Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo-Gabon : un cadre juridique pour l'exploitation de la fibre optique d'interconnexion


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 23 Février 2018 modifié le 23 Février 2018 - 18:20

L’exploitation et la commercialisation du réseau en fibre optique d'interconnexion entre le Congo et le Gabon sont désormais réglementées. En attendant l’inauguration officielle de ce réseau , prévue avant fin mars 2018, les textes administratifs, réglementaires et juridiques y relatifs ont été finalisés, à l’issue des assises du premier comité mixte paritaire qui se sont tenues, du 20 au 21 février 2018, à Kintélé, banlieue de Brazzaville, au Congo.


Une vue partielle des participants à la réunion de Kintélé.
Une vue partielle des participants à la réunion de Kintélé.
Les lampions des assises du premier comité mixte paritaire Congo-Gabon qui se sont proposées, entre autres taches, de faire le point de la mise en œuvre et le suivi du mémorandum d’entente sur l’interconnexion en fibre optique conclu en 2014 entre le Central African Backbone (CAB 3) pour le Congo et le CAB 4 pour le Gabon et bien d’autres documents pouvant régir l’exploitation et la commercialisation de cette autoroute de l’information et de la communication qui relie actuellement ces deux états de la CEMAC ; se sont éteints sur note de satisfaction.

Durant deux jours, les administrateurs, techniciens, régulateurs, juristes, spécialistes des fonctions fiduciaires et exploitants, venus du Congo et du Gabon, ont planché sur l’examen du cadre juridique et la fixation des bases de la coopération en fibre optique entre les deux pays.

Dans le rapport synthèse des travaux , lue par l' inspecteur général des services au ministère de l’économie numérique du Gabon, Fernande Akandos, pouvait-on retenir que ces assises auront débouché sur la définition des conditions procédurales favorables à la mise en œuvre efficace du droit d’exploitation.

En clair, il s’est agi pour ces intelligences de mettre sur pied les solutions d’interopérabilités durables des deux réseaux à très haut débit. Et les coordonnateurs généraux des deux projets CAB, à savoir CAB 3 Congo, Yvon Didier Miehakanda et CAB 4 Gabon, Miche Audrey Abaga Abessolo ont salué et félicité la moisson,somme toute favorable, de cette réunion de Kintélé.

Clôturant les travaux de ce premier comité mixte paritaire, le ministre congolais des postes, des télécommunications et de l’économie numérique, Léon Juste Ibombo, a apprécié favorablement les conclusions de ces assises qui, selon lui, pourront éclairer les deux états " sur les conditions d’exploitation et de commercialisation de cette infrastructure de très haut débit au regard des conventions et des normes applicatives. "

A noter que, les travaux de la réunion de Kintélé qui se sont déroulés en sessions plénières et en réunions de travail ont été organisés en deux groupes respectifs, à savoir, le groupe administratif, réglementaire et juridique d’une part et le groupe technique d’autre part. Dans l’ensemble, il s’est agi de définir le cadre du fonctionnement de cette interconnexion en fibre optique et de matérialiser la vision des chefs d’Etat et de gouvernement de la CEMAC consistant de réduire la fracture numérique, exprimée en 2007.