Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : les étudiants de médecine d'Emi Koussi demandent la levée de la suspension


Alwihda Info | Par - 2 Septembre 2019 modifié le 2 Septembre 2019 - 08:03

Les étudiants de la faculté de médecine de l’université Emi Koussi appellent les autorités à lever la mesure de suspension de l'établissement d'enseignement privé.


La Faculté de médecine et sciences de la santé de l'Université Emi Koussi. © Alwihda Info
La Faculté de médecine et sciences de la santé de l'Université Emi Koussi. © Alwihda Info
L’Université Emi-Koussi (UNEK) a ouvert ses portes depuis 2001 aux jeunes désirant poursuivre leurs études supérieures. Elle dispense plusieurs formations et comprenait une Faculté de médecine et sciences de la santé jusqu'à sa suspension cette année.

Le 1er mars 2019, une commission tripartite a rendu public un rapport dans lequel elle recommande la suspension de la Faculté de médecine et sciences de la santé de l’UNEK pour plusieurs motifs parmi lesquels : l’absence des textes cadrant l’accord de délocalisation de la faculté de SFAX de la Tunisie à l’UNEK du Tchad donné par le ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ; l’inexistence d’une autorisation d’ouverture d’une Faculté de médecine à l’UNEK par le ministère en charge de l’enseignement supérieur ; l’absence d’une structure sanitaire pouvant assurer l’encadrement pratique des étudiants ; et l’inexistence d'enseignants permanents et de chefs de départements.

Retour sur cette suspension qui continue d’animer les débats. Les étudiants de la Faculté de médecine de l’Université Emi-Koussi, pénalisés par cette suspension, appellent les autorités tchadiennes à lever cette mesure pour leur permettre de reprendre les cours dans de bonnes conditions et d’aider le pays à avoir de médecins en vue de relever les défis du secteur de la santé.

Nebola Kedje Romarice, étudiante en 2ème année à la Faculté de médecine de l'université Émi-Koussi : "La suspension joue vraiment sur nous. On est à la maison, on ne fait rien. On devait composer la deuxième session et c'est arrivé. On ne sait même plus, on est démoralisés. D'après ce que le gouvernement a dit, on attend toujours à ce qu'il jette un regard sur nous".

Hainamou Fidele, étudiant en 1ère année à la Faculté de médecine de l'université Émi-Koussi : "Je tire beaucoup de conséquences négatives concernant cette suspension. Je suis à la maison, je passe toute ma journée là (...) Le fondateur de l'Université a fait venir des cerveaux pour donner des cours dans la Faculté. La qualité de la connaissances est vraiment haute et nous sommes nombreux. On attend maintenant ce que le Gouvernement va faire pour nous. Je demande personnellement au ministre de l'Enseignement supérieur et au ministre de la Santé publique de nous aider dans la levée de cette mesure car l'avenir de ces tchadiens dépend aussi d'eux."

Halala Yossia Benjamin, étudiant en 1ère année à la Faculté de médecine de l'université Émi-Koussi : "Après la suspension de notre faculté par le Gouvernement, cette nouvelle a vraiment été dure pour nous, très difficile. Là, jusqu'à présent nous sommes à la maison, sans suite, ça nous fait vraiment mal, alors qu'on a déjà fini le 1er semestre. Le 2ème semestre on a fini les cours, il reste juste à composer et puis clôturer l'année. On est vraiment attristés".

Tchenda Djimet Bagao Amina, étudiante en 2ème année à la Faculté de médecine à l'université Emi Koussi : "Je suis perturbée. Je suis là, à la maison, j'ai rien à faire. Ça empêche même la lecture, ça joue sur le quotidien. Même en famille, je ne suis pas à l'aise, je suis inquiète de mon avenir. Ce que je peut demander aux deux ministères, j'implore leur humilité afin qu'ils puissent penser à nous. En tant que parents, ils n'aimeraient pas se retrouver dans de telles situations. J'implore leur compréhension afin qu'ils puissent réouvrir notre faculté".

Djimet Wiche Wahili
Journaliste, directeur de publication. Tél : +(235) 66304389 E-mail : djimetwiche@gmail.com En savoir plus sur cet auteur