Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo-Brazzaville : un greffier condamné pour vol d'ivoire


Alwihda Info | Par - 2 Novembre 2019 modifié le 2 Novembre 2019 - 16:38

Ce dernier, reconnu coupable d’avoir volé six défenses d’ivoire, a été condamné à un an de prison par un Tribunal de Grande Instance en République du Congo. Les défenses en ivoire qui se trouvaient sous la garde du Tribunal avaient été obtenues à l'issue d'un procès contre trois trafiquants d'ivoire arrêtés en 2017 avec les six défenses.


Congo-Brazzaville : un greffier condamné pour vol d'ivoire
Il est rapporté que ce greffier, Boyanga Godefroy, a profité de sa position pour tromper le personnel de la magistrature, afin de s’enrichir sur les scellés du Parquet. La sentence a été rendue le 24 octobre dernier, quelques jours à peine après la décision du Tribunal de Première Instance de Bonanjo à Douala sur une affaire similaire et les peines étaient radicalement différentes. Le Tribunal de Bonanjo a imposé une peine de six mois avec sursis à des personnes arrêtées avec des milliers de produits dérivés d'espèces sauvages.

Les trois ont été arrêtés en 2017 par l'unité mobile de la police à Douala. Adamu Ibrahim, Upah Macmillan et Akenji Ebenezer ont été retrouvés avec 158 défenses en ivoire, 26 sacs d'écailles de pangolin, 124 têtes de perroquets gris africains et 1394 plumes de perroquet, des produits totalement interdits. Le Ministère de la Faune a intenté un procès contre eux et le 30 octobre, le juge a condamné les trafiquants une peine de six mois d’emprisonnement avec sursis pendant trois ans. Tous les trois étaient en liberté pendant leur procès. Une ONG internationale appelée LAGA a assisté les agents de la faune dans le suivi juridique du dossier à Douala.

La décision du Tribunal de Douala contraste nettement avec celle du Tribunal congolais qui a non seulement a condamné sévèrement les personnes initialement arrêtées avec six défenses d’ivoire, mais a également condamné le greffier qui a volé l’ivoire. Deux des trois trafiquants du Congo ont été condamnés à trois ans d'emprisonnement et à des amendes et à des dommages-intérêts de 3 millions de francs CFA. Le suivi juridique des cas au Congo reposait sur l’assistance technique de PALF, un projet congolais ; membre du réseau EAGLE qui regroupe des organisations travaillant dans l'application de la loi sur la protection de la faune sur le continent. Ces projets sont reproduits à partir du modèle développé au Cameroun par LAGA et le ministère des Forêts et de la Faune.