Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SPORTS

Tchad : la FIFA autorise la FTFA à poursuivre son processus électoral


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 4 Décembre 2020

Le 27 novembre, le ministère de la Jeunesse et des Sports a annoncé la suspension du processus de l'assemblée générale élective de la FTFA prévue le 12 décembre 2020.


Illustration © FTFA
Illustration © FTFA
La Fédération internationale de football association (FIFA) a adressé jeudi un courrier de réponse à la note du ministère de la Jeunesse et des Sports sur la suspension de son processus électoral de la Fédération tchadienne de football association (FTFA). La teneur du courrier est révélée par la FTFA.

Le courrier signé de Véron Mosengo-Omba, directeur de la division associations membres, informe que la FIFA autorise la FTFA à poursuivre le processus électoral et à tenir l'assemblée générale élective prévue le 12 décembre prochain.

La FIFA rappelle au ministère qu'il n'est pas de son ressort de suspendre le processus électoral d'une association membre. 

Selon elle, des sanctions pourraient être prises à l'encontre du football tchadien si le ministère tient à s'ingérer dans les affaires de la FTFA, qui a une autonomie de fonctionnement et gestion.

Le ministère des Sports menace d'un retrait de délégation

Selon la directrice des sports de haut niveau du ministère de la Jeunesse et des Sports, Mme. Memadji Assel Solange, une réunion de concertation avec la FTFA était prévue le vendredi 27 novembre au cabinet du ministre. 

"La FTFA s'est distinguée par son absence malgré qu'elle ait reçu la lettre d'invitation qui lui a été adressée. Nonobstant la règle de courtoisie simple, la FTFA vient de montrer sa véritable position de non-respect de la hiérarchie", a indiqué Mme. Memadji Assel Solange qui évoque une "insubordination" mettant à mal les relations entre le ministère et la FTFA. 

Le ministère de la Jeunesse et des Sports affirme également qu'il y a des multiples irrégularités constatées dans les textes de la FTFA avec des contradictions. La suspension vise à permettre de réajuster toutes les incohérences relevées et organiser "une assemblée générale inclusive, dans un climat serein et en toute transparence". 

"En cas de non respect des termes contenus dans la correspondance, le ministère se verra dans l'obligation de prendre des mesures contraignantes dont celles tendant au retrait de la délégation de pouvoirs", a précisé Mme. Memadji Assel Solange.