Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Tchad : "quand on exige d'avoir de l'énergie, il faut payer"


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 27 Mai 2019 modifié le 27 Mai 2019 - 00:34


Le ministre du Pétrole et de l'Energie, Mahamat Hamid Koua est catégorique, "quand on exige d'avoir de l'énergie, il faut payer". Il a appelé ce samedi les abonnés de la SNE à être exemplaires et a déploré l'incivisme des tchadiens.


Tchad : "quand on exige d'avoir de l'énergie, il faut payer"
Le ministre du Pétrole et de l'Energie, Mahamat Hamid Koua, a déploré ce samedi l'incivisme des tchadiens et a appelé les abonnés de la Société nationale d'électricité à être exemplaires. "Quand on exige d'avoir de l'énergie, il faut payer", a-t-il déclaré lors d'une descente  à la centrale électrique de Djermaya, à la sous-station électrique de Lamadji et à la centrale de Farcha. 

"L'incivisme de nos consommateurs a amené la SNE à être dans l'incapacité d'honorer ses engagements, ce qui fait que les producteurs indépendants sortent du réseau. C'est une occasion pour moi de demander aux concitoyens qu'on soit tous exemplaires, qu'on soit de bons élèves. Autant on exige d'avoir l'énergie, autant il faut qu'on paye", a souligné Mahamat Hamid Koua.

3,5 milliards FCFA débloqués

Le Gouvernement a débloqué 3,5 milliards de Francs CFA pour renforcer la production électrique et atténuer les délestages.

"Nous sommes très conscients, ce qui a poussé le Gouvernement à mettre plus de 3,5 milliards Francs CFA par les temps qui courent. Vous comprenez ce que ça fait 3,5 milliards Francs CFA pour le Tchad d'aujourd'hui, si ce n'est pas une nécessité de première importance. Le chef de l'Etat s'est impliqué personnellement pour que cette question soit résolue. C'est déjà une bonne chose", a expliqué le ministre.

D'après lui, "il faut aussi prendre le mal en patience. Il fait cette année exceptionnellement chaud. Les machines arrivent à tenir difficilement. Les équipements installés, il faut les entretenir pour éviter encore des pannes graves. Il faut quand même penser à ces machines, c'est ce que fait la STE."

Des producteurs privés à la rescousse

Le producteur privé Aggreko qui dispose d'une centrale électrique mobile à Djarmaya, va relancer la production de 20 Mégawatts d'électricité pour la vendre à la SNE. Selon le ministre, "ce sont des partenaires qui produisent de l'énergie et qui vendent à la SNE. Aujourd'hui ça fait au moins trois ans que ce partenaire est en arrêt et nous avons visité ce partenaire aujourd'hui parce que le Gouvernement a mis tous les moyens."

Qu'est-ce qui expliquait l'arrêt ? Pour Mahamat Hamid Koua, ce sont les difficultés de paiement. La SNE "n'arrivait pas à respecter le paiement de ce partenaire qui a produit pour vendre à la SNE. Ce qui a causé l'arrêt. Le Gouvernement a mis tous les moyens du côté de la SNE, plus de 3,5 milliards ont été engagés pour que les travaux soient repris", a expliqué le ministre du Pétrole et de l'Energie qui a insisté sur l'exemplarité des consommateurs.