Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Dialogue avec un islamiste


Alwihda Info | Par - 9 Août 2013 modifié le 9 Août 2013 - 01:28

Il a accepté de se confier à Alwihda lors d'une visite dans le fief des islamistes à Rabya Al adawya où les partisans du président déchu, Mohammed Morsi, campent depuis plus d'un mois. Ils exigent la libération et la réhabilitation du président Morsi, incarcéré par l'armée depuis le 3 juillet 2013, dans un lieu tenu secret. Mohammed qui se targue d'avoir résisté à l'armée jure par Dieu qu'il est prêt à donner sa vie pour le combat qu'il mène contre l'armée dit-il. Mohammed a commencé l'entretien par des questions qu'il s'est lui même posé sur le rôle de l'armée.


Dialogue avec un islamiste

Alwihda: Bonjour Monsieur, que faites vous exactement à Rabya Al adwya?

Mohammed: Je suis ici pour défendre la légalité que l'armée a violée. Je ne comprends pas quel est le rôle de l'armée? n'est ce pas de protéger son peuple? Je constate, nous constatons tous, que l'armée au lieu d'aller combattre Israël, elle se cache en ville. Qu'est ce qu'elle fait en ville? tuer le peuple? n'est-ce pas? l'armée n'a pas de place ici en ville. Voyez vous les casernes qui sont à côté de nous, dans les quartiers populaires. Qu'est ce qu'elle fait cette armée en ville? (il s'énerve......) Savez vous ce qu'elle a fait et combien de personnes  a-t-elle massacré ? Nous sommes  à plus de 500 morts et 10000 blessés. N’est ce pas un crime ? Nous ne sommes pas contre l’armée égyptienne mais contre les criminels à la tête de l’armée qui ont kidnappé notre président légitime et suspendu la constitution du pays. Le coup d’état du général Alsissi et sa bande ne passe pas.

Alwihda : Pourquoi refusez vous de reconnaitre que ce qui s’est passé le 30 juin est un soulèvement populaire contre votre pouvoir et que l’armée est intervenu pour éviter un bain de sang ?

Mohammed : Et le bain de sang a été évité ? (énervé…) je vous dis que nous sommes à plus de 500 morts et 10000 blessés depuis l’intervention de l’armée et Dieu seul sait combien de morts yen aura encore. Il ne faut pas qu’on nous prenne pour des imbéciles. Les généraux ont concocté leur coup d’état avec les gens de Moubarak en s’appuyant sur des jeunes désœuvrés. Ya eu un scénario populaire et pas un soulèvement populaire.

Dialogue avec un islamiste

Alwihda : Les égyptiens accusent les islamistes d’avoir détruit le pays et « fraternaliser » l’Etat. L’armée est intervenue pour déjouer le plan des frères musulmans. Qu’attendez-vous de vos manifestations ? N’est ce pas une perte de temps de s’opposer à l’armée la plus puissante de la région ?

Mohammed : vous rigolez ou quoi ? Nous voulons faire de l’Egypte le pays le plus stable de la région sur le plan politique, socio-économique et militaire, mais pas islamiser le pays puisque l’Egypte est déjà un pays musulman. L’opposition n’a pas réussi de nous battre dans les élections, elle s’est tournée vers des chefs militaires nostalgiques de l’ère Moubarak pour démettre un président démocratiquement élu et le jeter en prison. Trouvez vous normal qu’on diabolise les islamistes, les pourchasser, censurer leurs journaux, interdire leurs huit télévisions, geler leurs biens puis finalement leur interdire de manifester ou de faire la politique ? Est-ce parce que l’armée est puissante, on doit se laisser faire d’après vous ? Pas du tout. Nous allons poursuivre nos actions jusqu’à la chute du régime militaire. Je vous promets que ces chefs criminels seront arrêtés et jugés comme ce qui se passe maintenant en Turquie.

Alwihda : Le gouvernement vous demande de cesser les manifestations et de vider les lieux avant samedi. Qu’allez-vous faire ?
Mohammed : Quel gouvernement ? le gouvernement de….. il s’appelle comment ?… il s’appelle comment le président de l’armée ? (rire) je ne me rappelle même pas de son nom (rire) c’est un guignolet… c’est un gouvernement fantoche que nous ne reconnaissons pas. Nous sommes prêts à lâcher à la seule condition de libérer et réhabiliter notre président enlevé par l’armée.

Alwihda : Vous êtes donc prêts à la confrontation avec l’armée à partir de samedi?
Mohammed : La réponse doit être posée aux putschistes. Nous sommes dans notre droit de manifester contre l’enlèvement d’un président kidnappé par un coup d’état militaire.  Impossible d’échapper au destin et ce que Dieu veut nous l’accueillons avec joie. Moi je suis blessé deux fois, lors de la manifestation de Ramses et au cours des affrontements de la rue de Nasr où l’armée et la police ont tué plus de deux cents morts. Je suis resté une semaine chez moi avant de revenir à Rabya Al adya. C’est pour vous dire que nous sommes résolus et au groupe de putschistes d’envisager les conséquences si nous sommes provoqués.

Alwihda : D’après vous quelles sont les conséquences de l’utilisation de la force pour vous disperser ?
Mohammed : Nous manifestons pacifiquement mais si nous sommes attaqués, il faudra plusieurs années pour revenir à la stabilité actuelle.

Dialogue avec un islamiste
Alwihda : On vous accuse de détenir des armes et de se barricader derrière des femmes et enfants pour se protéger? Quel type d’arme vous avez à Rabyal Al adawya et Alnahda ?
Mohammed : (rire) Nous avons des missiles, des chars et des avions de chasse (énervé) Non soyons sérieux. Notre seule arme est le « témoignage ». Si nous sommes armés pourquoi utiliser des femmes et des enfants ? N’est ce pas une contradiction ? Les putschistes utilisent tous les moyens pour nous diaboliser afin de justifier la force qu’ils se préparent à utiliser contre nous. Ils disent que nous sommes de terroristes soutenus par des étrangers comme de palestiniens, syriens, irakiens… ils mentent.

Alwihda : On constate que libéraux et frères musulmans s'attaquent aux américains alors qu'apparemment l'Amérique n'est pour rien dans vos problèmes. Obama s’est abstenu de s’immiscer dans vos affaires égyptiennes? N’est-il pas opportun pour les deux parties de saisir cette occasion de neutralité pour vous aider à la recherche d'une solution? 

Mohammed : Quelle neutralité ? A-t-on besoin de prouver l’anti-islamisme du grand Satan ? (rire) il faut être bête pour ne pas savoir que l’Amérique n’a jamais digéré l’avènement d’un état islamiste dans mon pays et c’est de la folie de croire le contraire. Morsi était le premier président à avoir évoqué un projet de « défense arabe commune », le premier président ayant brisé les barrières de Rafah pour permettre aux palestiniens de s’approvisionner en vivres. Il s’est ouvert au monde arabe, africain et musulman. L’Amérique est derrière le coup d’état et le général Alsissi l’a reconnu lorsqu’il a dit dans Washington Post qu’il était en contact quotidien avec le ministre américain de la défense. L’Amérique a des difficultés de reconnaître que ce qui s’est passé est un coup d’état.

Alwihda: Et si le gouvernement vous oublie dans vos ronds points?

Mohammed: Non, nous n'allons pas habiter les rues. Nous allons passer au plan B en occupant des lieux stratégiques comme l'aéroport et la paralysie sera totale.

Alwihda : Dites-moi qui nourrit tout ce monde ?
Mohammed : La nourriture ne manque pas. Chacun se prend en charge en apportant un ou plusieurs menus avec lui. Dans le sac que je porte, j’ai le menu de trois personnes. Il ya les associations qui offrent gratuitement des milliers de menus.

Alwihda : Ces associations appartiennent au parti des frères musulmans ?
Mohammed : Pas nécessairement. Vous savez le coup d’état militaire a uni les égyptiens de toutes tendances confondues. Les partisans des frères musulmans sont 20% seulement.

Alwihda : Tout en espérant que l’Egypte retrouve un issu pacifique à ses difficultés, quelle est votre conclusion.
Mohammed : Malgré la propagande diabolique contre nous, vous avez osé nous rendre visite et vous voilà surpris que nous sommes des gens normaux, pacifiques et pas de terroristes. Je remercie Alwihda le premier journal africain ayant prit le temps de venir sur place découvrir la réalité. Merci quand même et nous invitons la presse africaine à s’intéresser à ce qui se passe chez nous car nous sommes avant tout des africains et la position de l’union africaine a été un honneur pour l’Afrique.

Sadam Ahmat
Mahamat Brahim