Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Tchad : les médias planchent sur la paix et la sécurité en Afrique centrale à Ndjamena


Alwihda Info | Par Georges Lawane - 25 Janvier 2022

Concernant les crises politiques en Afrique, particulièrement les situations sécuritaires la sous-région est considérée comme un maillon faible, avec plusieurs crises qui fragilisent les situations internes des pays.


L'Union des journalistes tchadiens a organisé, en collaboration avec la Fédération africaine des journalistes, une conférence de l'Union des syndicats des professionnels de la presse de l'Afrique centrale (USYPAC), sous le thème, médias, paix et sécurité en Afrique centrale, ce 25 janvier 2022 à l'hôtel Ledger Plaza de Ndjamena.

Le premier thème du jour est axé sur média et gestion des crises en Afrique centrale est présenté par Gata Nder et Abderrahman Barka. Selon Gata Nder, le contexte politique en Afrique qui semblait dynamique, au début, a connu des terribles régressions avec une succession de révisions constitutionnelles sur le tourteau de l'inégalité, de l'injustice, la répression des peuples, alors que l'Union africaine n'a pu appliquer les textes en vigueur.

Pour lui, l'Afrique a un système démocratique en panne, une gouvernance régionale affaiblie, les transition politique agitées. Gata Nder a relevé par ailleurs que les médias ont toujours un rôle important dans la période des crises et des conflits dans le monde. Car le contrôle de l'information devient un enjeu.

Les pouvoirs des journalistes et des médias de masse consistent à imposer ou à exercer un contrôle sur les débats dans l'espace, dit-il. Les médias sociaux sont perçus comme des relais remarquables dans la diffusion d'informations. Car leur émergence entraîne la circulation des informations, a-t-il, ajouté. Concernant les crises politiques en Afrique, particulièrement les situations sécuritaires en Afrique centrale, Gata Nder a souligné que l'Afrique centrale est considéré comme un maillon faible. Car l'on constate plusieurs crises qui fragilisent les situations légendaires des pays.

Codes de journalisme
Abderrahmane Barka, a pour sa part indiqué qu’en ce qui concerne le contexte politique, depuis l'indépendance, les crises politiques naissent dans la gestion des ressources publiques. La responsabilité de plusieurs crises sont internes. Pour la communication, il a précisé que les médias, dans sa liberté d'expression, peuvent diffuser des informations justes et fausses. Les informations circulées par les journalistes sont quelques fois interprétés selon l'orientation faite par le journaliste, dit-il.

Dans le cas du déroulement d'une crise, les médias prennent quelques fois parti. Et les risques s’élèvent automatiquement. Quelques fois la diffusion de certains éléments met les journalistes en conflit avec certaines lois. Même en faisant bien son travail, il est interdit au journaliste de ne pas prendre parti, ni de se comporter comme juge et de se comporter comme un policier. Il ne doit aucunement contribuer à la haine. Il peut décider de publier l'information ou pas. Mais avant la publication, le journaliste doit d'abord faire recours à l'éthique. Car il fait face à l'éthique professionnelle.

Réconciliation et paix
Abderrahman Barka d'ajouter que les journalistes doivent s'outiller des codes de journalisme pour mieux cerner les situations sécuritaires ou gérer les crises. Pour ce qui est de la violation de l'éthique, Abderrahman Barka estime que le journaliste peut s'excuser auprès de son public, de l'erreur commise. Ou encore il doit être passer par les instances d'autorégulation mises en place, pour le rappel à l'ordre.

Un journaliste ne doit pas insulter, ni citer des ethnies dans ses informations, conseille Abderrahman Barka. Il a recommandé de chercher les moyens pour revivre ou encore renforcer les organes de l'autorégulation au Tchad, pour mieux encadrer le métier du journalisme au Tchad. Au journaliste de respecter règles d'éthique et de déontologie. Denis Nkwebo, commissaire-priseur aux droits de l'homme au Cameroun, a attiré l'attention que le problème de l'autorégulation est liée à la question rhétorique.

Et concernant le problème déontologique et d'éthique, il convient de noter que la déontologie est morale. Car un journaliste professionnel doit éviter tout jugement de valeur. Il procure au public les informations pratiques. Il doit toujours être impartial. Il doit comprendre mieux que toute autre personne, les causes et les réalités d'un conflit. Sa publication doit contribuer à la réconciliation ou la paix.