Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : la revue de la presse du 28 juin au 4 juillet 2021


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - Yana Abdoulaye - 4 Juillet 2021


L’assassinat du procureur d’Oum-Hadjer, l'affaire de marché fictif de 2,998 milliards de Francs CFA, le processus du dialogue national inclusif, la question des diplômés sans emploi, la réouverture du pont de Ngueli et les faits sociaux ont fait l’objets de débats dans les colonnes des journaux de la semaine.


Tchad : la revue de la presse du 28 juin au 4 juillet 2021
‘’La justice assassinée’’, titre à sa Une Hebdo. Le 23 juin dernier, un individu a tué à coups de poignard, le procureur près du Tribunal d’Oum Hadjer Ahamat Mahamat Hamba dans son bureau. Il se serait ainsi vengé de la mort en détention d’un de ses proches. Ce crime vient compléter la longue intimidation faite à l’endroit des avocats, magistrats et autres personnels et auxiliaires de la justice.

‘’Un Etat où une jungle’’, s’interroge La Voix. En moins de deux semaines, le pays est secoué par deux crimes sanglants qui confirment la détérioration du niveau de sureté et de sécurité de la société tchadienne. Pour Le Visionnaire, c’est la recrudescence de l’insécurité. ‘’Depuis quelques jours, dans les recoins et de la cité capitale ainsi que dans certaines villes des provinces, il ne se passe pas un seul jour sans qu’un crime ne soit commis sur un citoyen tchadien’’, se lamente l’éditorialiste du Visionnaire.

Pour l’Éclairage le troisième œil, la violence fait son lit à la justice. ‘’Au Tchad, plusieurs mouvements de grève ont été observés pour demander que la sécurité des magistrats et autres agents publics soient assurés, mais rien n’est fait jusqu’à l’assassinat de Ahamat Mahamat Hamba, procureur de la République près du Tribunal de grande instance du Oum Hadjer. ‘’Magistrature : Un métier à haut risque au Tchad’’, ajoute Le Potentiel. Décidément, le métier de magistrat ne paye pas des mines comme dans d’autres contrées. Au Tchad, cela rime avec la persecution, des intimidations et l’assassinat. Le meurtre crapuleux commis sur le procureur d'Oum Hadjer en dit long’’.

‘’Echappera-t-il à la justice’’, s’interroge Le Visionnaire. Empêtré dans une affaire de marché public de plus de 2 milliards de Francs CFA, pendante à la justice, le directeur général de l’entreprise Tarfé, Alhadji Brahim Djibrine Saleh, est décédé le 24 juin 2021 à Yaoundé au Cameroun. Alors que l’inspection générale d’Etat (IGE) est sur ses traces, sa mort risque de mettre fin à ce brulant dossier dans lequel, le ministre des Finances et du Budget et le directeur de la dette risquent d’être épinglés’’, constate le Journal. Pour le Haut-Parleur, il y a eu un détournement d’une somme de plus de deux milliards de Francs CFA destinés à la réalisation des travaux de réfection et de réhabilitation de plusieurs écoles dans la province du Logone Oriental.

Processus du dialogue inclusif : ‘’Un mauvais départ’’ , titre à sa Une Abba Garde. ‘’ Le ministre de la réconciliation nationale et de dialogue a entamé la négociation en vue d’un dialogue national inclusif, sur fond d’exclusion de plusieurs entités nationale importantes. Des méthodes outrageantes mises en marche par le patron dudit ministère annonce la tenue d’une assise biaisée d’avance. À dire vrai, ce dialogue en vue relève d’une pure supercherie. ‘’Ce dialogue inclusif, le tenant du pouvoir n’en veulent pas’’, annonce l’hebdomadaire Abba Garde.’’

‘’Les politico-militaires posent les conditions’’, complète Le Visionnaire. En prélude du dialogue national inclusif, une réunion préparatoire, de consultation, de concertation et d’échange avec les politico-militaires au Tchad, a eu lieu du 21 au 23 juin 2021 à Lomé au Togo à l’initiative du gouvernement togolais. Une rencontre sanctionnée par un document de quatre pages intitulé : Déclaration de Lomé. ‘’Une rencontre discrète’’, ajoute Hebdo. La capitale Togolaise a réuni les émissaires du Conseil militaire de transition (CMT) et les membres de la quasi-totalité des groupes politico-militaires pour une discussion en vue de la mise en place du Conseil national de transition (CNT). Les deux parties sous l’égide de la diplomatie togolaise, ont passé dans la discrétion la plus totale, les trois jours à échanger sur les possibilités d’organiser un dialogue national inclusif réussi et une transition pacifique’’, complète Hebdo.

‘’Il faut que le CMT associe tous les secteurs‘’, poursuite La Voix. Dans une interview accordée au consulaire de la section mine et industrie de la CCIAMA du Tchad, Akibou Djonuma jette un regard sur la situation actuelle du pays. Pour lui, ‘’c’est une situation pour nous tous’’.

‘’Mahamat Nour Ibedou reconduit’’, annonce N’Djamena Hebdo. ‘’Le secrétaire sortant de la Convention tchadienne de défense des droits de l’Homme (CTDDH), Mahamat Nour Ibedou a été reconduit à son poste, avec la plupart des membres du bureau sortant à l’issue de l’assemblée générale extraordinaire organisé le 26 juin. Le secrétaire général a pris acte de sa réélection et des mesures prises par l’assemblée générale lors des travaux. Il prend l’engagement solennel de respecter les idéaux définies dans les textes de base‘’, poursuit le journal. Mahamat Nour reconduit, six membres exclus définitivement’’, complète la Luciole.

"Les diplômés sans emploi dans la dèche", affirme La Luciole. ‘’Les diplômés se sont retrouvés jeudi 24 juin 2021, un matin pour un départ collectif en exil. Ils ont été finalement dispersés par la police qui a fait usage de force et de gaz lacrymogène. Mais ceux-ci se sont reconstitués à la bourse de travail pour la suite de l’action et définir les nouvelles stratégies’’.

"Les adieux des diplômés sans emploi’’, illustre Éclairage le troisième œil. Pour le journal, les vœux du feu Marechal du Tchad semblent ne plus avoir place dans les priorités de ses héritiers qui ouvrent grandement la porte pour ceux qui veulent partir en exil. à l’exemple des lauréats professionnels de l’éducation en instance d’intégration à la fonction publiquE.

La réouverture du Pont de Ngueli .‘’Une bouffée d’oxygène pour l’économie transfrontalière’’, informe Éclairage le troisième œil. "Le 17 juin dernier, le Tchad a réouvert le Pont de Ngueli qui lie la capitale tchadienne à la ville camerounaise de Kousseri, fermée en mars 2020, suite aux mesures prises pour la lutte contre la Covid19. "Timide reprise des activités sur le Pont le Ngueli’’, constate Hebdo. "Depuis l’annonce de l’ouverture des frontières du Tchad avec son ses voisins le 17 juin dernier, le rythme des échanges commerciaux entre N’Djamena et Kousseri peine à atteindre sa vitesse de croisière’’, poursuit le Journal.



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 31 Mai 2019 - 15:48 Tchad : un mois de mai bien sombre


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)