Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun /Cacao/café : les avantages des ventes groupées


Alwihda Info | Par - 13 Novembre 2019 modifié le 13 Novembre 2019 - 06:37

Avec l’appui du Projet Assainissement de la commercialisation interne du cacao et du café (Pa3c), acheteurs et producteurs négocient le prix du kilogramme, dans le cadre des coopératives agricoles.


Le ministère du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana (au centre) au centre de groupage d’Ambam.
Le ministère du Commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana (au centre) au centre de groupage d’Ambam.
L'amélioration de la qualité des produits de base et de leur commercialisation est un objectif majeur poursuivi par les responsables du ministère du Commerce du Cameroun. Au cours de la cérémonie de vente groupée du cacao le 5 novembre 2019 à Ambam, environ 32 000 tonnes de cacao ont été écoulées au Centre de groupement de la ville par la coopérative Ntum-Ayon.
A cette occasion, le ministère du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana a fortement déconseillé aux producteurs, la déforestation et le travail des enfants dans les plantations. Et à l'issue des négociations entre trois acheteurs, c’est l’offre de la société Telcar Cocoa qui a gagné la mise en proposant le kilogramme de cacao à 1220 FCFA, au détriment des Ets Ndongo et d’Olam Cam. Ce prix est nettement mieux que celui en vigueur en Côte d’Ivoire (825) et au Ghana (920), les deux premiers producteurs en Afrique.
En dépit de la chute de près de 40% des cours mondiaux observés par le passé, le gouvernement a pris des mesures allant dans le sens du développement de la filière cacao. Il y a entre autres, la réduction de moitié de la redevance cacaoyère qui est passée de 150 à 75 FCFA. Dans le même ordre d’idées, le Conseil interprofessionnel du cacao et du café (CICC), l’Office national du cacao et du café (ONCC) et le Projet assainissement de la commercialisation interne du cacao et du café (Pa3c), organisateur de la vente groupée d'Ambam (région du Sud), après celle de Biakoa (région du Centre) le 18 octobre dernier, mènent des actions probants sur le terrain. Cela étant, il faut faire face au vieillissement des planteurs et des plantations, et combattre sans cesse les acheteurs véreux encore appelés « coxeurs ».
En ce qui concerne le soutien à la commercialisation du café, 64 tonnes ont été vendues à 380 Fcfa le kilogramme à Nguelemendouka, dans la région de l’Est le 8 novembre dernier. C’était au cours d’une cérémonie de vente groupée présidée par Ndoping Michael, directeur général de l'Office national du cacao et du café (Oncc), représentant du ministre du Commerce, en présence des autorités administratives, des producteurs et des acheteurs.
Au cours de cette opération motivée par la situation de mévente du café, il a été évoqué les mesures gouvernementales visant à soutenir les caféiculteurs de cette localité. Il s’agit de la remise en marche des usines, de l'organisation de ventes groupées de café et de la signature récente d'un protocole d'accord entre le gouvernement et les producteurs. Pour relancer la caféiculture, l’Etat compte sur les régions de l’Est et de l'Adamaoua, tout en fournissant des efforts pour augmenter la productivité.