Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Togo : une zone franche industrielle bientôt créée pour les jeunes entrepreneurs


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 19 Août 2020


La ville de Lomé. Image d'illustration © Droits réservés
La ville de Lomé. Image d'illustration © Droits réservés
Lomé - Le gouvernement ambitionne sur les 05 prochaines années de créer une zone franche industrielle dédiée exclusivement aux jeunes et femmes entrepreneurs togolais. Ce projet qui consistera à accorder un statut de zone franche aux bénéficiaires, est en ligne avec la promotion de l’entrepreneuriat en général et de l’entrepreneuriat industriel des jeunes, en particulier.

Il permettra d’accroître l’activité économique nationale en boostant les initiatives des entrepreneurs nationaux. Selon les informations, un projet de simplification et de réduction des procédures, formalités, taxes et coûts sera mis en œuvre pour rendre accessible ce statut aux jeunes et femmes entrepreneurs.

De nouvelles mesures incitatives et protectrices de nature non tarifaire devraient également être à l’étude. Objectif : promouvoir la production nationale et les entreprises installées en territoire togolais. L’évolution vers la création de la zone franche industrielle destinée aux jeunes et femmes entrepreneurs s’accompagnera, apprend-on, de l’opérationnalisation complète de l’Agence de Promotion des Investissements de la zone franche (Api-ZF) et du déploiement de « E-justice » pour sécuriser davantage les investissements. 

Ce n’est pas la première action posée pour faciliter la création d’entreprises pour les jeunes entrepreneurs au Togo. Le FAIEJ, le Centre de Formation aux Métiers de l'Industrie et la Chambre de Commerce et d'Industrie du Togo (CCIT) travaillent aussi à travers diverses initiatives, à l'essor de l'entrepreneuriat industriel des jeunes. Notons que grâce à un climat des affaires sain et attrayant, le pays a enregistré 6063 entreprises au cours des six (06) premiers mois de 2020. Durant toute l’année 2019, il en a dénombré plus de 11.000 contre à 10.545 en 2018.