Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Emmanuel Macron peut-il rassembler ?


Alwihda Info | Par Islam al-Maghribi - 8 Mai 2017

Emmanuel Macron, le candidat de "En marche !", a été élu dimanche 7 mai 2017 président de la République française. Au second tour, il a récolté 66,1% des voix. Le candidat, qui n'appartient à aucune des deux grandes familles politiques françaises, promet une France qui n'est "ni de droite, ni de gauche". Peut-il rassembler sachant que 43% de ses électeurs ont voté pour exprimer leur opposition à Marine Le Pen ?! L'avis de Feïza Ben Mohamed, ex porte-parole de la Fédération des Musulmans du Sud :


Emmanuel Macron, et son épouse. Crédits : /
Emmanuel Macron, et son épouse. Crédits : /
Hier soir, 20h, un grand ouf pour beaucoup d'entre nous, un vrai soulagement. De courte durée.

Dans un premier temps, savoir que Marine Le Pen ne dirigera pas notre pays et qu'il ne sera pas abandonné aux mains de la haine a quelque chose de rassurant. Mais doit-on s'en contenter? Devrons-nous éternellement voter CONTRE un programme à défaut d'en trouver un auquel on adhère par conviction?

Le score du Front National, bien qu'insuffisant pour l'emporter, n'en demeure pas moins effrayant. 34% des votants, que ce soit par conviction ou par désespoir, ont donné leur voix à la candidate de l'exclusion, du rejet et de la fermeture. Je ne crois pas qu'ils soient blâmables. Il faut les entendre et essayer de travailler à résorber les causes de ce vote de sanction.

La victoire d'Emmanuel Macron c'est avant tout le rejet sans appel des appareils politiques classiques tels que le PS ou LR et c'est là tout le problème d'En Marche. S'entourer de vieux roublards de la politique française pour espérer incarner le renouveau est quand même assez contradictoire. A la création du mouvement, j'ai longtemps pensé qu'il apporterait un bol d'air frais au paysage politique, et puis au fur et à mesure que sa candidature est apparue comme la plus susceptible de l'emporter, de vieux opportunistes sont venus hanter la fin de la campagne.

Ainsi, quelques minutes après l'annonce des résultats du scrutin, on voyait par exemple Malek Boutih se pavaner sur le plateau de BFMTV pour expliquer qu'il ne souhaite pas se présenter aux élections législatives sous l'étiquette du PS mais sous celle d'En Marche. C'est donc à cela que nous nous préparons: le ralliement de Valls, Boutih, El Khatmi, & CO pour venir s'incruster tranquillement dans la majorité.

Ceux qui matérialisent l'échec, la traîtrise et le déshonneur sont-ils entrain de nous prendre pour des idiots?

Je ne présage de rien mais je ne crois pas possible que nous puissions nous rassembler autour d'un projet commun avec des personnalités politiques qui se sont suffisamment illustrées par leur incompétence et leur mépris.

Le temps sera plus parlant.