Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Côte d'Ivoire : Pr Didi-Kouko sensibilise les femmes contre le cancer du sein


Alwihda Info | Par Narcisse Yao - 30 Octobre 2017 modifié le 30 Octobre 2017 - 22:44

Organisée par la polyclinique Farah, dans le cadre de l’opération : « Octobre Rose », cette conférence avait pour thème : « Le cancer du sein peut se guérir, s’il est découvert tôt et correctement traité, où être transformé en maladie chronique ».


Le Pr Judith Didi-Kouko Coulibaly, cancérologue, a invité les femmes à un dépistage précoce, en vue de vaincre le cancer du sein. Car selon, elle : « Découvert tôt, le cancer du sein peut se guérir dans 9 cas sur 10. Et l’ablation du sein n’est pas obligatoire ». C’était au cours d’une conférence sur le cancer du sein, le 28 octobre à Abidjan-Marcory.

Organisée par la polyclinique Farah, dans le cadre de l’opération : « Octobre Rose », cette conférence avait pour thème : « Le cancer du sein peut se guérir, s’il est découvert tôt et correctement traité, où être transformé en maladie chronique ».

Ainsi, l’enseignante-chercheuse de l’Unité de formation et de recherche (Ufr) des Sciences médicales de l’Université Félix Houphouët-Boigny, a indiqué qu’a défaut de causes réelles de la maladie, des facteurs de risques existent. Il s’agit : des menstrues précoces (avant l’âge de 13 ans), la ménopause tardive (après l’âge de 55 ans), la première grossesse tardive (au-delà de 35 ans), le manque d'activités physiques, la mauvaise alimentation, l’obésité, l'hérédité, la consommation abusive du tabac et de l’alcool, etc.

Pr Judith Didi-Kouko Coulibaly a également donné des enseignements aux femmes sur l’autopalpation des seins, qui doit démarrer, à partir de 20 ans, selon le Programme national de lutte contre le cancer en Côte d’Ivoire. Notamment, sur le nombre de fois par mois (une fois), les positions à se tenir, la manière de faire, etc. Un film a même été projeté au cours de la conférence, en vue de permettre aux femmes de mieux appréhender ce message sur l’autopalpation.

Parlant des signes d’alerte de la maladie, à savoir, une boule dans le sein, sa déformation, le changement d’aspect de la peau du sein ou même du mamelon (bout du sein), l’écoulement anormal par le mamelon, etc., la conférencière a relevé que l’allaitement maternel exclusif pendant au moins 18 mois après l’accouchement, est un facteur important de protection contre le cancer.

La cancérologue a aussi lancé un appel à toutes les femmes, à aller se faire dépister. C’est-à-dire, se faire consulter, même si elles se sentent en bonne santé. Mieux, elle les a exhortées à consulter un médecin, chaque fois que le besoin se présente, de sorte a être fixé sur leur état. Et être par conséquent bien orienter, pour une meilleure prise en charge. D’autant plus que certains médicaments sont maintenant gratuits en Côte d’Ivoire.

Elle a surtout insisté en réitérant la devise de l’Ong Aidons les personnes atteintes ou affectées par le cancer (Apaac) : « Malgré le cancer, la vie continue », que les femmes atteintes de la maladie ne doivent point désespérer. Car, dira-t-elle : « Il y a de nombreuses femmes qui ont pu guérir de la maladie ». Ces propos ont ainsi été appuyés par des témoignages de certaines dames de l’Apaac guéries ou en cours de traitement du cancer.