Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Cameroun : Trois trafiquants fauniques au tribunal à Douala


Alwihda Info | Par - 18 Novembre 2018 modifié le 18 Novembre 2018 - 21:18

Il y a un an, ils ont été arrêtés en possession de 158 défenses d'ivoire, plus de 1000 kg d'écailles de pangolin, 124 têtes de perroquets et plus de 1300 plumes de perroquet.


Cameroun : Trois trafiquants fauniques au tribunal à Douala
Le 23 novembre prochain, trois trafiquants se présenteront à nouveau devant le tribunal de première instance de Bonanjo (Douala) pour répondre aux accusations de détention et de mise en circulation illégales de milliers de produits issus de la faune. Ils ont été arrêtés en possession de 158 défenses d'ivoire, plus de 1000 kg d'écailles de pangolin, 124 têtes de perroquets et plus de 1300 plumes de perroquets il y a un an. C’était au moment où ils chargeaient la marchandise de contrebande à bord d'un camion qui se dirigeait vers le Nigeria.
L’opération a été menée dans le quartier du « Bois de Singes » à Douala par le Groupement Mobile d’Intervention (GMI), suite à des enquêtes qui, selon une source proche de l’affaire qui a requis l’anonymat, ont fourni des preuves suffisantes des activités des trois individus. Les débats se poursuivaient au sujet de l'affaire qui sera entendue pour la dixième fois. L’organisme d’appui à l’application de la loi sur la faune, LAGA, assiste techniquement les responsables de la faune dans le suivi du dossier. Les témoins devront prendre la parole lors de l'audience pour témoigner au procès qui tire bientôt à sa fin.
Selon la loi sur la faune, quiconque est trouvé en possession d'une partie ou de la totalité d'une espèce sauvage protégée est considéré comme ayant tué ou capturé l'animal. Il encourt dès lors une peine de prison pouvant aller jusqu'à trois ans. La destination des produits et les quantités impliquées indiquent un trafic très organisé, avec Douala comme centre de collecte des produits provenant de différentes régions du pays. Une variété de produits en si grandes quantités n’est pas très courante, car quand ils vendent en gros. Les trafiquants n’ont généralement qu’un seul produit, ceci selon des spécialistes de l'application de la loi faunique qui évoquent un lien probable entre le trafic d'ivoire et d’écailles de pangolin.
Les trafiquants d'ivoire tirent profit de leurs compétences acquises de longue date dans la gestion de grandes cargaisons pour s'engager dans le trafic de pangolin qui nécessite ces connaissances en matière de grandes cargaisons. L'expertise nécessaire dans la dissimulation du transport de l’ivoire est clairement adaptée à la manipulation des écailles de pangolin. Les hausses de prix d’écailles de pangolin sur les marchés asiatiques attirent les trafiquants d'ivoire dans le secteur des écailles. Certains trafiquants d'ivoire se sont lancés dans le trafic d'écailles de pangolin, ou ont simplement ajouté le trafic d'écailles à leur compte. Cela ne peut constituer qu’une très mauvaise nouvelle pour les organismes chargés de l'application de la loi, car les trafiquants d'ivoire sont parmi les plus outillés du secteur et sont très difficiles à pourchasser et à arrêter.