Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Vingt ans de prison requis contre Antonio Ferrara


Alwihda Info | Par Abdel Ahmat - 4 Décembre 2008 modifié le 4 Décembre 2008 - 22:22

Karim Achoui, l'avocat parisien accusé de complicité dans l'évasion spectaculaire du braqueur en 2003, pourrait écoper quant à lui de sept ans de prison ferme.
L'heure du réquisitoire a sonné dans le procès Ferrara, un procès-fleuve dont les dé


Vingt ans de prison requis contre Antonio Ferrara
Karim Achoui, l'avocat parisien accusé de complicité dans l'évasion spectaculaire du braqueur en 2003, pourrait écoper quant à lui de sept ans de prison ferme.

L'heure du réquisitoire a sonné dans le procès Ferrara, un procès-fleuve dont les débats ont été sans cesse contrariés par des incidents. Une peine de 20 ans de réclusion criminelle a été requise devant la cour d'assises de Paris à l'encontre du braqueur surnommé "le roi de la belle", pour sa spectaculaire évasion de la prison de Fresnes, le 12 mars 2003. Dans une action sans précédent, un commando de plusieurs hommes avait libéré à coups d'armes de guerre et d'explosifs Antonio Ferrara, condamné pour meurtre et attaques à main armée. Plus de 80 impacts de balle seront relevés par les enquêteurs dans les deux miradors visés par des rafales de tirs. Ferrara sera finalement repris en juillet 2003.

Contre Karim Achoui, l'avocat parisien accusé de complicité, l'avocat général Jean-Paul Content a demandé 7 ans d'emprisonnement ferme. Dans la matinée, Anne Vosgien, l'autre avocat général, avait fustigé l'avocat, ancien conseil de Ferrara, «incapable de jauger de quel côté il se trouve» entre le camp des voyous et celui de leurs défenseurs. L'accusation a cependant abandonné contre lui les charges de «complicité de tentatives d'assassinats et complicité de destruction de biens par explosifs». Karim Achoui a toujours clamé son innocence.

Dix ans ferme ont été requis contre Hocine Kroziz, l'ancien surveillant de Fresnes accusé d'avoir fourni de l'explosif et un téléphone portable à Ferrara. «Que penser d'un surveillant qui a commis la trahison ultime et reste indifférent au risque qu'il a fait courir à ses collègues?» a lancé Anne Vosgien.

Pour les 18 autres accusés, sont requises sept peines de 18 ans de réclusion criminelle et des sanctions allant de quatre mois à 15 ans de détention. Un seul acquittement est demandé.

Le verdict est attendu la semaine prochaine.

Source:
http://www.lefigaro.fr/