Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Douala : Quatre trafiquants fauniques aux arrêts


Alwihda Info | Par - 1 Février 2019 modifié le 1 Février 2019 - 17:01

Ils ont été appréhendés avec des écailles de pangolin et des dents d’hippopotame lors d'une opération coup de poing menée par la délégation régionale des Forêts et de la Faune du Littoral.


Les dents d'hippopotame sont progressivement en train de remplacer l’ivoire.
Les dents d'hippopotame sont progressivement en train de remplacer l’ivoire.
Alors que les quatre trafiquants s’apprêtaient à revendre les produits illégaux, une équipe composée d’agents de la protection de la faune et de la police judiciaire a mis la main sur eux en possession des produits illégaux. L'opération a été réalisée avec l'assistance technique de LAGA (EAGLE Cameroun). Les écailles de pangolins qui étaient emballées dans des sacs et transportées dans un taxi allant du quartier Elf à Douala vers Ndokoti, provenaient principalement de braconniers locaux dans les alentours du département du Nkam.
Selon des sources proches de l'affaire qui ont requis l’anonymat, les dents d'hippopotame ont été importées du Tchad par deux des trafiquants. Il a finalement été révélé que deux de ces quatre trafiquants sont dans le business d’écailles de pangolin depuis longtemps. Cela a permis l'ouverture d'une enquête sur leurs activités. La voiture qui transportait les écailles de pangolins était suivie de près par l'un des trafiquants à moto pour faire le guet. Cette opération intervient 24 heures à peine après l’arrestation d’un couple à Douala en possession d’un bébé chimpanzé sur le point de vendre.
Les responsables de la faune de la délégation régionale du Littoral ont également participé à l'opération avec l'assistance technique de LAGA. Ce couple a longtemps été soupçonné d’être dans le secteur du trafic de chimpanzés qui sont livrés en Europe, comme l’ont indiqué des enquêtes antérieures. Les quatre trafiquants d'écailles de pangolin ont été placés en détention. Un dossier devrait être transmis au Procureur de la République, qui devrait les inculper pour massacre illégal d'espèces protégées et possession de produits illicites issus de la faune. Deux pierres précieuses ont également été retrouvées au cours de la saisie, mais leur nature et leur légalité n’ont pas été clairement déterminées. Les dents d'hippopotame sont progressivement en train de remplacer l’ivoire, car la population d'éléphants a considérablement diminué, ce qui rend très difficile l'approvisionnement en ivoire. Les dents d'hippopotame ont été achetées depuis le Tchad, où se tenait une conférence ministérielle internationale sur le braconnage transfrontalier.
Au cours de cette conférence, les ministres de six pays de la sous-région, dont le Cameroun, le Soudan du Sud, le Niger, la RDC, la RCA et le Tchad, ont décidé de s'attaquer au trafic et au braconnage transfrontalier, un sérieux problème de sécurité pour les pays de la région. Ils ont convenu des plans opérationnels concrets et des solutions à appliquer pour faire face à la situation. Ils ont également exprimé leur volonté de réaliser des actions concrètes qui seraient immédiatement applicables. Enfin, ils veulent éviter les vieilles habitudes qui consistent à élaborer des recommandations qui finissent au placard jusqu'à la prochaine conférence.