Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d’Ivoire/Action sociale : 50 survivantes de violences physiques et sexuelles reçoivent le réconfort de la Ligue Ivoiriennes des droits des Femmes


Alwihda Info | Par - 8 Juin 2020


La Ligue Ivoiriennes des droits des Femmes a organisé avec le concours de l’ONG internationale EngenderHealth, une Journée d’action sociale en faveur de 50 femmes survivantes de violences physiques, psychologiques et sexuelles.  C’était le 6 juin 2020, à l’espace Seedspace d’Abidjan-Marcory, Zone 4.
Dénommée : « La Ligue à cœur ouvert : Pour qu’elles ne soient plus jamais seules ! », cette œuvre sociale avait pour but d’apporter un réconfort psychosocial, ainsi que des dons en nature à ces survivantes, mieux ces « championnes », a souligné Méganne Boho, présidente de la Ligue Ivoiriennes des droits des Femmes.
Ainsi, celles-ci ont bénéficié d’un ensemble de soutiens, notamment, de consultations psychologiques et juridiques, en vue de dresser un diagnostic de leurs besoins d’accompagnement. Et également, d’une séance de sensibilisation et de formation en santé sexuelles et reproductives. Ainsi que de kits comprenant des vivres et du matériel de protection contre la Covid-19.
Cette cérémonie qui s’est déroulée dans le strict respect des règles barrières a vu la participation du Comité Nationale de Lutte Contre les violences faites aux Femmes (CNLVFFE), organe du ministère de la Femme, de la Famille et de l’Enfant. Puis, du Conseil Nationale des Droits de l’Homme de Côte d’Ivoire (CNDHCI), et d’une unité de clinique mobile ‘’planning familiale’’ de l’ONG internationale PSI en Côte d’Ivoire.
Dans son adresse, la vice-présidente du CNDHCI, Dr Marie-Paul Kodjo a exprimé tous ses encouragements à la Ligue Ivoiriennes des droits des Femmes, afin de poursuivre dans cette dynamique d’action sociale, pour le bonheur des survivantes. En outre, elle a annoncé envisager un partenariat avec la Ligue pour une meilleure défense des droits des victimes de violences. Non sans rappeler que la CNDHCI a pour mission de protéger les droits de l’homme en général et en particulier ceux des femmes et des enfants.
Quant a la directrice régionale Afrique de l'ouest et centrale de EngenderHealth, Néné Cissé Fofana, elle a assuré de l’accompagnement de cette ONG internationale aux initiatives de  lutte contre les violences basées sur le genre et de sensibilisation en santé sexuelle et reproductive.
Pour sa part, Marie-France Kouakou, présidente de l’ONG Overcome Women a relevé qu’elle a pour vision de construire un environnement favorable à l’épanouissement des femmes et des familles, autour de trois valeurs : « sororité, équité et justice ». *
Au terme de cette journée d’action sociale, qui avait pris l’allure d’une fête des mères, la Ligue, ainsi que l’ensemble de ses partenaires présents, ont invité toutes les victimes de violences, à les dénoncer, pour l’ouverture d’une procédure, en vue de sauver leurs vies. Et que cessent, les règlements à l’amiable.
Signalons que la Ligue Ivoiriennes des droits des Femmes et ses associations sœurs que sont l’ONG Overcome Women, Smart African Women Leaders Platform, WeForHer et la Centre d’Ecoute et Conseil-Manowach forment un réseau féministe engagé dans la lutte contre les violences sexistes et sexuelles envers les femmes.
Pour ce réseau, l’assistance juridique, psychologique et sociale apportée aux survivantes de violences n’est pas seulement d’une importance fondamentale. Mais joue également un rôle clé dans la mise en place d’une chaîne de confiance entre la société et ces femmes dans le but de briser le silence et protéger leurs droits.
Ainsi, la Ligue et l’ONG internationale EngenderHealth collaborent pour soutenir les survivantes de violences sexuelles et physiques, puis promouvoir le respect des droits des femmes y compris ceux relatifs à la santé sexuelle et reproductive, en cette période de crise sanitaire mondiale due à la pandémie de Covid-19.
 


Journaliste, correspondant d'Alwihda Info en Côte d'Ivoire. En savoir plus sur cet auteur