Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : la revue de presse de la semaine du 25 avril au 1er mai 2022


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - Yana Abdoulaye - 2 Mai 2022


Les pourparlers avec les politico-militaires de Doha au Qatar, la célébration de l’an 1 du décès de Maréchal du Tchad marqué par une levée de deuil d'Idriss Déby Itno et de la mise en place du Conseil militaire de transition, ainsi que le sport sont les faits traités par les journaux de la semaine.


C’est Abba Garde qui donne le coup d’envoi par rapport aux pourparlers de Doha : « Le canular de Doha, annonce ‘’Abba Garde''. Mahamat Idriss Déby et ses parents savent très exactement l’intérêt de la subsistance des rébellions. Le pré-dialogue de Doha qui n’était que des retrouvailles entre cousins, oncles et collatéraux est de la poudre au yeux. Le saupoudrage organisé visait à berner les autres Laoukoura participants qui ne comprennent rien du fond du business. D’autres part, les pourparlers de Doha visaient à escroquer les partenaires financiers toujours prêts à soutenir des processus fantaisistes. Du côté du gouvernement comme du côté des rébellions authentiques, l’échec a été programmée, analyse l’hebdomadaire "Abba Garde".

Pour l’hebdomadaire ‘’Le Pays'', les dés sont pipés. Les nouvelles qui nous parviennent des préparatifs du dialogue national inclusif ne sont guère rassurantes. Alors que les forces vives appellent à revoir les conditions d’organisation de cette grande messe qui permettra d’imaginer le Tchad de demain, le pouvoir lui, manœuvre pour passer en force. Comment peut-on envisager un dialogue sans les politico-militaires et l’opposition ?, s’interroge ‘’Le Pays''. Le CMT en route vers un forum dis ?, se demande également Éclairage le troisième œil. Pour ce journal, depuis la mise en place du CMT et du gouvernement de transition, il faut reconnaître qu'en dépit des répressions sanglantes des marches initiées par des organisations politiques ou la société civile en désaccord avec les méthodes actuelles de gestion du pouvoir par la junte, des efforts sont fournis pour parvenir à un consensus sur un dialogue national inclusif tant attendu. Toutefois, des inquiétudes demeurent et semblent être de plus en plus importantes, remettant en cause la volonté même de CMT de conduire à un vrai dialogue national inclusif et souverain qui doit conduire à une vrai stabilité, ajoute-t-il.

Pour ce qui de la célébration de l'an 1 du décès de Maréchal Idriss Déby Itno : "le MPS face à son destin", annonce l’hebdomadaire ‘’Abba Garde’’. Le chef-lieu de la province de l’Ennedi Est, Amdjarass, a accueilli du 18 au 20 avril dernier la délégation du MPS, ses alliés et plusieurs invités pour la cérémonie de levée de deuil du Maréchal Déby, mort en avril 2021. À cette occasion, la première pierre de construction d’un mausolée sur la tombe du Maréchal a été posée par le secrétaire général du MPS, Dr. Haroun Kabadi.

"Les errements du MPS !", s’exclame ‘’l’Observateur ‘’. Pour le journal, dans l’histoire du Tchad, jamais un des dirigeants n'a eu autant d’honneurs. Les soi-disants fidèles camarades, compagnons, amis et courtisans du défunt Déby se livrent à une compétition à en perdre le souffle. Ils rivalisent d’ingéniosité pour se faire remarquer par le jeune prince du Palais rose. Déjà de son vivant, Idriss Déby Itno a bénéficié d’autant d’honneurs et de distinction de tous genres. Des établissements scolaires, des routes, des structures sanitaires, etc, ont été baptisés au nom de celui qui a eu à gouverner le Tchad durant 30 ans et 4 mois.

La célèbre avenue Désiré Mobutu a été rebaptisée "Boulevard du Maréchal du Tchad Idriss Déby Itno". Le ridicule dans ce changement d’appellation est que le maire de la ville de N’Djamena, Ali Haroun, s’est prêté à un jeu de mots. Au lieu d’une avenue, il a préfère l’appellation de boulevard, rapporte le même journal.

Le MPS rend hommage à son président fondateur, complète ‘’N’Djamena Hebdo'’. C’est à Amdjarass, dans la village du feu Maréchal président que la cérémonie s’est déroulée. Des conférences-débats ont été organisées pour parler de l’homme, vanter sa bravoure, son patriotisme, ses réalisations, les acquis et l'héritage qu’il a laissés. Des prix faramineux à payer, ajoute l’Eclairage le troisième œil.

Un autre sujet traité est le bilan à mi-parcours de la transition fait par le président du CMT dans un message adressé à la nation. Le CMT est né pour assurer la continuité de l’État, annonce ‘’l’Eclairage le troisième œil'’. Il y a un an, le 20 avril 2021, 15 officiers généraux issus des différents corps de l’armée nationale tchadienne ont décidé de prendre en main le destin de notre pays, en formant le CMT que j’ai l’honneur de diriger », a déclaré le PCMT pour planter le décor.

Selon le journal, Mahamat Idriss Déby Itno justifie le coup d’État militaire. C’est un acte historique entrepris pour assurer la continuité de l’État, garantir la paix, la quiétude, la sécurité des populations, préserver l’intégrité territoriale du pays et sauvegarder la souveraineté internationale de la République du Tchad, à en croire le PCMT.

L’autosatisfaction du fils héritier, ajoute N’Djamena Hebdo. « Notre transition est aujourd’hui, non seulement communément saluée, mais aussi régulièrement citée en exemple pour les pays connaissant des contextes politiques similaires en Afrique et même au-delà », se réjouit Mahamat Idriss Déby.

En cela, il y a le sport. N’Djamena Hebdo nous parle de la mise à jour de karaté tchadien. La fédération tchadienne de karaté et disciplines associées (Ftkda) a bénéficié d’un appui de la Fédération mondiale de karaté (WKF) pour organiser le premier stage au niveau africain des athlètes, entraîneurs et arbitres tchadiens.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 13 Février 2022 - 23:14 Tchad : la revue de presse du 7 au 13 février 2022


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)





TRIBUNE & DEBATS