Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
Revue de Presse

Tchad : la revue de presse du 18 au 24 avril 2022


Alwihda Info | Par Tchonchimbo Ouapi Raphaël - Yana Abdoulaye - 25 Avril 2022


Bilan de la junte au pouvoir, le processus de la transition au Tchad, la crise énergétique, l'intégration de 5000 jeunes à la fonction publique et l'hommage à l'artiste Mbaïguedem Gérard ont fait couler de l'encre dans la presse la semaine dernière.


Bilan d'un an de la junte au pouvoir

Mensonge d'État titre à sa Une Abba Garde. Dans son adresse à la nation, à la veille du premier anniversaire du Conseil militaire de transition (CMT), Mahamat Idriss Deby Itno, en babillant terriblement, ne s'est pas écouté parler un instant. Toutes les questions essentielles à l'exemple de l'énergie, de la cherté de vie et de l'injustice sociale qui gangrènent l'Etat, ont été survolées. Alors que le mystère entoure les pourparlers de Doha, en bon "enfant de la balle" , Mahamat Kaka grossit l'enveloppe de l'armée et déclare illico que le dialogue national inclusif se tiendra le 10 mai prochain. Prépare-t- il la guerre, s'interroge l'hebdomadaire Abba Garde.

Un an du père et du fils, déclare Le Visionnaire. C'est la psychose générale. Une panique s'est emparée de la capitale N'djamena, en plein milieu de la journée du 20 avril 2021, lorsque la télévision nationale, brandissant l'image des 15 généraux en treillis, annonce dans une déclaration à la nation que le Marchal Idriss Deby Itno chef de l'État, président de la République n'est plus. Les institutions de l'État sont dissoutes. Aussitôt le fils remplace le père. À cet effet, un an d'absence sans Idriss Deby et un an de règne avec Mahamat Kaka. C'est finalement la continuité de la famille Itno analyse le journal. Pour l'hebdomadaire N'Djamena Hebdo : C'est un an de recul, rien de nouveau sous ce soleil tchadien, ajoute le journal. À sa prise du pouvoir il y a un an, le CMT avait promis préserver l'intégrité du Tchad, assurer la sécurité des citoyens, organiser la réconciliation nationale et les élections libres et transparentes dans un délai de 18 mois. Après 12 mois d'exercice du pouvoir sur les 18 mois, le bilan ne donne pas le sourire. L'observateur crache pour sa part que : c'est le surplace ; faire un bilan du CMT au pouvoir reviens à se demander si peuple est satisfait de la gestion politique, social, économique, sécuritaire de ce groupe de généraux, avec Mahamat Kaka comme commandant en chef, indique L'Observateur.

Le processus de transition politique

Le Tchad sur une béquille, titre à sa Une Le Phare Info. Pour notre confrère, la manifestation pacifique des commerçants devant la Primature, celle du personnel de l'Agence tchadienne de presse et d'édition (ATPE) , la démission officielle d'un policier de ses fonctions ainsi que le fracassant départ du directeur de cabinet civil de la Présidence, Abdoulaye Sabre Fadoul, qui a défrayé la chronique, sans occulter l'assassinat d'un policier part des hommes inconnus sous la gouverne de l'intrépide directeur général de la police Moussa Haroun Tirgo sont une forte alerte d'un probablement embrasement qui marquerait la balkanisation du Tchad. Ces agissements des tchadiens résultent de l'attitude peu orthodoxe du turbopropulseur (France) de Mahamat Idriss Deby au pouvoir sans respecter l'ordre constitutionnel comme principe de démocratie dont elle prétend incarner.

Kebzabo et Alhabo vendus à 1000 Fcfa diagnostique le potentiel : les opposants et activistes qui ont tôt rejoint le navire pour garantir leur retraite, au vu de la surenchère de Doha, ont l'impression de se vendre à vil prix, ajoute le journal. Dans le même sillage, une déclaration largement relayée de Mahamat Mahdi Ali, leader du FACT (Front pour l'alternance et la concorde du Tchad), laisse entrevoir la guerre : "je suis prêt à lancer une nouvelle offensive si jamais le pré-dialogue n'aboutit pas à quelque chose de sérieux. Du moment que tout le monde était venu à Doha pour essayer de régler les problèmes, on nous impose de venir comme ça, comme s'il s'agissait d'un ralliement pur et simple. Non ! Il faut qu'on revienne à la raison", insiste Mahdi, leader du FACT.

Intégration de 5000 jeunes à la fonction publique

'Encore des promesses pour berner le peuple ?", s'interroge le Visionnaire. Il sied de jeter un regard rétrospectif sur des promesses faites par le CMT depuis sa prise du pouvoir. C'est un lot de projets parfois gigantesque, bien que de kyrielles des promesses ne cessent d'être faites à chaque sortie. Pourtant, il ne reste plus que 6 mois pour que cette transition prenne fin, conclut le journal. L'intégration des 5000 jeunes est versée dans une dynamique dilatoire, affirme Abba Garde.

La crise énergétique au Tchad

Aggreko perturbe la Société nationale d'électricité (SNE), annonce le potentiel. Pour avoir suspendu sans ménagement et de façon unilatérale la fourniture de l'électricité à la SNE, cette dernière a décidé de rompre définitivement le partenariat avec la société AGGREKO. Abba Garde d'ajouter que la crise énergétique, Mahamat Kaka n'en a cure.

Culture : fora et festivals en cascade

"Que se cache-t-il derrière ces organisation ?", s'interroge Abbagarde. Ces dernières semaines, l'actualité au Tchad est dominée par l'organisation des festivals culturel et fora à caractère communautaire au Tchad. Ces rencontres communautaire cache-t-elles des intentions inavouées ? Avril semble un mois bien spécial, car de nombreuses communautés se sont données rendez-vous dans leur territoire pour promouvoir leurs cultures à travers le fora et les festivals culturels. Pendant ce temps, N'djamena pleure l'artiste Mbaïguedem Gérard, qui s'est toujours défini comme avocat des femmes et enfants. Il a tiré sa révérence dans la nuit du 9 au 10 avril 2022 du côté de l'hexagone en France.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 13 Février 2022 - 23:14 Tchad : la revue de presse du 7 au 13 février 2022


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)





TRIBUNE & DEBATS