Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Le dialogue politique inter-togolais pourrait s’ouvrir le 15 février à Lomé


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 2 Février 2018 modifié le 2 Février 2018 - 23:49


Un manifestant togolais dans une rue de Lomé, le 20 septembre 2017. © Anne Cantener/RFI
Un manifestant togolais dans une rue de Lomé, le 20 septembre 2017. © Anne Cantener/RFI
Lomé, le 02 février 2018- Les émissaires des présidents ghanéen, Albert Kan-Dapah et guinéen, Tibou Kamara ont achevé ce vendredi 2 févier à Lomé leur mission au Togo.

Cette mission a eu lieu du 31 janvier au 1 er février 2018 et a permis aux deux envoyés spéciaux des présidents du Ghana, Nana Akufo-Addo et de la Guinée, Alpha Condé d’échanger avec les responsables de la classe politique togolaise sur l’ouverture du dialogue souhaité par tous les protagonistes de la crise actuelle.

Avant leur départ, le ministre ghanéen de la sécurité, Albert Kan-Dapah et le ministre d'État guinéen, Tibou Kamara ont rendu public un communiqué dans lequel ils annoncent l'ouverture du dialogue pour le 15 février prochain. Pendant ce temps, ils recommandent la fin de toutes les manifestations publiques. 

Dans les détails, le communiqué des ministres ghanéen et guinéen précise que le dialogue devrait s'ouvrir le 15 février prochain à Lomé. En ce qui concerne les préalables de l'opposition, il est annoncé que la revendication concernant la libération des personnes arrêtées dans le cadre des incendies des marchés de Kara et de Lomé sera examinée en priorité à l'ouverture des discussions.

La même décision a été convenue pour la libération des personnes arrêtées dans le cadre des manifestations depuis le 19 août mais dans le respect des procédures judiciaires. Pour finir, les représentants des médiateurs demandent aux acteurs politiques de mettre fin aux manifestations publiques jusqu'à la tenue du dialogue.

Il faut dire que cette décision vient une fois de plus confirmer la volonté toujours affichée par le président de la République Faure Gnassingbé de régler la crise politique togolaise à travers un dialogue sincère et franc entre tous les acteurs politiques togolais. Le Chef de l’Etat avait déjà manifesté cette volonté à travers son adresse à la nation du 3 janvier 2018 où il avait appelé ouvertement tous les acteurs politiques à se retrouver autour d’une table pour débattre des questions de réformes politiques pour une sortie de crise définitive.