itno (photo), au Qatar, en marge d'une conférence internationale n'aura finalement pas lieu, a déclaré mercredi un haut responsable soudanais. Cité par l'agence officielle Suna, le conseiller de M. Béchir, Mustapha Osmane Ismaïl, a affirmé que les deux dirigeants se verraient mais que "la date et le lieu du sommet n'(avaient) pas encore été fixés".

MM. Béchir et Deby étaient censés se rencontrer après le rétablissement de leurs relations diplomatiques le 9 novembre, à la suite d'une nouvelle brouille de six mois.

Le porte-parole du gouvernement soudanais, Imad Saïd Ahmed, avait indiqué dimanche que les deux dirigeants devaient se voir à Doha, mais Mustapha Osmane Ismaïl a affirmé que M. Deby n'était pas attendu à la conférence.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, avec l'aide du Qatar, a convoqué un sommet sur la crise financière internationale le 28 novembre à Doha, la veille d'un sommet sur le financement du développement qui se tiendra dans la même ville du 29 novembre au 2 décembre.

Le Qatar prépare également une conférence devant réunir le gouvernement soudanais et les rebelles du Darfour, qui s'affrontent depuis 2003 dans cette province de l'ouest du Soudan.

Le Soudan avait rompu en mai ses relations diplomatiques avec le Tchad après une attaque de rebelles du Darfour visant Khartoum, affirmant que N'Djamena était derrière ce raid.

Le Tchad soutient, lui, avoir subi 28 attaques venues du Soudan, dont celle des 2 et 3 février 2008, au cours de laquelle des rebelles avaient investi sa capitale et étaient à deux doigts de renverser le président Deby.

insidethegulf.co