Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Centrafrique : Un premier ministre tire-laine


Alwihda Info | Par Clément De BOUTET-M'BAMBA - 16 Octobre 2013


Centrafrique : Un premier ministre tire-laine
Incroyable mais vrai! Samedi 12 octobre 2013, Nicolas TIANGAYE, a convié les partis politiques de l’ancien FARE à une réunion inédite.

Rappelons que le FARE a été dissous par ce dernier suivant le communiqué de presse diffusé le 06 septembre 2013. C’est donc en sa qualité de Premier Ministre que Nicolas TIANGAYE a pris cette initiative politique singulière.

Au menu, découvert par les invités pendant la séance, la signature d’un protocole d’accord comportant une plate-forme politique et …la désignation du président du MLPC Martin ZIGUELE comme candidat UNIQUE du Collectif de l'ancienne opposition politique au régime de François BOZIZE aux prochaines échéances présidentielles.

Ni le RDC, ni le MDREC, ni l’ADP ou l’UDPP n’avalisèrent pas le document. Seul le MLPC, représenté par son 1er Vice-Président, le nouvel Inspecteur Général d’État KOYAMBONOU, un fonctionnaire sous l’autorité du Premier Ministre, accorda crédit à la démarche et au document.

Je me réjouis de ce que le Bureau Politique de mon parti, le Rassemblement Démocratique Centrafricain(RDC) ait rejeté cette proposition à l'instar des autres partis de l'ex FARE.

Quarante huit heures après l’adoption de la résolution 2121 par le Conseil de Sécurité et 24 heures avant la visite annoncée du ministre français des Affaires Étrangères à Bangui, l’on pouvait s’attendre, à tout le moins, à l’annonce des mesures de terrain tendant à la mise en œuvre du contenu du texte onusien.

Mais voilà qu’au lieu de gouverner, le Premier Ministre manœuvre. Au lieu de se montrer à la hauteur de sa tâche, Nicolas TIANGAYE apparaît en manœuvrier de couloir. De la pire engeance !

Au lieu d’occuper son rang, voilà Nicolas Tiangaye factotum du MLPC ou de son Président ? N’a-t-il pas mieux à s’occuper en ces périodes de grands malheurs ?

Au lieu de se préoccuper de l’avenir du pays, il se préoccupe de son avenir personnel, le deal étant de se voir confirmer à nouveau Premier Ministre une fois le candidat qu'il a choisi, élu. Cela donne, en avant première, une idée de la transparence des futures échéances électorales : un autre attentat contre la démocratie en préparation.

Peu importe le sort des populations, peu importe le sort du pays pourvu que le duo de bras-cassés se maintienne.

L’incurie des dirigeants de ces deux dernières décennies perdure. Le Premier Ministre fait illusion mais ne fait pas exception à la règle. Quoi d’étonnant que monsieur BENDOUNGA,

tout ministre qu’il soit, lui ait volé dans les plumes, le traitant d’incompétent et exigeant sa démission (1).

La Résistance du peuple centrafricain ne s’arrêtera pas à la résistance aux hordes d’envahisseurs qu’il connaît. Nul ne lui volera sa victoire. Les tire-laine n’ont qu’à se tenir pour dit.

Clément De BOUTET-M'BAMBA
1 : http://www.centrafriquelibre.info/?p=4613