Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
SCOOP

Cameroun:Le Directeur adjoint du cabinet civil et le SG du RDPC cités dans un assassinat manqué de deux journalistes


Alwihda Info | Par - 26 Juin 2018 modifié le 26 Juin 2018 - 06:33

Samedi dernier, 23 juin 2018, deux journalistes ont été distinctement et sauvagement brutalisés à Dimako dans le département du Haut-Nyong, région de l’Est Cameroun, à 313,5 km de Yaoundé la capitale politique du pays ; par un gendarme et des militaires ;à l’occasion des obsèques de Janvier Mongui Sossomba, Maire de Dimako, Président de la Chambre d’Agriculture(CAPEF), Membre du Bureau Politique du RDPC, Chef de la Délégation Régionale Permanente du parti au pouvoir pour l’Est.


Le journaliste Sylver Ngodebo, directeur  de publication du Mensuel « Expression Direct » agressé par le garde du corps du SG du RDPC
Le journaliste Sylver Ngodebo, directeur de publication du Mensuel « Expression Direct » agressé par le garde du corps du SG du RDPC
Du sang comme du jus de tomate samedi dernier à Dimako. Le sang du  journaliste Sylver Ngodebo, directeur  de publication du Mensuel « Expression Direct »  et celui  de son confrère Julien Sanzié du Bimensuel « Tel Quel » ont abondamment imbibé  la terre rouge de la commune de Dimako .
En effet, jusqu’à ce mardi matin, 26 juin 2018, les deux journalistes sont encore sous soins  intensifs. Selon Sylver Ngodebo, le premier infortuné, rencontré par le correspondant de alwihdainfo.com: « Alors que je me trouvais dans la résidence du Ministre-Directeur adjoint du cabinet civil de la présidence de la république, Monsieur Oswald Baboke, près des stands apprêtés  sur sa cour pour accueillir les invités au couvert, à la suite des obsèques de son père, juste à côté de moi dans un angle, mon attention et mon flair de journaliste ont été attirés par une scène tout à fait insolite. Je surprends le garde du corps du Ministre  Jean Nkuete, l'actuel secrétaire général du comité central du RDPC qui  était aux prises avec un monsieur, entrain de percevoir de l'argent des mains de ce dernier, qui le suppliait à  voix basse de tout faire pour lui permettre de rencontrer son patron, le Secrétaire Général du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais ; à fin d'assurer son entrée  en politique comme futur maire...de  je ne sais de  quelle commune. J’ai vue au cours de leurs échanges et surtout vers la fin, le Marechal des logis chef Belinga, le garde du corps de Monsieur le Secrétaire Général du Comité Central du RDPC  lever la tête vers moi. S’étant  rendu compte que j’étais justement à proximité de lui et me reconnaissant  comme journaliste, il m'a intimé l'ordre de m'éloigner davantage d'eux et surtout ne voudrait pas entendre parler, dans les journaux,   de ce qui vient de se dérouler sous mes yeux alors qu'il avait le dos tourné. Surpris par sa réaction, je lui ai rétorqué que je ne n’étais pas chez lui encore moins dans le domicile de son patron et que  je n'ai aucun ordre à recevoir de lui. Suite à ma réponse, il a foncé publiquement et sans ménagement sur moi, d'abord tenant des propos injurieux, puis essayant sans succès de m'empoigner et balancer dans une rigole. Ceci s’est passé au grand étonnement des invités intrigués par  sa réaction. Ce dernier a par la suite, pendant que je tentais d’expliquer ce qui se passait aux témoins de la scène, les origines de son courroux envers moi, le Maréchal des logis Belinga a cette fois, devant l’assistance, foncé sur moi avec un vers de whisky en main qu’il m’a frappé et je me suis retrouvé avec  la lèvre inférieure déchirée, la bouche totalement saignante, une mâchoire avec des dents qui menacent de tomber. J’ai aussi des vives douleurs au niveau du crane. Depuis samedi, je n’arrive pas à me nourrir, ni a boire de l’eau. Vous voyez comment je suis devenu méconnaissable. J’ai établi un certificat médical et je compte saisir les autorités compétentes afin que justice soit rendue. Je profite de cette occasion pour solliciter le soutien des organisations corporatistes pour sauver la démocratie et la liberté de la presse de plus en plus menacées au Cameroun. Je demande au organisations internationales telles que Reporter Sans Frontiers,Comité de Protection des Journalistes,Média Defence et autres de prendre cette situation au sérieux. Je prends l’opinion à témoin sur les dérives de certains hommes en tenue au Cameroun. Nous les journalistes camerounais, on a l’impression que le Président Paul Biya nous a totalement oubliés. Voyez ce qui vient de m’arriver, c’est une grave violation des droits de l’homme sur ma personne » ; éclate en sanglot Sylver Ngodebo.
Le même jour et à la même occasion, un autre journaliste, Julien Sanzié du Bimensuel « Tel Quel » s’est retrouvé dans un camion militaire qui faisait la navette entre Dimako et Bertoua entre 19h et 20heures. Selon un témoin qui a requis l’anonymat : « Sanzié s’est retrouvé dans le camion où il était accompagné de quelques confrères qui ont pu débourser 500 Fcfa chacun pour être transportés dans ce véhicule militaire. Chemin faisant, un malentendu tout à fait anodin entre le journaliste et les militaires a dégénéré. Le malentendu c’était au niveau de la capacité du journaliste à passer les épreuves de recrutement militaire. Au lieu de démontrer par des arguments verbaux, deux militaires se sont jetés sur le journaliste avec les coups de pieds, les ceinturons, l’intimant l’ordre de se taire que de raisonner les militaires. Cette scène s’est produite pendant que le camion roulait à vive allure. Le journaliste Julien Sanzié s’en est sorti avec le nez saignant, la face enflée, le bras et le pied également enflés avec des douleurs vives » ; a-t-on appris des témoins.
Joint au téléphone lundi, Julien Sanzie se trouvait encore dans un centre de santé de Bertoua. Il déclare avoir, au cours de cet incident, « perdu 77 000 Fcfa,un  téléphone androïde, un dictaphone et ses clés ».Sylver Ngodebo, lui, reste sous soins intensifs dans une clinique de yaoundé.
Jusqu’à lundi soir, le correspondant d’Alwihdainfo.com a tenté sans succès de joindre le maréchal de logis Belinga et quelques militaires ayant participé à la violence sur le journaliste Julien Sanzié. Nous y reviendrons.
 

Ismael Lawal
Correspondant d'Alwihda Info à Yaoundé, Cameroun. +237 695884015 En savoir plus sur cet auteur