Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : au Sud, le désenclavement favorise l'activité économique avec le Cameroun


Alwihda Info | Par Golmen Ali - 8 Septembre 2019 modifié le 8 Septembre 2019 - 13:09


Depuis le bitumage de la route qui relie Moundou, capitale économique du Tchad et Touboro, une ville du Cameroun, un commerce de vente de fruits se développe assez bien à Moundou. Situé à Béléba, un quartier qui se trouve à la sortie vers le Cameroun, le petit marché de fruits de Bélaba comme l'appellent les habitants de la ville de Moundou, s'est peu à peu agrandit.

On y trouve des fruits tels que des bananes, plantains, oranges, pamplemousses, ananas, mandarines, avocats, tomates et aussi des tubercules comme de l'igname, des pommes de terre ou encore de la patate douce venant du pays de Paul Biya.

Les propriétaires de restaurants camerounais y trouvent même les épices de leur pays. « Ce petit marché me rappelle un petit marché de chez moi. Je peux y acheter des gingembres frais, du piment et bien d'autres épices qui me permettent d'assaisonner les mets pour garder leur originalité », explique une ressortissante camerounaise.

Les prix de ces fruits, tubercules et épices, varient de 500 à 5000 Francs CFA le tas. Les consommateurs de la ville de Moundou se sentent soulagés depuis l'arrivée de ce marché pour l'achat des aliments venant du Cameroun. 

Ceux qui pratiquent ce commerce viennent pour la plupart du grand Nord Cameroun. Ils se sont installés ici depuis quelques années et les activités marchent plutôt bien, comme nous l'affirme Hamadou, un vendeur installé à Bélaba depuis quelques années. Pour preuve, ils sont de plus en plus nombreux à se lancer dans cette activité qui fait son succès dans ce quartier prometteur de la ville de Moundou. 

Le souhait est que cette activité soit encouragée pour le bien être de la population. Un citoyen nous confie que « il faut que l'Etat revoie encore à la baisse les taxes sur ces denrées (alimentaires, Ndlr) afin que les prix soient les plus abordables pour tous les ménages ».