Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Tunisie: Kadafi considère Ben Ali toujours le président légal


Alwihda Info | Par Alwihda Info - 16 Janvier 2011 modifié le 15 Janvier 2011 - 23:54

Comme tous les leaders des pays arabes qui gouvernent leurs pays en mains de fer, le leader libyen Mouammar Kadhafi semble très inquiet par ce qui s'est passé en Tunisie, un pays voisin, dont le pouvoir était autoritaire.


En costume noir, signe de deuil ou de solidarité avec son homologue déchu l'ancien président tunisien, le colonel libyen s'est montré à la télévision libyenne, où il n'a pas manqué de pavoiser sur la situation en Tunisie. Un coup il appelle les tunisiens au calme, un coup il refuse de reconnaître la chute de Ben Ali. "Il a été légalement élu, normalement on doit le laisser finir son mandat ou provoquer un référendum", a tenu à souligner un guide libyen très marqué par la chute brutale d'un homologue dictateur. Cette intervention télévisée intervient peu après un entretien téléphonique avec le président déchu, Zine El Abidine Ben Ali, qui a trouvé refuge vendredi soir à Jeddah, en Arabie Saoudite.


Comme tous les leaders des pays arabes qui gouvernent leurs pays en mains de fer, le leader libyen Mouammar Kadhafi semble très inquiet par ce qui s'est passé en Tunisie, un pays voisin, dont le pouvoir était autoritaire.



En Tunisie comme en Libye, la presse est musulée et aucun critique en direction du guide n'est autorisé. Si en Tunisie on procède aux élections présidentielles "truquées", en Libye la démocratie occidentale est considérée comme une trahison et les élections présidentielles n'ont jamais eu lieu et ne sont même pas à l'ordre du jour. 
Le vent de la démocratisation soufle t-il au proche orient? d'aucuns analystes n'écartent pas la reproduction de la révolution de la rue tunisienne dans certains pays arabes comme la Jordanie, le Maroc et j'en passe... Il appartient donc aux pays arabes de se convertir à la vraie démocratie avant d'être balayés par la révlution de la rue.
Par Rose Habib