Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique: L'agenda secret de Nicolas Tiangaye et Nguendet


Alwihda Info | Par RCA.Alerte236 - 17 Décembre 2013

Des Observateurs avisés ont été surpris de voir que Mr Tiangaye n’a manifesté aucune volonté de rentrer, dans les plus brefs délais, dans son pays. PIRE ENCORE, les journalistes en France ont convergé vers lui afin d’avoir des nouvelles de son pays. Ses réponses ont été évasives, et à la question de savoir s’il avait au moins pu discuter avec le Chef d’Etat de la Transition Mr Djotodia, la réponse de Tiangaye fut encore plus déconcertante ; la voici : « Non, je n’ai pas eut le Chef d’Etat de la Transition au téléphone, car j’ai téléphoné en vain ». – Attendez ! de qui se moque t-on là ? – MOI CITOYEN LAMBDA, je crois savoir que le 1er Ministre a en sa possession les numéros de téléphone d’au moins 15 personnes faisant partie du Cabinet du Chef d’Etat de la Transition. – Une chose semble être sûre : Le Sieur Tiangaye a eut un comportement qui pose problème et suscite une forme aggravée de suspicion. - Le 1er Ministre sortant avait-il des informations que nous n’avons pas ? - Pensait-il que le régime Djotodia allait être écourté ce jour de 05 décembre 2013 ? – Avait-il un agenda secret ? – Espérait-il que le coup du 05 décembre allait réussir à écarter Djotodia, et que l’Armée française allait le ramener à Bangui dans un avion Transal comme ce fut le cas de Dacko en 1979 ?


Nicolas Tiangaye, le 7 janvier 2013, à l'aéroport de Bangui. AFP PHOTO / SIA KAMBOU
Nicolas Tiangaye, le 7 janvier 2013, à l'aéroport de Bangui. AFP PHOTO / SIA KAMBOU

Session Extraordinaire au CNT pour un débat public

« Cher Patriarche Barthélémy Boganda, ce soir au pied de ta tombe, je viendrai te conter une histoire incroyable mais vraie sur ce que sont devenus les hommes politiques qui sont sensés gérer la Transition en cette Année 2013 ».

Après les évènements des 05, 06 et 07 Décembre 2013, les Citoyens Lambda que nous sommes sont en droit de se poser cette question : « Y a-t-il des Hommes d’Etat à la tête du Pays ? ».

POURQUOI cette interrogation ?

Parce que lorsque les choses ont chauffé et que des centrafricains étaient entrain de entre-tuer et mourir par centaine. Du TRIO à la tête de la Transition (Djotodia / Nguendet / Tiangaye), nous avons observé et retenu plusieurs manquements notables.

Maintenant que le PM est rentré à Bangui, que le Président du CNT est sorti de sa cachette dorée et que grâce à l’Armée Française les populations vivent de moins en moins dans la terreur, MOI CITOYEN LAMBDA, j’ai décidé de monter au créneau et dénoncer les faits en expliquant clairement au Peuple les choses.

Sur ce qui s’est passé, voici les reproches que le Citoyen Lambda fait aux 2 autres personnalités de la Transition.

Messieurs du TRIO, un petit conseil : - Soyez intelligent et n’essayez même pas de dire que MOI CITOYEN LAMBDA, ce que j’avance ici est faux. Ce serait une grave erreur de votre part, car je pourrais en dire encore plus, mais je crois qu’avec le peu ici annoncé, vous avez compris que je sais ce que vous savez.

Chers Conseillers Nationaux : - Le Peuple attend de vous que vous fassiez votre travail et que la méritocratie soit mise en avant dans le pays de Boganda. - Saisissez l’opportunité qui vous est offerte ici et mettez la pression sur qui de droit afin qu’ils fassent le job pour lequel ils sont payés.

Le cas du Premier Ministre

Cher Patriarche Barthélémy, pendant que la RCA était au bord du chaos et que les centrafricains mourraient sous des balles et des machettes, le 1er Ministre de la Transition qui a des pouvoirs étendus a brillé par sa carence. – Pourquoi suis-je si catégorique ? – Voici ma réponse :

- La gestion des affaires de l’Etat en tant que 1er Ministre obéit à des règles et des principes précis que l’occupant, du dit poste, doit appliquer. Il se trouve que le Sieur Tiangaye a gravement failli à cette manière intelligente de réagir face à des situations et événements précis. Je m’explique : Moi, CITOYEN LAMBDA j’observe tous les jours comment les autres 1er Ministre, dans le monde, réagissent face à une situation dramatique ou catastrophique qui touchent leurs pays.

- Il y a quelques mois, un train s’était renversé et a causé la mort d’une vingtaine de personnes. Le 1er Ministre du dit pays, qui était à ce moment là à une importante Réunion de Chefs d’Etat et de Gouvernement s’est excusé auprès des autres et à immédiatement quitté la réunion. Il a pris un avion et est rentré dans son pays. – Et ce type d’attitude noble se voit partout dans le monde.

- Le jeudi 05 décembre 2013, Bangui la capitale centrafricaine a connu des incidents graves faisant plus de 400 morts. – La bonne attitude et la compassion aurait dû naturellement commander à Mr Tiangaye, 1er Ministre de son Etat, de s’excuser auprès des autres présents au Sommet de l’Elysée, de sauter dans le premier avion à destination de Douala ou Brazzaville, car il y a un vol tous les jours au départ de Paris pour l’une de ces capitales voisines. – De là, il louait un petit avion et revenait rapidement sur Bangui afin d’être auprès du Peuple.

- 1ère Constatation : Notre Nicolas National, n’a pas daigné prendre ses responsabilités à cœur ; il a préféré rester tranquillement, au chaud, en France et suivre les évènements devant son poste téléviseur. Rien qu’avec cela, MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je demande sa démission immédiate. – Pa r ailleurs, je suis convaincu que si Mr Tiangaye avait eut le bon réflexe que n’importe quel 1er Ministre au monde aurait eut, à savoir quitter le Sommet et revenir immédiatement sur Bangui, cela aurait marqué les esprits de la Communauté Internationale, et que la France n’aurait pas décidé d’envoyer 1600 Hommes mais plutôt 2000. - Et que l’Union Africaine n’aurait pas décidé d’envoyer 6000 Soldats mais ce sont 9000 qui auraient dû immédiatement mobilisés.

- A ce moment là, il fallait marquer le coup et MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je suis sûre que la Communauté Internationale aurait immédiatement mis la main à la poche pour garantir le financement de toute l’intervention en RCA et ce jusqu’aux élections générales.

- Notre Nicolas National, 1er Ministre sortant, ne sait vraiment pas saisir les opportunités afin de braquer le maximum de caméra et d’attention sur la situation en Centrafrique.

- 2ème Constatation : Des Observateurs avisés ont été surpris de voir que Mr Tiangaye n’a manifesté aucune volonté de rentrer, dans les plus brefs délais, dans son pays. PIRE ENCORE, les journalistes en France ont convergé vers lui afin d’avoir des nouvelles de son pays. Ses réponses ont été évasives, et à la question de savoir s’il avait au moins pu discuter avec le Chef d’Etat de la Transition Mr Djotodia, la réponse de Tiangaye fut encore plus déconcertante ; la voici : « Non, je n’ai pas eut le Chef d’Etat de la Transition au téléphone, car j’ai téléphoné en vain ». – Attendez ! de qui se moque t-on là ? – MOI CITOYEN LAMBDA, je crois savoir que le 1er Ministre a en sa possession les numéros de téléphone d’au moins 15 personnes faisant partie du Cabinet du Chef d’Etat de la Transition. – Une chose semble être sûre : Le Sieur Tiangaye a eut un comportement qui pose problème et suscite une forme aggravée de suspicion. - Le 1er Ministre sortant avait-il des informations que nous n’avons pas ? - Pensait-il que le régime Djotodia allait être écourté ce jour de 05 décembre 2013 ? – Avait-il un agenda secret ? – Espérait-il que le coup du 05 décembre allait réussir à écarter Djotodia, et que l’Armée française allait le ramener à Bangui dans un avion Transal comme ce fut le cas de Dacko en 1979 ?

- MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, j’exige que le 1er Ministre soit convoqué et entendu par les Conseillers Nationaux au CNT et que des explications soient données, en direct, sur les ondes de la Radio Nationale afin que nous ayons des explications claires sur ces dérives sus-indiquées.

Cher Patriarche Barthélémy, tu conviendras avec Moi qu’en Homme d’Etat Responsable, le 1er Ministre aurait dû revenir immédiatement sur Bangui pour assumer ses responsabilités vis-à-vis du Peuple Centrafricain et de l’Etat. – Contrairement à toute attente, notre cher Avocat National alias Premier Ministre a préféré rester en France boire son Whisky, manger sa semoule, tout en dégustant ses petits fours au Sommet de l’Elysée. – Où se trouve en cet Homme le véritable sens des responsabilités liées à la fonction de Premier Ministre ?.
Nous connaissons tous la réponse : - Il n’en a pas ou il ne sait pas faire. Eh bien dans ce cas, il est préférable qu’il retrouve son Cabinet d’avocat et qu’il retrouve sa clientèle, ses plaidoiries et son poste au Barreau de Bangui. – Là est sa véritable place. – Il n’aurait d’ailleurs jamais dû la quitter. Un bon Avocat n’est pas forcément un bon 1er Ministre. Avec la jurisprudence « Nicolas » maintenant nous le savons et on le nous la fera plus.

En conséquence, MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, j’exige le licenciement immédiat du Premier Ministre Tiangaye. Les canaux neuronaux de ce dernier ne sont pas assez développés pour ce type de réaction rapide et immédiate. Il a raté ce jour de 05 Décembre 2013 l’occasion d’être un Grand Homme d’Etat. Son licenciement, avec le passif accumulé depuis quelques mois, dans le manque flagrant d’exercice de ses fonctions, est donc mérité. S’il a encore un peu d’honneur, il prend les devants et dépose lui-même son tablier.

C’est certainement un très bon Avocat, mais ce n’est certainement pas l’homme qu’il faut à ce poste-là dans la situation transitoire de la Centrafrique de 2013.

Le cas du Président du CNT

Le Jeudi 05 décembre 2013 matin, notre Cher Nguendet, 2ème personnalité de la République en charge donc de prendre les commandes de l’Etat en cas de vacance du pouvoir, si quelque chose de fâcheux arrivait au Sieur Djotodia, n’a rien trouvé de mieux (peureux comme un lapin) que d’aller se planquer à la Fomac de M’poko. Même si tongana mbéto ni a kè tongana gnè, au bout de 2 heures de temps, tu te ressaisis et tu te dis : « Merde, je suis quand même la 2ème Personnalité du pays ; il faut que j’appelle le Chef de l’Etat pour prendre de ses nouvelles et savoir comment nous organiser pour gérer collégialement cette crise » ; ce qu’aurait fait n’importe quel Président de l’Assemblée, même celui d’une République bananière. – Cher Patriarche Barthélémy, c’est avec le cœur serré et les larmes aux yeux que je t’annonce que le Sieur Nguendet est resté pendant 48 heures sans manifester le moindre signe de vie. Pensait-il que le régime Djotodia allait rendre l’âme ? Avait-il un agenda secret ? - Le pauvre Djotodia a dû se débrouiller tout seul ; et s’il lui arrivait quelque chose ces 5, 6 décembre 2013, avec un 1er Ministre à l’étranger et un Président du CNT introuvable, d’après vous qui allait prendre le pouvoir à ce moment-là ; certainement pas un civil……….. !!! - ET qu’est ce que cela aurait donné aujourd’hui avec un homme en tenue militaire venu d’où je ne sais…….. ?????

Cher Patriarche Barthélémy, je vais demander publiquement par cette déclaration que le Sieur Nguendet, se présente devant ses pairs Conseillers Nationaux et qu’il éclaire le Peuple. Je sais qu’il va prétexter qu’il a perdu son téléphone ; OUI mais il en a habituellement trois(3). – Pourquoi, je dis habituellement ? – Ah !, pour cela il faut que je te raconte comment il a plus ou moins discrètement atterri au Camp Mpoko de la Fomac.

Ainsi, le Jeudi 05 décembre 2013 au matin, quand les anti-balakas et les Séléka étaient entrain de massacrer violemment Ton Peuple, le Sieur Nguendet pris une moto-taxi pour aller se réfugier à la Fomac. Arrivé à proximité des lieux, les jeunes du quartier qui l’avait reconnu lui arrachèrent des mains un téléphone portable et une mallette dans laquelle il y avait plusieurs millions de Francs cfa et ils le laissèrent se rendre à la barrière donnant accès au Camp de la Fomac. – Cher Patriarche, je puis t’assurer que ce fut NOEL pour ces 3 jeunes, car dans la mallette saisie, il y avait de quoi nourrir tous les habitants du Quartier pendant plusieurs jours. – Devant ses pairs du CNT, il serait bon qu’il nous explique d’où venait une telle somme.

Bref !.. le plus grave ce n’est pas l’argent mais plutôt l’abandon du poste avec le fait accablant qui est qu’il a sciemment refusé de donner de ses nouvelles ou prendre des nouvelles du Chef de l’Etat de la Transition. Devant sa bière importée qu’il sirotait tranquillement au Camp, il est resté inapte et spectateur des événements dramatiques qu’ont connu le pays. En agissant ainsi, Il a donc volontairement depuis cet instant-là décidé de devenir un simple citoyen.

ALORS, ce que MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je recommande ici c’est de respecter la volonté du Sieur Nguendet et de le relever et de le décharger de cette fonction de Président du CNT car il n’en est plus digne depuis ce Jeudi 05 décembre 2013 ; ce fut un mauvais casting et nous le regrettons.

Fort de ces informations, que faut-il faire ?

Cher Patriarche Barthélémy, ces 2 autres têtes de la Transition ont exprimé une incompétence avérée, l’heure est grave et les sanctions doivent tomber. - Le Chef d’Etat de la Transition ou certains Membres du CNT doivent demander la tenue d’une session extraordinaire de l’Assemblée afin que le PM et le PCNT répondent aux questions des Conseillers Nationaux. Qu’ils expliquent le pourquoi du comment qui justifierait leurs comportements.

« En conséquence, MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, Porte-voix des Sans Voix, je m’interroge et je constate que ces 2 personnalités n’ont pas la carrure d’Homme d’Etat. – De ce fait, si nous voulons réussir cette Transition et remettre le pays sur les rails conduisant le pays vers un avenir prometteur, il serait judicieux que d’autres Fils du Pays soient désignés pour remplacer les 2 défaillants. – AINSI :

a) En ce qui concerne la Présidence du CNT, les Conseillers Nationaux devront siéger et élire, dans les plus bref délais, un Nouveau Président et Bureau

b) Pour le 1er Ministre, nous demandons solennellement au Médiateur de la Transition de faire une première sélection et de nous proposer 3 Noms ? – Ces 3 Candidats devront se présenter devant le CNT et en séance publique Radio diffusée, chacun devra défendre sa candidature.- Il est dit qu’à période exceptionnelle, mesure exceptionnelle ! – Une Transition est-elle une exception : OUI ! - Eh bien, adoptons cette approche démocratique pour désigner notre Futur 1er Ministre. - A l’issue de cet entretien d’embauche, le CNT choisira un Nouveau 1er Ministre que le Chef de l’Etat de la dite Transition nommera et avec qui, collégialement, nous formerons un nouveau gouvernement qui devra respecter la feuille de route.

Centrafricaine, centrafricain, je reprends ici pour une compréhension commune, la dite « Feuille de Route ».
  • Restaurer la paix et la sécurité des personnes et des biens ; A CE JOUR, rien de tangible n’est à mettre au crédit de ce gouvernement
  • Veiller à la protection des populations civiles à travers tout le territoire de la République Centrafricaine ; A CE JOUR : NADA
  • Assister les personnes déplacées et favoriser leur retour et leur réinstallation ; A CE JOUR, zéro au compteur
  • Veiller au respect strict des droits de l’homme, du pluralisme et des libertés des citoyens ; A CE JOUR, la cécité gouvernementale a atteint des sommets digne d’être répertorié dans le Guinness des Records.
  • Préparer et organiser un référendum Constitutionnel ainsi que des élections présidentielles et législatives libres, démocratiques, transparentes et régulières ; A CE JOUR, il n’y a même pas un début de commencement
  • Réorganiser le secteur de la défense et de la sécurité ; A CE JOUR : NADA
  • Réorganiser l’Administration Territoriale ; A CE JOUR, rien : car c’est trop leur demander
  • Poursuivre la réforme du système judiciaire ; A CE JOUR, rien car cela n’arrange pas leurs affaires
  • Poursuivre le processus de Démobilisation-Désarmement-Réinsertion (DDR) et Réforme du Secteur de la Sécurité (RSS) avec le soutien de la Communauté Internationale ; A CE JOUR, NADA et pour employer le mot « poursuivre » il faut déjà qu’il y ait eu un début, or que cela fait plus de 16 ans que l’on parle de désarmement ; on se moque de qui ici.
  • Engager des réformes économiques et sociales ; A CE JOUR : NADA et ce n’est pas de leurs fautes car ils ne savent pas faire.
c) Pour le cas Djotodia, voici ma décision :

Je lui offre une chance de poursuivre son travail car il est resté SEUL à la barre et il a su gérer « SEUL » cette crise. Les 2 autres larrons précités n’étant pas à la hauteur comme nous l’avons vu plus haut. – Le 1er Ministre n’est rentré à Bangui que le 10 décembre soit plusieurs jours après les massacres et il se planque lui aussi au camp Fomac de Mpoko !....PIRE ENCORE, la population terrorisée qui est venue spontanément s’abriter sous les fenêtres des Forces Françaises à l’aéroport, n’a à ce jour, même pas reçu la visite du Sieur Tiangaye, alors que ce dernier se trouve à moins de 300 mètres, donc à moins de 5 minutes de marche à pied, des campements à ciel ouvert. – Quelques 50.000 personnes sont là, dans l’indifférence totale du 1er Ministre. – Bravo pour la solidarité avec le Peuple meurtri et qui souffre dans sa chair. – Quand au Sieur Nguendet, il est finalement sorti de son trou qu’en date du lundi 09 décembre 2013 afin de se pavaner dans la ville avec, comme par le passé et comme si rien ne s’était passé, sa dizaine de garde-corps « Séléka » qui ont d’ailleurs été désarmés, le même jour, en plein jour sur l’Avenue Boganda, par l’Armée Française. – Le Sieur Nguendet est à mettre dans le même sac, car il a séjourné au Camp de la Fomac jusqu’au lundi 09 Décembre 2013, sans être allé rendre visite à la population entassé sous sa fenêtre. – Bravo pour la solidarité avec le Peuple meurtri et qui souffre dans sa chair. Comment voulez vous qu’avec ce type de comportement l’on se fasse respecter dans la sous-région ?

POURQUOI offrir au Sieur Djotodia cette dernière chance ? – Parce que MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je l’ai observé et lorsque les Anti-Balakas ont assassiné plusieurs musulmans dans la mosquée du Quartier Fou, le Sieur Djotodia a eut une réaction digne d’un Homme d’Etat. Il a su parler aux chefs religieux et spirituels musulmans afin que ces derniers ne rentrent pas dans une vengeance et des représailles aveugles ; - HEUREUSEMENT car même là, l’Armée de Notre cher Partenaire Historique n’aurait pas pu stopper le carnage ; nous aurions aveuglement réitéré le génocide du type rwandais en Centrafrique. – Alors que pendant ce temps, notre cher Avocat national alias Premier Ministre était entrain de boire son Whisky tout en dégustant ses petits fours au Sommet de l’Elysée. – Nous n’oublions pas le Cher Nguendet (alias chaise plastique) qui se planquait à la Fomac tout en sirotant malicieusement sa bière importée.

MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je laisse au Sieur Djotodia cette seconde chance, mais je lui assigne une épreuve de vérité afin de « vérifier s’il a VRAIMENT Les CORONESSES, là où il faut et déterminer s’il a vraiment envie d’entrer dans l’Histoire de la RCA par la Grande Porte ».

L’épreuve est la suivante : - MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, à la place du Sieur Djotodia voici ce que je vais faire à partir d’aujourd’hui :
  •  Veiller à ce qu’un Nouveau Gouvernement soit mis en place dans les conditions citées ci-dessus.
  • MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je demande au CNT de voter une Loi exceptionnelle dans cette période exceptionnelle afin que la justice puisse statuer sur les cas d’exaction et ce en comparution immédiate.
  • Je rappelle à Tous qu’en RCA la peine de mort est toujours en vigueur et que des mesures seront prises pour éradiquer durablement le mal.
  • Je confirme la composition des Membres de la Cour Criminelle et du Tribunal Militaire permanent.
  • Tout en poursuivant sur le terrain le désarmement forcé, je lance le Programme de rachat des armes avec l’aide de la France, de l’UE, des USA, de l’ONU. – Les prix à pratiquer pour les rachats d’armes et munitions sont :
  1. Pistolet automatique 10.000 Cfa
  2. Kalachnikov 30.000 Cfa
  3. Cartouches 200 Cfa
  4. Grenades 10.000 Cfa
  5. Armes lourdes 100.000 Cfa
- Ce Programme devra s’effectuer sur une période de 10 Jours, préfecture après préfecture en commençant sur Bangui et l’Ombella Mpoko. Aucun justificatif n’est à demander aux vendeurs. Passé de délai, toute détention d’une arme est passible du lourde peine avec comparution immédiate devant la Cour Criminelle ou le Tribunal Militaire permanent.

- La Loi adoptée par le CNT précise que pour toutes exactions du type viol, braquage, kidnapping, assassinats et autres assimilés sont punis par la peine capitale. L’exécution se fera le lendemain de la comparution immédiate.

- Une fois l’opération de rachat terminée, le Chef d’Etat de la Transition doit intervenir à la Radio et annoncer que les Forces de sécurité vont passer de maison en maison avec des appareils de détection. – Si une arme est trouvée au domicile d’un individu, la sanction pénale extrêmement sévère en application de la Loi votée par la CNT afin de renforcer le dispositif judiciaire.

- A partir du jour où l’opération de rachat aura pris fin, MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, j’exige du gouvernement qu’il prenne les mesures afin de favoriser la dénonciation. A cet effet, une prime de 50.000 Cfa sera accordée à toute personne qui donnera des indications exactes sur les individus qui seront encore détenteurs d’une arme à feu et/ou de guerre. – Après vérification de l’information, l’indicateur qui demeurera dans l’anonymat, percevra la dite prime. – Les contrevenants à cette interdiction de détention d’arme quelconque seront traduits devant les tribunaux en comparution immédiate et une sentence sévère, allant jusqu’à la peine capitale, sera prononcée le jour même.

- Il serait souhaitable que ce soit une ONG étrangère qui gère ce fonds de rachats et de dénonciation. – L’armée française conservera toutes les armes ainsi récupérées qu’elle remettra ultérieurement à l’armée centrafricaine formée et entraînée.

d) Par ailleurs, pour le cas FOMAC, future MISCA, voici ma décision :

MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je demande avec insistance que, lors du passage de la FOMAC à la MISCA, le contingent Tchadien en Centrafrique qui compte 1000 Hommes soit ramené à moins de 50 soldats dès le 19 décembre 2013.

Pourquoi ? – Parce que, dans tout ce qui se passe ces derniers jours à Bangui, force est de reconnaître une forme de traîtrise inacceptable relevant de la responsabilité directe de la Fomac Tchadienne.

Dans les dérives meurtrières répertoriées, la Fomac Tchadienne exerce une complicité active et flagrante. Pour exemple, c’est elle qui habille donc maquille les « ex-séléka » actuellement en leurs fournissant des tenues, badges et insignes sous les couleurs de la Fomac Tchadienne ; - autrement dit, les « ex-séléka » circulent librement dans Bangui dans les véhicules de la Fomac en plein jour et bien entendu, également, pendant les heures du couvre-feu en vigueur, soit de 18H à 06 heures du matin. C’est au travers de ce tour de passe-passe que les « ex-séléka » et la Fomac Tchadienne continuent, en toute impunité de terroriser et martyriser la population centrafricaine.

Il faut donc mettre un terme à ce double-jeu et MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je ne peux tolérer cela.

En conséquence, j’en appelle à l’Union Africaine, à l’ONU, à la France, aux USA afin que des dispositions radicales soient prises rapidement.

– Vous avez décidé de venir à notre secours, eh bien, allez jusqu’au bout de la logique et cela commence par la réduction drastique de la présence militaire tchadienne en Centrafrique.

J’attire ici l’attention de l’Armée française sur la dangerosité de la présence de la Fomac Tchadienne. Il faut avoir à l’esprit que derrière 70% des soldats tchadiens en RCA se cachent une ramification directe avec des « ex-séléka » dit non-contrôlés. – Je ne serai d’ailleurs pas étonné d’apprendre que derrière le meurtre des 2 soldats français à Bangui, se cache une complicité active de la Fomac Tchadienne.

L’entente complice entre ces derniers est faire échouer le processus de désarmement, de réconciliation, de paix et de progrès de la Centrafrique. – Ils veulent que la RCA demeure, comme c’est le cas depuis le 15 Mars 2003, une sous-préfecture du Tchad. - MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, je ne peux accepter cela. La solution est que la Fomac Tchadienne se retire de mon pays et qu’ils retournent à N’Djamena. En faisant cela, nous constaterons assez tôt qu’il existe et a toujours existé une cohabitation naturelle, entre les civils et commerçants tchadiens installés à Bangui, avec les autochtones Banguissois et centrafricains. – Le MAL, c’est la Fomac Tchadienne et les Séléka Tchadiens et soudanais.


MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, pour finir cette longue allocution et explication de texte adressées au Peuple Souverain et en prenant la Communauté internationale à témoin, je dis ceci :

En acceptant de démettre Nicolas de ses fonctions, ma principale motivation et préoccupation est qu’à ce rythme, avec ce Premier Ministre là, je ne pense pas que les conditions requises seront remplies pour que nous organisions des élections libres, transparentes avant 2018. – Avec ce gouvernement, tout semble tourner au ralenti ; les gens ne pensent qu’à voyager et localement le Peuple ne voit aucune amélioration tangible. – Par ailleurs, nous avons tous vu leurs limites dans la gestion de la chose publique surtout dans une période aussi délicate.

En allant se planquer à la Fomac, le Conseiller National Nguendet a failli à son devoir car s’il était arrivé quelque chose de fâcheux au Sieur Djotodia, la Charte Constitutionnelle dit que c’est au Président du CNT d’assurer la vacance du pouvoir ; vu que ce dernier a pris la poudre d’escampette le 05 décembre au matin pour se réfugier à la Fomac et pire encore, il n’a même pas cherché à téléphoner au Sieur Djotodia pour, ne fusse que lui signaler sa position. Cela est INADMISSIBLE. - Le Sieur Djotodia s’est débrouillé seul pendant plus de 48 Heures. – Même dans une République Bananière et exotique, Nguendet se ferait virer sans indemnité. La chaise et le chapeau qu’on lui a collé étant trop grands pour lui. – Mesdames et Messieurs les Conseillers Nationaux, merci d’élire un nouveau Bureau car dans cette affaire même votre Honneur et celui de l’Institution sont bafoués.

MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, Je vous rappelle ici que le but de ceux qui ont pris le pouvoir le 24 Mars 2013 ne doit en aucun cas être de falsifier ou ralentir les choses afin de s’éterniser au pouvoir. Par contre, je veux qu’à la fin de cette transition, la RCA, Notre Cher et tendre Pays, s’engage dans la voie de la responsabilité, de la dignité et de la méritocratie. – Mesdames et Messieurs de la Transition, sachez que c’est uniquement pour ces raisons que je mets à votre disposition les atouts et moyens légaux de la République, car il me faut des résultats concrets à la fin de la dite Transition.

MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, Je désire que, conformément à la Charte constitutionnelle, ceux qui sont à la tête de la Transition quittent le pouvoir à l’issue des élections générales, en ayant l’esprit tranquille et le sentiment d’avoir accomplie la mission avec l’Honneur et la Dignité que tout responsable politique, soucieux du devenir de son Peuple doit avoir et ressentir.

MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, Je ne veux plus que le Nom de la République Centrafricaine soit associé avec instabilité, troubles, incompétences, exactions, pauvreté, dictature, et tous autres maux qui nous collent à la peau.


Centrafricaine, Centrafricain, voici le CAP ; - resserrons les rangs et démontrons au Monde que de la matière grise nous en avons aussi.
Il est écrit dans les saintes écritures que « Chaque chose à son temps ». – Nous sommes fatigués de cette situation sans issue, sans espoir, sans avenir.- Pour la RCA, le temps de l’unité, de la dignité et du travail en synergie est arrivé.
  • Chers Compatriotes, je lance un appel solennel : « Aidez-nous à réussir cette Transition »
  • Chers Amis et Etats Frères de la CEEAC : « Aidez-nous »
  • Je réitère mon offre et appel à l’Union Africaine, à l’Union Européenne, la France, les Etats-Unis, l’ONU et toute la Communauté internationale : « Au Nom du Peuple Centrafricain, je vous dis : - Merci d’avance pour tout ce que vous ferez afin de nous Aider au mieux à sortir de ce pétrin que nous avons, nous-mêmes, consciemment ou inconsciemment engendré ».
Nous lançons cet appel aujourd’hui, parce qu’il est temps de renverser la tendance et entrer enfin dans un cycle vertueux.

Le Peuple Centrafricain désire ardemment accéder, durablement, à la sécurité, à une démocratie apaisée, à un progrès responsable, à une croissance organisée, à un développement humain équitable, à la paix, au bonheur et à la prospérité. – TOUT CELA est POSSIBLE car le potentiel naturel de Notre Cher et Tendre Centrafrique nous autorise à penser que nous pouvons y arriver. – Fort de cela, je pronostique un Avenir brillant de la RCA où il fera bon vivre ensemble sans distinction de race, de religion, de sexe, de classe sociale.

MOI CITOYEN LAMBDA DÉTENTEUR DE LA SOUVERAINETÉ, Je me donne et je réitère ICI et MAINTENANT cette mission de créer les conditions favorables à l’émergence de toutes ces affirmations pendant cette période de transition.

Cher Patriarche Barthélémy, voila j’en ai fini pour aujourd’hui ; j’espère t’apporter de meilleures nouvelles la prochaine fois. Avant de nous quitter, m’autorises-tu, malgré tout, à dire : « VIVE LA REPUBLIQUE ».

Fait à Bangui, le 12 décembre 2013
Pour le CITOYEN LAMBDA
RCA.Alerte236
Site : http://centrafrique-alerte236.over-blog.com/