Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Congo Brazzaville: Le Président éternel nie toute crise post électorale


Alwihda Info | Par Firdos Ahmat - 13 Mai 2017

Finalement face à des tels comportements irresponsables et en l'absence d'une alternative autre que la violence, le peuple aura t-il d'autre choix que de s'insurger contre un régime cruel et autoritaire qui croit que tout se passe bien chez lui et que c'est la faute des étrangers qui dérangent un peuple heureux ?


Le président Denis Sassou-N'Guesso au National Press Club ©ADIAC
Le président Denis Sassou-N'Guesso au National Press Club ©ADIAC
"Il n ya pas de crise politique ni crise électorale au Congo Brazzaville", ainsi s'est exprimé dans une interview samedi dans l'après midi, le Président éternel Dénis Sassou N'guesso qui compte une quarantaine d'années au pouvoir. Il ne reconnaît dans le Pool que les agitations des bandits armés qu'il compte en mettre fin par la force.

S'exprimant sur la situation en Libye, il prévoit une solution pacifique impliquant tous les acteurs y compris les anciens dignitaires du régime déchu de Gadhafi alors qu'au même moment il exclut toute négociation avec ses opposants armés qu'il qualifie des bandits armés, qu'il promet d'éradiquer par la force. Il nie le détournement par son neveu et son fils des biens publics qualifiant de montage et de diffamation dont les auteurs sont la presse et les opposants. Il refuse de répondre clairement sur la durée de son mandat au pouvoir.

D'une surface de 342 000 km² avec une population de 4,620 millions, et un PIB de $8,553 milliards USD (2015), le Congo Brazzaville comme ses pairs de l'Afrique centrale croupit sous un régime autoritaire qui refuse toute alternance politique. Le verrouillage de l'appareil de l'Etat et la gestion familiale ont plongé dans une pauvreté extrême ce peuple d'un pays dit pétrolier. L'éternel Président congolais non sans surprise justifie les achats des immeubles en France et accuse la justice française de ne pas lever le petit doigt quant aux achats des grandes sociétés françaises par des princes de pays de Golfe. Quelle idiotie ?
Finalement face à des tels comportements irresponsables et en l'absence d'une alternative autre que la violence, le peuple aura t-il d'autre choix que de s'insurger contre un régime cruel et autoritaire qui croit que tout se passe bien chez lui et que c'est la faute des étrangers qui dérangent un peuple heureux ?
  •