Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

BDEAC : un résultat net de 9,8 milliards FCFA en 2020


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 10 Juin 2021

Le Conseil d’Administration de la Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) s’est réuni le 9 juin par visioconférence, sous la présidence de Ludovic Ngatse, ministre délégué aux Finances et au Budget du Congo.


Le Conseil d’Administration s’est félicité de la bonne tenue des activités de la BDEAC en 2020, malgré un contexte sanitaire difficile marqué par la COVID-19. Le conseil a notamment relevé une forte progression de demandes de financements (63 en 2020 contre 18 il y a 4 années). 19 financements ont été approuvés pour un montant de 186 milliards de FCFA qui ont permis la création de 4.600 emplois et impacté 24 millions de personnes par le financement de la lutte contre la COVID-19. En outre, la BDEAC a décaissé en 2020 un montant de 118 milliards de FCFA en faveur des opérateurs économiques de la CEMAC, contre 49 milliards de FCFA décaissés en 2019. Les administrateurs se sont également réjouit du volume des ressources mobilisées par la Banque en 2020 (249 milliards de FCFA) ainsi que la bonne qualité du portefeuille dont les créances performantes représentent 96,8%.

Examinant les comptes clos de l’exercice 2020, le Conseil d’administration a d’emblée relevé les bonnes performances réalisées par la Banque malgré le contexte marqué par la pandémie de la COVID-19. En effet, les activités déployées en 2020 se traduisent par un résultat net bénéficiaire de FCFA 9,8 milliards, soit 153% des prévisions budgétaires.

Le Conseil a ensuite examiné et approuvé 10 propositions de financement pour un montant de plus de FCFA 182 milliards. Ces nouveaux financements portent à un montant sans précédent de FCFA 733 milliards, le total des engagements de la BDEAC depuis la mise en œuvre du Plan Stratégique 2017 -2022 dont l’objectif initial était de FCFA 500 milliards. Ceci traduit une performance historique largement en dépassement des prévisions.

Les nouveaux engagements pris concernent aussi bien le secteur public que privé, couvrant des domaines aussi variés que le transport, l’énergie, l’agriculture et l’agro-industrie, l’industrie, la santé, l’éducation, les services et le tourisme urbain, l’eau et l’assainissement et les finances. Globalement, la réalisation de ces projets aura de nombreux impacts socio-économiques dans la sous-région : (i) amélioration des conditions de vie des populations, (ii) réduction du chômage à travers la création d’emplois, (iii) contribution à l’accroissement du PIB des Etats, entre autres.

Selon la BDEAC, "ces projets sont en parfaite synergie avec les plans de développement nationaux des pays de la CEMAC et avec son Plan Stratégique 2017 -2022".