Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

L’Africa Progress Panel prévient que l’accroissement des inégalités menace la croissance économique du continent africain


Alwihda Info | Par - 11 Mai 2012 modifié le 11 Mai 2012 - 17:48


Un nouveau rapport exhorte les dirigeants africains à créer des emplois, et à placer justice et équité au centre de cette démarche afin que l’Afrique puisse recueillir les dividendes démographiques liés à l’augmentation de sa population et évite ainsi un “désastre” social et économique.

11 mai 2012, Addis Abeba – L’Africa Progress Report 2012, lancé aujourd’hui par l’Africa Progress Panel, prévient que la forte croissance économique de l’Afrique – qui verra la région augmenter son rythme de croissance bien au-delà des 5 pour cent au cours des deux prochaines années – est menacée en raison de l’accroissement des inégalités et de la marginalisation de sections entières de la société.

Kofi Annan, Président de l’Africa Progress Panel, déclare dans le rapport que « l’inégalité des chances – en matière de santé, d’éducation et de participation à la société – empêche des millions d’Africains de réaliser leur potentiel, ralentissant par là-même le progrès socio-économique ».



Le rapport note que sept des économies connaissant la plus forte croissance dans le monde sont en Afrique et que 70 pour cent de la population africaine vit dans des pays dont les taux moyens de croissance économique ont dépassé les 4 pour cent au cours de la décennie écoulée. Cependant, le rapport constate que la plupart des pays ne sont pas sur la bonne voie pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement d’ici 2015, soulignant que les progrès réalisés dans des domaines comme la malnutrition, la survie des enfants, la santé maternelle et l’éducation sont très lents.



D’après le rapport, le besoin pour une croissance équitable est d’autant plus important qu’un « bouleversement démographique profond » de l’Afrique verra la population du continent doubler en trois décennies et continuer à augmenter au-delà de la seconde moitié du XXIème siècle. Le rapport souligne que le nombre d’Africains âgés de moins de 14 ans a augmenté de 70 millions en dix ans. Au cours de la prochaine décennie, il est prévu que ce chiffre augmente de 76 millions.



Le rapport appelle à un « effort soutenu » de la part des décideurs politiques en faveur de la création d’emploi, de la justice et de l’équité pour assurer une croissance durable et partagée qui bénéficie à tous les Africains. L’échec à générer une croissance équitable pourrait avoir pour conséquence « un désastre démographique caractérisé par un niveau élevé du chômage des jeunes, des bouleversements sociaux et des problèmes liés à la faim ». Les gouvernements africains et les partenaires de développement doivent, de manière urgente, élaborer des plans pour donner un coup de collier en faveur des Objectifs du Millénaire pour le développement de 2015.







Le rapport du Panel identifie une série de défis requérant une action urgente de la part des gouvernements, notamment :



L’emploi des jeunes : La population jeune d’Afrique (les 15-24 ans) augmentera, passant de 133 millions de personnes au début du siècle à 246 millions d’ici 2020 – ce qui exigera 74 millions d’emplois supplémentaires au cours de la prochaine décennie juste pour empêcher que le chômage des jeunes n’augmente. Le rapport propose un programme d’action pour améliorer les compétences des jeunes et générer des emplois ruraux à travers l’emploi non agricole.

L’agriculture des petits exploitants : En l’absence d’un effort concerté afin d’augmenter la productivité des petites exploitations agricoles, le rapport prévient que l’Afrique demeurera vulnérable aux crises alimentaires. Il identifie « l’accaparement des terres » par les investisseurs et spéculateurs étrangers comme une menace majeure et enjoint les gouvernements africains à considérer une réglementation plus stricte.

L’éducation : Le rapport préconise une action urgente pour répondre à ce qu’il décrit comme une « double crise » de l’accès à l’apprentissage et de sa qualité. Avec 30 millions d’enfants en dehors du système scolaire et nombre d’enfants scolarisés échouant à acquérir un niveau d’alphabétisation de base, l’Afrique est encore mal équipée pour générer des emplois et pour prendre sa place dans une économie globale fondée sur la connaissance. Le rapport préconise une attention renforcée sur l’éducation et la création de mécanismes de financement appropriés.

La gouvernance économique globale et l’aide : Le rapport note que l’Afrique a toujours du mal à se faire entendre dans des domaines – comme le commerce, la finance et l’aide au développement – qui ont une influence cruciale sur ses citoyens. Le rapport ajoute que l’aide demeure vitale et que les gouvernements africains et les partenaires de développement doivent tenir leurs engagements d’une manière transparente et responsable.

Caroline Kende-Robb, Directrice Exécutive de l’Africa Progress Panel, a déclaré : « L’Afrique est en plein essor et les économies africaines connaissent une croissance plus rapide que celle de presque toutes les autres régions du monde. Cependant, le modèle actuel de percolation de la croissance ne bénéficie pas à assez de personnes. En effet, les bénéfices mesurés en termes de réduction de la pauvreté, de santé maternelle et de survie infantile sont encore très éloignés de ce que les Africains sont en droit d’attendre. Le rapport appelle à une attention renouvelée sur les emplois, la justice et l’équité afin d’assurer que la croissance économique impressionnante de l’Afrique se traduise par une croissance partagée en faveur de tous les Africains ».

Kofi Annan a déclaré : « Le message général du rapport de cet année est positif. L’Afrique est en passe de devenir une destination de choix pour les investissements, un pôle de croissance mondiale, et un lieu d’innovation et de créativité intenses. Mais il y a encore du chemin à parcourir – et les gouvernements d’Afrique doivent, de manière urgente, porter toute leur attention envers ceux qui sont laissés pour compte. Je crois que l’Afrique et ses dirigeants peuvent répondre à ce défi. S’ils le font, l’Afrique deviendra plus prospère, plus juste et plus équitable. Telle est la récompense que nous partagerons tous, où que nous soyons ».



Pour plus d’information sur le lancement du Rapport 2012 sur les progrès en Afrique: Emplois, Justice, Équité, et pour télécharger le rapport à partir du 11 mai : www.africaprogresspanel.org/apr2012