Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
REACTION

Tribune : Voici la solution pour vaincre le général SASSOU NGUESSO‏


Alwihda Info | Par Parfait MAVUNGU - 25 Janvier 2015


CONGO

VOICI LA SOLUTION POUR VAINCRE LE GENERAL SASSOU NGUESSO


Ô Congo, mon cher beau pays, voici maintenant près de 40 ans que tu souffres de la même MEPRISE ...
Aujourd'hui la SOLUTION est pourtant à ta portée.

En date du 05 Janvier 2015, j'ai pourtant posté un message subtil, à peine voilé ...
A ma grande surprise, même "l'élite" congolaise semble ne l'avoir pas compris, même les MEDIAS congolais se réclamant LIBRES ET PROGRESSISTES, ont fait le choix de ne pas le publier, c'est la preuve qu'eux aussi n'en ont pas saisi la subtilité et la profondeur, OU ALORS ...

Pour me faire comprendre de mes compatriotes, je suis donc obligé d'être le plus clair possible, direct et cru.

Oui, cela fait près de 40 ans que le Congo souffres d'un "mal gravissime" :
LA MEPRISE


Mes Chers Compatriotes,
L'HEURE EST GRAVE ...

Les faits sont les faits :
Quand on observe et on analyse objectivement l'histoire du Congo depuis 1977, on constate aisément qu'un seul homme, le Général SASSOU NGUESSO, a totalement dominé la vie politique congolaise.

Faire ce constat sans chercher à comprendre pourquoi : voici la plus grosse bétise de l'élite congolaise.

Comment pouvez vous combattre et penser vaincre un adversaire sans le connaître ?

Mr BAKANA KOLELAS, un des hommes politiques congolais les plus aguerris, charismatiques et témeraires a lui aussi commis la même betise : ignorer que le Général SASSOU NGUESSO est un très grand stratège.

Les médecins vous le diront : un bon diagnostique permet de traiter le mal en profondeur et de le vaincre.

A ce jour, je suis dans le regret de constater que la classe politique congolaise, est composée de personnalités nettement moins aguerries, moins charismatiques et moins téméraires que l'a été Mr BAKANA KOLELAS (qui rappelons le, a tout de même été manipulé, tel un gamin par le général SASSOU NGUESSO).

Je suis consterné de constater que cette classe politique là, commet exactement la même betise que ses ainés : ignorer que LE GENERAL SASSOU NGUESSO EST UN TRES GRAND STRATEGE.

Les même causes produisent les même effets, alors à quoi s'attendre dans la perspective de 2016 ?

JE SUIS INQUIET ...

A la classe politique congolaise :
Mettez vous bien ceci une bonne fois pour toute dans la tête ... (de ces 50 dernières années)
Le général SASSOU NGUESSO est l'un des 10 plus grands stratèges de notre continent.

Que mes compatriotes comprennent bien que je ne suis pas entrain de lui jeter des fleurs, bien au contraire, je ne fais qu'observer et analyser avec froideur et objectivité des faits incontestables.
Pour le vaincre, la première chose à faire c'est de l'apprécier à sa juste valeur

, ce n'est qu'ainsi que nous pourrions enfin savoir quelles sont les "armes" adaptées à ce "gibier", sans cela, notre échec est assuré ...

A ce titre, prenons en compte le dernier message de notre compatriote, Mme ABIA de Londres, message que je me permets de résumer en deux arguments majeurs :
"Un bon guerrier ne commet jamais la maladresse de sous-estimer son adversaire".
"Maintenant que nous avons montré nos capacités oratoires, sortons à présent nos réelles aptitudes politiques".
Mes Chers Compatriotes,
A présent je vais vous scandaliser ...
Le général SASSOU NGUESSO s'est permis de sortir une (quasi) vérité au grand jour, il a dit que lui seul est capable de gouverner le Congo.

Chose curieuse, si certains se sont sentis outrés, quasiment personne ne s'est posé la bonne question :
POURQUOI DIT-IL CELA ?

Oui, c'est paradoxal, je suis certain qu'il se trompe, tout en sachant qu'il est de bonne foi, voici pourquoi :

Ce qu'il fallait entendre

:
J'ai totalement dominé et manipulé l'ensemble de la classe politique congolaise pendant 40 ans, je ne peux donc pas accepter, qu'un de mes "minables pions" puisse gouverner le Congo de mon vivant sans mon autorisation.

Je sais que vous vous dites, moi, il ne me manipule pas ...
Voici une preuve : UN COUP DE MAITRE DE CE GRAND STRATEGE
Cet homme connait "son monde", il a prévu et anticipé les réactions de "l'opposition" congolaise.

A présent je vais vous surprendre :
Si hier le NON au changement de la constitution a été nécessaire et utile, sachez que depuis le 1er janvier 2015, le NON au changement de la constitution est dorénavant caduque et contre-productif.

Je m'explique :
Le général SASSOU NGUESSO a adapté sa stratégie, au camps du NON de comprendre que depuis le 1er janvier 2015, ils jouent désormais "sans le savoir" le jeu du grand stratège ...

Le général SASSOU NGUESSO a adapté sa stratégie, il est temps que les progressistes adaptent la leur ...
A ce jour, il est impératif que nous adaptions notre stratégie (moyen) au résultat attendu (fin).

Le résultat attendu le voici : ELECTION PRESIDENTIELLE LIBRE ET TRANSPARENTE EN 2016.
Les choses sont pourtant simples : c'est la finalité (résultat attendu) qui justifie les moyens (la stratégie).

A présent, voici la seule stratégie sûre et gagnante dans la perspective de 2016

:
(NB : si quelqu'un en a une, meilleure que celle-ci, je suis preneur)

Mes Chers Compatriotes,
L'observation de l'histoire humaine nous apprend que les grands stratèges commettent quasi systématiquement la même erreur, l'ivresse des victoires engrangées successivement, finie par les rendre aveugles au point de ne pas réaliser le moment où ils commencent naturellement à perdre pied ... Ils tombent toujours de très haut.

A la classe politique congolaise,
Sûr de son coup, anticipant votre réaction, le Général SASSOU NGUESSO, ce grand stratège a commis la betise de vous tendre volontairement la "corde" avec laquelle vous pouvez le "pendre" politiquement.

NB : CET ACTE, A LUI SEUL, EXPLIQUE TOUT ... Ce n'est pas une fatalité ... Heureusement.
Je m'explique :
En proposant à la fois le changement de la constitution et le dialogue national, le grand stratège a tendu un piège à l'opposition, en anticipant sa réaction "normale" :
- Les recommandations des 2 dernières concertations n'ont jamais été appliquées, alors pourquoi une 3 ème ?
- Pourquoi changer la constitution uniquement pour lui permettre de rempiler pour un troisième mandat ?

Si vous continuez à dire NON, sachez donc ceci :
Dans son message de voeux du nouvel an 2015, le général SASSOU NGUESSO a fixé trois rendez-vous :
- Septembre 2015 : les jeux africains au Congo,
- 2016 : élection présidentielle,
- 2017 : élection législative.

Ces dates ne sont pas là par hasard, voici le sens caché de ces dates

(ce qu'il faut comprendre) :
- 2015 signifie :
Je m'accorde encore un an de réflexion en calculant minutieusement les risques afin de décider si j'y vais moi-même ou si j'opte pour l'alternance (comprenez par là, imposer un de ses moutons à sa succession), tout en veillant à endormir toute la classe politique et à diviser "l'opposition" entre le camps du OUI et celui du NON.
Ainsi, je retarde le plus possible la tenue du dialogue pour au final tirer profit du fait accompli : trop tard pour organiser un nouveau recensement, donc pas d'élection présidentielle libre et transparente en 2016.
- 2016 signifie :
Je propose directement un référendum constitutionnel, si les conditions sont réunies, alors, j'y vais moi-même (c'est peu probable, mais notre grand stratège y croit encore, c'est son droit) ou si j'opte pour l'alternance (comprenez par là, imposer un de ses moutons à sa succession), dans ce cas, comme mes listes électorales et ma commission électorale ont déjà été validées aux élections locales, il ne me restera plus qu'a organiser un simulacre d'élection pour "nommer" un de mes moutons au poste de président (c'est fort probable).
- 2017 signifie :
Je vais les endormir tous, en faisant croire à la continuité de l'Etat.

Si le grand stratège opte pour l'alternance (comprenez par là, imposer un de ses moutons à sa succession) ...
Il avait pourtant toutes ses chances s'il s'y était mis plus tôt (encore une erreur de grand stratège égoïste et vaniteux), même à ce jour, il peut encore réussir, si les forces progressistes congolaises ne se réveillent pas.

Je rappelle aux forces progressistes congolaises que nos "amis" de l'étranger, qui nous ont apporté un coup de pouce robuste, je veux parler principalement de son initiateur Mr OBAMA et de Mr HOLLANDE qui porte ce coup de pouce avec courage, n'insistent principalement que sur une chose : l'alternance, notre grand stratège l'a bien compris, et il se dit, au pire, il me restera une solution : une "alternance" à la sauce d'Oyo.

Forces progressistes congolaises

, c'est maintenant qu'il faut agir promptement ...

C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT DIRE OUI AU DIALOGUE NATIONAL

Il ne s'agit pas d'un oui de conviction, mais d'UN OUI TACTIQUE, sachez que le leur l'est aussi.

C'est la seule solution pour exiger et obtenir une COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE.
Donnons à la commission électorale indépendante le temps nécessaire pour faire correctement son travail.

Peut-on aller au dialogue sans se faire rouler dans la farine par le grand stratège ?


La réponse est OUI ...
Il suffit d'exiger la présence d'observateurs internationaux suivants : UA, ONU, OIF, UE, USA, CPI, ...

Ces observateurs internationaux resteront jusqu'à l'application effective des conclusions du dialogue, en vue d'une élection présidentielle libre et transparente. Ainsi toute malveillance sera lourdement sanctionnée par ces institutions en bloquant les avoirs à l'étranger, en restreignant la liberté de circulation ou en "activant" la CPI.
Il appartient aux forces progressistes congolaises de prendre l'initiative de proposer des dates de début du dialogue, en écrivant directement aux institutions citées ci-dessus, en précisant bien que c'est pour la paix et la survie du Congo (la menace de sécession "sud congo" est connue de tous, ne pas hésiter à s'en servir) ... Risque certain de guerre civile généralisée "à la rwandaise" ... Des centaines de milliers de morts en perspectives.
NB : Il me semble que le chef de l'opposition au Congo, c'est Mr MIERASSA ... La compétence et l'intégrité.

Dans son message de voeux du nouvel an 2015, le général SASSOU NGUESSO a dit, je cite : "Il est évident que les affaires des congolais sont et seront réglées par les congolais eux-même, de préférence par le dialogue."
Comme le parti au pouvoir est pour le dialogue, alors, allons au dialogue le plus tôt possible.
COMME

, A PRESENT, NOUS SOMMES TOUS POUR LE DIALOGUE ...
"Il n'y aura en conséquence pas de place pour les querelles politiciennes et le déchirement."
Forces progressistes congolaises

, c'est maintenant qu'il faut agir promptement ...

C'EST MAINTENANT QU'IL FAUT DIRE OUI AU CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION

Il ne s'agit pas d'un oui de conviction, mais d'UN OUI TACTIQUE ET DILATOIRE, le leur l'est aussi.

C'est la seule solution pour exiger et obtenir une COMMISSION ELECTORALE INDEPENDANTE.
Donnons à la commission électorale indépendante le temps nécessaire pour faire correctement son travail.
NB : Je salue l'intelligence du Pasteur NTUMI qui a dit OUI au dialogue et au changement de la constitution.

En disant OUI

au changement de la constitution, ils n'auront plus d'arguments pour retarder le dialogue.
Peut-on aller au dialogue, en disant OUI au changement de la constitution sans se faire embobiner ?
La réponse est OUI ...
Il suffit d'enfermer le grand stratège dans son propre piège, en retournant ses propres "armes" contre lui, ceci, toujours, en prenant à témoins les observateurs internationaux cités ci-dessus.

Voici comment

:
Même si les raisons de modifier ou de changer cette constitution ne manquent pas ...
A ce titre, les questions soulevées par ma compatriote Mme AKOUALA d'Allemagne, sur les armoiries méritent une réponse officielle, celles de mon compatriote Mr MOUANDA MOUSSOKI, sur les langues nationales, sont toutes aussi pertinentes ... Pour ne citer que ces deux là.

Ce OUI au changement de la constitution peut rassembler aussi bien ceux qui sont pour ne rien changer que ceux qui souhaite une simple modification ou un changement pur et simple, pour la simple raison que :

CE OUI EST UN OUI TACTIQUE :
Il permet d'aller rapidement au dialogue pour une élection présidentielle libre et transparente en 2016.

CE OUI EST UN OUI DILATOIRE :
Tel un moratoire, il permet de geler nos divergences (maintien, modification ou changement), en allant rapidement au dialogue afin que l'élection présidentielle de 2016, soit réellement libre et transparente.

En 2016, juste après l'élection présidentielle libre et transparente, nous retrouveront le loisir de polémiquer et de nous diviser sur le maintien, la révision ou le changement de la constitution ...

POUR L'INSTANT, TOUS ENSEMBLE, OPTONS POUR :

UN OUI MASSIF POUR LE DIALOGUE ET LE CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION

.

POUR CONCLURE :

LA SOLUTION

LE CONSENSUS NATIONAL SUR LA CONSTITUTION ET LE DIALOGUE

NOUS SOMMES TOUS POUR LE DIALOGUE ET LE CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION


Dans son message de voeux du nouvel an 2015, le général SASSOU NGUESSO a dit, je cite :
"L'ELECTION LEGISLATIVE C'EST EN 2017"

Sans céder

"ni à la frénésie, ni à l'impatience", nous déclarons solennellement ceci :
COMME NOUS SOMMES TOUS D'ACCORD POUR CHANGER DE CONSTITUTION,
ET COMME CELA NECESSITE L'ELECTION D'UNE ASSEMBLEE CONSTITUANTE, ALORS :

L'ELECTION LEGISLATIVE DE 2017, SERA DE FAIT, L'ELECTION DE LA

CONSTITUANTE.
OUI AU DIALOGUE ET AU CHANGEMENT DE LA CONSTITUTION ...


- Allons rapidement au dialogue pour que l'élection présidentielle de 2016, soit réellement libre et transparente,
- Les recommandations du Dialogue sur la constitution seront transmises au présidium de la future Constituante.

En effet, le peuple congolais a trop souffert de l'instabilité institutionnelle, c'est pourquoi, c'est un devoir national que la prochaine constitution congolaise soit à la hauteur de nos attentes et de notre ambition pour le Congo du 3 ème millénaire, il est donc indispensable que le travail préparatoire ne soit pas fait dans la précipitation.

Comme l'a bien dit le général SASSOU NGUESSO : "ne pas céder ni à la frénésie, ni à l'impatience"
L'élection de la Constituante c'est en 2017, "on a le temps de la voir arriver. Travaillons d'abord"
Ainsi, CONTINUITE DE L'ETAT OBLIGE, le travail préparation sur la nouvelle constitution débute dans la mandature actuelle, et il appartiendra au président élu en 2016, de promulguer la nouvelle constitution.
A présent que le CONSENSUS NATIONAL a été trouvé, le dialogue national peut commencer, l'ensemble des partis politiques et la société civile du Congo, peuvent s'y mettre dans la paix et la sérénité.

"Il n'y aura en conséquence pas de place pour les querelles politiciennes et le déchirement."
VIVE LE CONGO
VIVE LA NATION
VIVE L'ETAT DE DROIT

Excellente année 2015 ... Buanana à tous.
Parfait MAVUNGU

Préadministration
BP 60125
35701 Rennes Cedex 7

Téléphone : +336.05.61.50.18
Email : parfaitmavungu@gmail.com