Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun/Régions anglophones: Paul Biya envoie un convoi humanitaire


Alwihda Info | Par - 29 Décembre 2019

100 camions transportant des vivres, des kits sanitaires et du matériel de couchage ont été acheminés le 28 décembre dernier en faveur des déplacés internes du Nord-ouest et du Sud-ouest.


Cameroun/Régions anglophones: Paul Biya envoie un convoi humanitaire
En sa qualité de ministre de l’Administration territoriale, autorité chargée du Plan d’assistance humanitaire d’urgence pour les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, que Paul Atanga Nji a convié les journalistes à un point de presse samedi dernier. Ceci avant la mise en route, depuis l’hôtel de ville de Yaoundé, d’un important convoi de produits destinés aux populations des régions du Nord-ouest et du Sud-ouest. il a ainsi fait le bilan des deux années du Plan d’assistance humanitaire d’urgence décidé par le président Paul Biya, en faveur de ces populations affectées.
Dans le cadre de celui-ci, le gouvernement a déjà accordé assistance à plus de 160 000 déplacés internes dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, et à plus de 10 000 déplacés internes dans les autres régions (Ouest, Centre et Littoral). Par ailleurs, le ministre de l’Administration territoriale et ses collaborateurs ont déjà effectué plus de 103 descentes sur le terrain. Et depuis six mois, il a été organisé un convoi de plus de 5 000 familles ayant volontairement accepté de rentrer dans les régions anglophones, le calme revenant progressivement dans leurs localités. Malheureusement, « depuis un certain temps, des hommes politiques véreux, des ONG manipulées par les détracteurs du gouvernement et certains partenaires animés de mauvaise foi, laissent croire auprès des instances internationales que la situation dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest conduirait à une crise humanitaire au Cameroun », a relevé le ministre Paul Atanga Nji.
D’après ces « comploteurs », il y aurait environ 600 000 déplacés internes dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. « Je tiens à préciser que le Cameroun à ce jour n’a que 152 000 déplacés internes dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, et environ 6 à 9 000 déplacés internes dans les autres régions (Ouest, Littoral, Centre et Adamaoua dans une moindre mesure) », a déclaré le ministre de l’Administration territoriale. Le gouvernement a évalué l’assistance aux déplacés internes à 12,7 milliards de FCFA pendant deux ans, alors que certains des partenaires humanitaires du Cameroun annonçaient une enveloppe de 36 milliards de FCFA. Si le gouvernement reconnaît le caractère de neutralité de ses partenaires, cela n’exclut pas la transparence. Mais dans la région du Sud-ouest par exemple, les forces de défense et de sécurité ont interpellé une ambulance d’une agence humanitaire censée transporter des blessés, qui en réalité étaient de dangereux terroristes recherchés par les forces de défense et de sécurité. Plus grave encore, cette ambulance contenait trois kalachnikovs et deux caisses de munitions.
Pourtant, selon les normes internationales décrites par l’ONU, l’action humanitaire dans un pays est d’abord de la responsabilité primordiale du gouvernement concerné. Les agences humanitaires peuvent seulement venir en appui des actions décidées par le gouvernement. Sur le terrain, la situation est sous contrôle et les déplacés internes continuent de bénéficier de la grande attention du président de la République. Il faut rappeler qu’au mois de juin dernier, le chef de l’Etat avait déjà envoyé un convoi spécial d’aide humanitaire de 60 camions en faveur des déplacés internes dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest.