Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Une vague d'actions en amont de la COP26 pour la fin du financement des énergies fossiles


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 30 Octobre 2021


Entre le 29 octobre et le 6 novembre, 350.org et des alliés dans chaque région du monde vont déchaîner une vague de plus 120 actions coordonnées dans 26 pays ciblant les institutions financières qui continuent de soutenir l'industrie des combustibles fossiles. Ces actions expriment le sentiment collectif d’urgence du public et montrent que les gens prennent leur avenir en main pour arrêter le financement criminel des combustibles fossiles qui tuent les populations mondiales en ce moment même, et pour exiger la justice climatique.

De Manille à New York en passant par Sao Paulo, Nairobi, le Pacifique, Londres et le reste de l’Europe, nous serons des milliers à descendre dans la rue et à protester devant le siège de quelques-unes des plus grandes banques et institutions financières du monde. Notre but ? Les contraindre à ne plus verser un cent à l’industrie fossile et à mettre leurs fonds au service d’une transition énergétique juste, en aidant les nations les plus vulnérables à lutter contre le chaos climatique. Des protestations créatives, dont des peintures murales et des projections, seront organisées et des commémorations rendront hommage aux victimes déjà nombreuses de la crise climatique.

Actions prévues par région et pays:

Afrique : une série de 11 actions est prévue en Afrique; elles ciblent les Présidents, les délégués des pays qui seront présents à la COP26, la Banque africaine de Développement (AfDB), la Société néerlandaise de financement du développement (FMO), la Banque de développement d’Afrique du Sud (DBSA) et Total - et divers évènements auront lieu, entre autres : des actions se déroulant dans la rue en Côte d’Ivoire, art de la rue et une action twitter au Togo, et la remise d’une lettre au Président sénégalais pour la fermeture de la centrale à charbon de Bargny.

Europe : en Europe, au moins 12 actions créatives et perturbatrices se dérouleront dans plusieurs des plus grands centres financiers, dont Londres, Paris, Francfort, Zurich, Bruxelles et Amsterdam. Ces actions auront notamment pour objet de cibler la Banque d’Angleterre, Deutsche Bank, le Credit Suisse, Barclays, la Banque HSBC et les banques françaises qui financent Total.

États-Unis : les organisateur·trice·s aux États-Unis se rassembleront en personne et en ligne lors de 22 actions au moins pour demander que la Réserve fédérale, les banques Chase et Citibank cessent de financer les combustibles fossiles et tiennent compte des risques climatiques.
Asie : les jeunes organisateur·trice·s dans tous les pays d’Asie mènent des actions, à la fois en ligne et hors ligne, dans 7 pays différents. En Malaisie, on prévoit un webinaire, un groupe de discussion et une projection de film sur les femmes autochtones qui résistent face aux pertes et préjudices liés aux impacts des changements climatiques.

Turquie : les volontaires et les groupes locaux organiseront des séances de photos le 5 novembre ; on prévoit également la diffusion d'une lettre auprès des organismes financiers pour leur demander de désinvestir du charbon, ainsi qu’une action ciblée à l’encontre de la centrale à charbon d’Hunutlu..

Pacifique : les Guerriers climatiques du Pacifique présenteront la Déclaration #Youth4Pacific sur les dérèglements climatiques à la COP26, qui sera accompagnée d’un défi de 7 jours comprenant la préparation de pancartes, des selfies sur tiktok et Instagram, un rassemblement en ligne contre les investisseurs d’Adani pour exiger de couper les vivres aux promoteurs du chaos climatique, et une formation sur l’autonomisation des jeunes.

Amérique latine : les populations autochtones et les environnementalistes vont unir leurs forces lors d’une action directe pour remettre en question le scénario de l’écoblanchiment que reproduit la plus grande banque d’investissements d’Amérique latine, BTG Pactual, qui ne cesse de vanter ses actions pour « l’écologie » alors qu’elle investit des milliards de dollars dans l’exploration des fossiles dans l’Amazonie brésilienne.