Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REPORTAGE

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi


Alwihda Info | Par Mbainaissem Gédéon Mbeïbadoum - 23 Mai 2020


Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi
Il s’appelle Batigué Dalam, âgé de 12 ans, en classe de 5ème au collège d’enseignement général de Massakory. Depuis la suspension des cours sur l’étendue du territoire par le gouvernement suite à la pandémie de coronavirus, ce jeune homme -qui habite le quartier Wandallah à Massakory- a décidé de se créer une activité pour se prendre en charge.

Interrogé sur son style de création, le jeune Batigué s'explique : « J’ai commencé cette activité depuis la suspension des cours, c’était une activité que ma mère faisait quand nous partons à l’école. C'est lorsqu'une personne faisait la commande qu'elle se lançait dans la confection. J'ai pris deux, trois jours, pour voir comment elle travaille et apprendre. Juste après ça, moi aussi j'ai commencé à m'y mettre, en faisant d'abord la même chose que ma maman ».

Malgré des difficultés dans ses débuts, Batigué n'a pas baissé les bras : "Les deux premiers que j’avais fabriqué, c’était vilain. Ensuite je me suis dis bon, je vais essayer avec le chapeau ; J’ai fabriqué un exemplaire pour moi-même et je suis sorti pour aller au marché. Sur la route, plus de trois jeunes de mes collègues du collège me l'ont arraché en disant que c'est vraiment beau. Chacun d’eux m'a demandé de lui en fabriquer un, en écrivant leur prénom dessus", explique le jeune collégien dont le talent s'est révélé auprès de ses camarades.

"Une fois rentré, j’ai dis à maman que j’ai trouvé du business*. Elle m’a demandé lequel, je lui ai expliqué. C’est ainsi j’ai emprunté un 500 Fcfa avec maman pour lancer mon business", raconte le jeune Batigué. 

Il achète son matériel au marché, auprès des commerçants. Il s'agit principalement du fil à tisser, utilisé notamment pour les nattes. "Ça se vend moins cher. Il y en a pour 100 Fcfa, 150 Fcfa, 200 Fcfa, etc, selon le besoin. Voilà comment j'ai commencé", conclut Badigué qui en a fait une activité génératrice de revenus, au-delà d'un passe temps.

Il faut savoir que non seulement Batigué Dalam se fait de l’argent mais aide sa mère et ses sœurs pour leurs petits besoins, sans demander quoi que ce soit à maman ou papa. Sa grande sœur et ses grands frères se sont joints à lui en l'aidant à confectionner toute commande et répondre aux besoins selon la demande.

Il suffit de leur amener un dessin de ce que vous désirez, que ça soit un chapeau, une casquette, des fleurs, voire des lettres et chiffres, et c'est fait. Aujourd’hui, les enfants et jeunes de quartiers sont devenus de potentiels clients. De 500 Fcfa, son activité a désormais un chiffre d’affaire de 20.000 Fcfa, sans compter les dépenses journalières en deux mois.

*Affaire

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Tchad : un jeune de 12 ans profite du temps mort pour se créer un emploi

Vidéo. Covid-19 : fermeture des établissements, que pense la jeunesse tchadienne ?