Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Un terroriste islamiste s'exprime sans état d'âme


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 26 Novembre 2017 modifié le 26 Novembre 2017 - 22:12

Dans cet oasis, le terroriste prisonnier Abdel rahman Almismari de nationalité libyenne a souligné lors de l’interview être resté avec son groupe plus de quatre mois sans être détecté par la police égyptienne.


Pour la première fois, le micro est tendu à un terroriste islamiste pour s’exprimer librement. Ce n’est pas n’importe quel terroriste. Il s’agit du seul rescapé d’un groupe des 17 terroristes responsables du massacre des 59 policiers égyptiens dans le désert égyptiens de Alwaha à une centaine de kilomètres de la capitale égyptienne.

Dans cet oasis, le terroriste prisonnier Abdel rahman Almismari de nationalité libyenne a souligné lors de l’interview être resté avec son groupe plus de quatre mois sans être détecté par la police égyptienne. Almismari dit ne rien regretter ; « j’ai tué, je ne regrette rien, je n’ai aucun état d’âme et Dieu me récompense pour avoir tué ces gens », c'est en ces termes que le terroriste défend les crimes que son mouvement commet.

Quand avez-vous intégré le groupe terroriste ?

Almismari : J’ai participé au renversement de Gadhafi avant d’intégrer en 2014 le groupe « Majlis Moujahidine Alchoura »

Avez-vous effectué une formation ?

Almismari : En Libye, nous n’avons pas besoin d’effectuer une formation puisque tout le monde sait manier les armes.

Alors vous avez participé aux combats et tué ?

Almismari : Effectivement j’ai tué et j’ai posé des bombes contre les soldats du général Haftar.

Vous êtes étranger, quand avez-vous décidé et qui vous a convaincu de venir combattre en Libye ?

Almismari : c’était Cheikh Hatim, un combattant égyptien spécialiste dans la fabrication et la pose des explosifs. C’était vers la fin de 2015.

Pourquoi avez-vous prêté allégeance à ce groupe ?

Almismari : Quand le groupe Bet Al Mukhadas a prêté allégeance à l’Etat islamique DAECH, Cheikh Hatim l’a quitté.

Vous n’êtes pas de l’Etat Islamique ?

Almismari : pour nous l’EI est un traître qui n’a rien avoir avec l’Islam. Nous sommes d’Alqaïda qui a des objectifs clairs et précis contre l’Amérique et Israël. 

Les gens trouvent que vous êtes tous des assassins et puis comment une personne peut vous convaincre à aller combattre et perpétrer des massacres ?

Almismari : Non, nous ne sommes pas des assassins ni des amoureux de la mort. Mais oui nous tuons. Contrairement à DAECH nous ne tuons que des soldats et des policiers qui nous combattent.

A quelle date êtes-vous entrer en Egypte ?

Almismari : Nous avons quitté un après midi la ville libyenne du sud de Derna et avons fait plus d’un mois pour arriver en Egypte.

Pourquoi avez-vous passé tout ce temps ?

Almismari : Nous étions 14 à bord des trois véhicules mais nous avons eu des pannes et des crevaisons.

Et vous n’avez rencontré aucune force sur votre passage ?

Almismari : non, à part un groupe des trafiquants Toubou avec lequel nous nous sommes affrontés. Nous avons tué l'un d'entre-eux et saisi des armes.

Dites nous combien de temps avez-vous passé en Egypte et quel était votre objectif ?

Almismari : nous avons campé plus de quatre mois dans le désert égyptien sans attirer la moindre attention de la sécurité égyptienne. Notre objectif était de créer une base qui sert de point focal d’entrainement et recruter des égyptiens. Sur place notre chef avait des contacts grâce auxquels nous avons eu des nouvelles recrus.

En Egypte, il y a plus de 102 millions d’habitants ayant choisi démocratiquement  le pouvoir en place. Ils n’ont pas besoin de vous pour venir les libérer. Et puis, votre cause doit être en Libye qui se trouve dans le chaos et non en Egypte.

Almismari : notre cause est sacrée et universelle, nous n’avons pas de frontière et la lutte que nous menons doit se faire partout où se trouvent les terres de l’Islam. L’objectif est d’instaurer la Charia partout au Monde en combattant les ennemis de l’Islam : l’Amérique, Israël et leurs valets. En Libye, il y a assez des groupes de Moudjahidines qui assument bien leur mission alors il est de notre devoir de réveiller les gens en Egypte qui son encore inconscients de la situation.

Vous êtes cinglés. Vous vivez dans un autre globe. C’est comme quelqu’un sans diplôme qui fait des opérations chirurgicales en prétendant être un médecin. En Amérique, il y a plus de 6 millions de musulmans qui vivent sans problème et n’adhèrent pas à votre idéologie. Ils ne considèrent pas l’Amérique comme ennemi. Que dites vous maintenant aux familles des policiers que vous avez tués ? Ressentez vous un regret ou un remord ?

Almismari : Je n’ai rien à leur dire et je ne ressens aucun regret puisque nous défendons une cause où l’affection n’a pas de place.

Vous imaginez la situation dans laquelle vous allez vous retrouvez si ces familles vous voient ?

Almismari : (long silence et regard fixe) oui je sais, ils vont me dévorer et c’est une réaction normale. 

Ne regrettez vous pas votre acte après la mort de tous vos camarades de lutte ?

Almismari : du tout. Ce sont des Chouhada ayant sacrifié leur vie pour la cause sacrée.

Vous êtes le seul à survivre. Combien de jours étiez-vous en cavale dans le désert après la mort des 16 de vos camarades ? Et pourquoi avez-vous ouvert le feu sur les forces de l’ordre ? qu’est-ce que vous pouvez faire seul contre les forces de l’ordre ?

Almismari : j’ai survécu trois jours sans nourriture, ni eau. Nous défendons notre cause en combattant, pourquoi se rendre!
 
Entretien basé sur la réalisation de Imadeldine Adib

Rédaction et Traduction assurée par le centre d'études pour le développement et la prévention de l'extrémisme (CEDPE) N'Djamena tel: 00235 92335316 mail: yacoubahmat00@gmail.com