Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Congo-UE : Denis Sassou N'Guesso a échangé avec Rachida Dati à Paris


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 11 Novembre 2018 modifié le 11 Novembre 2018 - 20:41

Denis Sassou N’Guesso est à Paris depuis le 9 novembre dernier pour prendre part aux commémorations du centenaire de l’Armistice. En mage de ces festivités, le chef de l’Etat congolais a reçu en audience, le 10 novembre 2018, Madame Rachida Dati, ancienne ministre de la justice, actuelle députée européenne et Maire du 7ème arrondissement de Paris. Au menu leur échange, le flux migratoire, la crise libyenne, le Fonds bleu pour le bassin du Congo et l’éducation pour tous.


Denis Sassou N'Guesso et Rachida Dati, au cours de l'entretien.
Denis Sassou N'Guesso et Rachida Dati, au cours de l'entretien.
C’est Mme Rachida Dati qui a dévoilé, à la presse, les grandes lignes de son entretien avec le président Denis Sassou N’Guesso : « Nous avons des enjeux en commun… ce qui préoccupe les citoyens européens mais aussi des citoyens africains : la maîtrise du flux migratoire. Et nous pourrons maîtriser le flux migratoire, régler les problèmes de l’Europe qu’avec le concours de l’Afrique notamment des Chefs d’Etat importants dans la stature. Le président Denis Sassou N’Guesso, quoi que l’on puisse dire, quoi qu’en puisse en penser est un président important et qui a effectivement une vision et des propositions. »

S’agissant du Fonds bleu, la députée européenne l’a qualifié « d’outil exceptionnel », en estimant qu’il est « une réponse des enjeux climatiques ». « Tout le monde aujourd’hui dit que l’avenir de la planète est en danger et donc, le Fonds bleu est un moyen effectivement de sauver la planète. Mais aussi un moyen de maîtriser le flux migratoire, un moyen d’empêcher des milliers d’africains de mourir dans la méditerrané », a-t-elle affirmé.

Pour elle il est important que les parlementaires européens consultent aussi les chefs d’Etat africains sur la question du flux migratoire. « Pour nous, parlementaires européens, il était important qu’on puisse aussi demander aux présidents africains leurs contributions et leur participation à la maîtrise du flux migratoire, dans le développement du continent africain, parce que le continent africain ne se développera que grâce aux Africains et à leurs Chefs d’Etat. Et, le fonds bleu est, pour nous, un outil extrêmement important. C’est pour cela que nous avons évoqué toutes ces questions. »

Les deux personnalités, ont évoqué l’accès à l’éducation des enfants issus des milieux défavorisés et démunis. La députée européenne et Maire du 7ème arrondissement de Paris a loué la volonté et l’engagement du Congo sur cette question. « Le Congo, a-t-elle déclaré, s’est engagé pour développer des lycées d’excellence, notamment pour les enfants, des élèves issus des milieux défavorisés. J’ai eu l’opportunité de visiter un lycée d’excellence à Oyo», a renchéri Rachida Dati.

Au sujet de la Libye dont le président congolais dirige le Comité de Haut niveau de l’Union africaine, Rachida Dati a déclaré que la situation libyenne est une tragédie qui demande la mobilisation des énergies pour son règlement rapide. « … tout ce qu’on peut dire autour, si on n’a pas réglé ce problème de la Libye, on n’aura rien réglé comme vous le savez », a déclaré la députée française avant de reconnaître que « le président Denis Sassou N’Guesso est très engagé dans cette résolution de la situation en Libye. Nous avons besoin d’entendre ses analyses, ses précautions de la situation en libyenne quelle serait la stratégie adoptée pour les années à venir », a conclu la femme politique française.