Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d'Ivoire: Des gendarmes et policiers formés en police technique et scientifique


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 20 Octobre 2017 modifié le 20 Octobre 2017 - 13:42

Le coordonnateur du projet Artecao a procédé à une remise d’un lot pédagogique aux gendarmes et policiers ayant reçu la formation.


Environ une vingtaine de formateurs-stagiaires issue des corps de la gendarmerie et de la police ont vu leurs capacités renforcées en matière de Police technique et scientifique (Pts). Ils ont reçu leurs parchemins, à la faveur d’une cérémonie de clôture à l’Ecole nationale de police (Enp) d’Abidjan-Cocody. Cette formation qui s’est déroulée en atelier s’inscrit dans le cadre du projet dénommé : « Appui au renforcement de la police technique et scientifique en Afrique de l’ouest » (Artecao), financé par la France.

Selon le coordonnateur dudit projet, Philippe Delard, la formation a principalement portée sur la balistique (science décrivant le mouvement du projectile dans l’espace), les mallettes pédagogiques, qui sont un ensemble d’outils d’enseignement professionnel pour s’approprier la protection des lieux. Puis, la gestion des scènes d’infraction de niveau 1 et 2, concernant les délits. Il a également relevé que ce projet qui a une vocation régionale vise à « mieux outiller les agents de la gendarmerie et de police dans la conduite des enquêtes ».

Le coordonnateur du projet Artecao a procédé à une remise d’un lot pédagogique aux gendarmes et policiers ayant reçu la formation. « C'est-à-dire un plateau technique qui sont des mallettes nécessaires à l’intervention des agents de police technique et scientifique, sur le terrain pour faire tous prélèvement sur des scènes », a-t-il expliqué. Les stagiaires diplômés qui ont désormais la qualité de formateur ont à leur tour offert des présents à l’équipe composée du formateur principal et des encadreurs.

Traduisant la reconnaissance du corps de la police au projet Artecao, le directeur du laboratoire central de la police nationale, le médecin-commissaire principal, Akabrou Nouhoua, a souligné que le projet va aider les pays bénéficiaires à « asseoir une chaîne véritable de lutte contre la criminalité sous toutes ses formes, dans le respect des doits de l’homme ».