Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Diaspora Malienne : un conseil supérieur porté sur les fonds baptismaux au Congo


Alwihda Info | Par Chris Exaucé Marsala - 8 Novembre 2018 modifié le 8 Novembre 2018 - 18:03

Rassembler et sensibiliser les maliens autour des questions d'immigration, c'est ce à quoi s’attellera le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) porté sur les fonds baptismaux et présenté à l'opinion nationale et internationale. C'était au cours d'une conférence de presse animée, ce 7 novembre 2018, à Brazzaville.


Le président du CSDM-Congo devant la presse.
Le président du CSDM-Congo devant la presse.
Le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM) est une association qui se fixe pour ambition la gestion de l’immigration et la défense des droits des maliens de la diaspora .Face à la presse les dirigeants de cette organisation ont décliné les objectifs poursuivis par cette association.

C'est en présence du président exécutif international, Mohamed Cherif Haidara, en séjour à Brazzaville, que le Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne (CSDM), démembrement Congo, a été présenté par le porte-parole, Mody Tambadou. Il a indiqué que le « Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne est une association consultative, représentative, apolitique, à caractère socio-culturelle et à but non lucratif. »

Mody Tambadou n’a pas manqué de décliner l’objet du CSDM, qui se résume en «rassemblement et sensibilisation des maliens autour des questions d’immigration. », tout en rappelant sa devise, qu’est l’âme même de l’organisation, à savoir « Amour-Solidarité-Unité » avant de soutenir « ce 7 novembre 2018 constitue un jour solennel et historique pour la diaspora malienne vivant au Congo. C’est le début de l’affirmation de l’unité des maliens. »

Répondant aux questions de la presse, le président du CSDM-section Congo, Nouhou Danou Niangadou Daou, a précisé que « la première ambition du CSDM, c’est la sensibilisation » tout en martelant que « Les maliens ont besoin d’être sensibilisés et informés sur leurs droits et devoir et d’être en règle avec le pays d’accueil.

Les voix se sont levées, par la suite, pour rendre hommage au Congo pour son hospitalité envers tous les immigrés.La première est celle de Nouhou Niangandou, qui a vivement remercié le peuple congolais pour avoir bien accueilli tous les étrangers et pour le bon traitement dont ils bénéficient, comme deuxième patrie. Il a, par la même occasion invité « tous les maliens vivant au Congo d’être en conformité avec la loi congolaise. » Aussi, pense-t-il, « chaque malien est venu ici (au Congo) pour travailler. » D'où l’obligation de montrer et de servir de bon exemple.

La seconde voix est celle du président du CSDM international, Mohamed Cherif Haidara , qui n'a pas manqué de témoigner la reconnaissance du Mali au Congo pour la considération et le respect des étrangers. « Ce que nous voulons faire passer comme message aux africains, aussi bien du Congo que du Monde entier, est que le cas du Congo est très spécial. » Pouvait-il faire remarquer avant d’ajouter qu’ « il n’y a aucun pays au monde, je dis bien aucun pays au monde, comme le Congo, où l’étranger se sent comme chez lui.» Le président du CSDM a rendu hommage au président Denis Sassou-N’Guesso pour avoir « instruit et veillé à ce que les maliens en particulier et les étrangers en général vivant au Congo se sentent comme chez eux. »

L'orateur a dit sa satisfaction quant à l’application par le gouvernement congolais de l’article 49 de la constitution du Congo du 25 octobre 2015, qui dispose « Les étrangers régulièrement établis sur le territoire national, bénéficient des mêmes droits et libertés que les nationaux. » Le Congo, respectueux du droit international, gère l’immigration avec dignité et respect, a conclu Mohamed Cherif Haidara.