Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Le jeu d’argent interdit en Ouganda et au Kenya: un signe de choses à venir (Par Daniel Tyler, producteur de la conférence chez Clarion Gaming)


- 4 Septembre 2019 modifié le 1 Janvier 1970


ICE Africa

Le marché en plein essor de jeux d’argent africain a été piloté par un certain nombre de pays ces dernières années. L'Afrique du Sud, le Nigéria, le Kenya, l'Ouganda et la Tanzanie sont largement considérés comme les principaux marchés du continent.

Grâce à la combinaison de centre technologiques, à l'augmentation des taux d'accès en ligne et de pénétration numérique, ainsi qu'aux solutions de paiement viables mises en place pour une population en grande partie non bancarisée, les conditions sont désormais réunies pour soutenir un marché en ligne. Au Kenya, les opérateurs de téléphonie mobile couvrent près de 90% de la population, avec plus de 46 millions de personnes ayant accès à l'espace numérique.

Ces conditions, mêlées à une classe moyenne jeune et en pleine croissance, passionnée par le sport, ont fait du deuxième continent le plus peuplé du monde une occasion attrayante pour les opérateurs de jeux d’argent qui cherchent à se développer au-delà des marchés traditionnels, souvent saturés.

Toutefois, après une croissance régulière sur plusieurs marchés de la région subsaharienne, les problèmes qui affectent leurs homologues européens sont apparus sur ce marché prometteur.

Alors que les paris étaient très répandus sur tout le continent, et notamment en Afrique de l'Est, l'Ouganda était le premier pays à agir en 2019. Selon les médias locaux, le ministre des Finances, David Bahati, «a reçu du président [Yoweri] Museveni une directive de ne plus autoriser les licences pour les paris sportifs, les sociétés de jeux d’argent et le pari ». En outre, pour les personnes déjà enregistrées, il n’y aurait« pas de renouvellement de licence à l’expiration de leur licence ». En plus de vouloir détourner l'attention de la jeunesse des paris sportifs et de son impact social préjudiciable, le président Museveni a fait spécifiquement référence aux entreprises étrangères qui rapatrient leurs bénéfices plutôt que de les réinvestir en Ouganda comme raison de l'interdiction - une cause qui a résonner avec les juridictions voisines.

Le Kenya, puissance de jeu, a été le prochain marché important à agir, mais pas au point d'interdire de nouvelles licences ou des licences futures. Au lieu de cela, le Comité kenyan de contrôle des licences et de licences de paris (BCLB) a fait écho aux initiatives similaires prises en Europe, notamment en Italie, en se concentrant sur les niveaux largement répandus de publicité. Selon une déclaration publiée par la BCL, "la publicité extérieure des jeux d'argent, la publicité des jeux d'argent sur toutes les plateformes de médias sociaux, la publicité des jeux d'argent entre 6h00 et 22h00 [et] l'approbation des activités de jeux par des célébrités" seraient interdites.

Alors que l'interdiction du Kenya a été temporairement suspendue, les législateurs envisagent actuellement de modifier leur politique afin de remanier les lois en vigueur en matière de jeu en imposant des coûts nettement plus élevés aux opérateurs autorisés. En outre, la décision ougandaise reste en vigueur. Avec ces actions, les deux juridictions ont créé un précédent qui menace de se propager et de mettre fin aux grands signes de promesse de l'industrie des jeux d’hasard sur le continent.

Cependant, les mouvements de deux des principaux marchés subsahariens ont amené de nombreux acteurs du secteur à s'interroger sur la gravité et, plus important encore, sur l'efficacité des décisions. Les jeux réglementés étant interdits, il existe un risque élevé que les marchés blancs soient remplacés par des juridictions grises et noires, ce qui menace encore plus le parieur.

Bien que cette tendance ait un potentiel de croissance, avec une demande croissante des joueurs et des marchés régulés offrant des avantages économiques significatifs pour les économies locales, les pays peuvent-ils se permettre de perdre un potentiel de revenus aussi élevé pour le marché noir?

Bien que cela ne soit pas clair, une chose est sûre, pour qu'un écosystème de jeu durable et propice aux investissements se développe en Afrique, le secteur doit tirer des leçons difficiles des expériences déjà acquises sur des marchés plus matures en Europe et dans le monde.

Parmi les autres problèmes à résoudre, la priorité est donnée au jeu problématique et à la publicité excessive. Des contrôles plus efficaces de connaissance de votre client (KYC), des procédures de restriction d'âge et une éducation doivent être mise en place pour empêcher les jeunes parieurs de pourchasser des accumulateurs à haut rendement irréalistes. Enfin, les cadres de réglementation et d'imposition devraient être plus clairs, modernisés et plus cohérents pour profiter à la fois aux économies locales et aux sociétés étrangères opérant dans les juridictions africaines.

La marque ICE ayant déjà fait sa marque en Afrique en 2018, octobre 2019 verra le retour du seul événement B2B panafricain de jeux d’argent à un moment critique pour le secteur. Avec des problèmes liés à la réglementation, au fonctionnement et à la perception du jeu, ICE Africa 2019 fournira à nouveau un forum permettant à l’industrie de relever ces défis et de tracer la voie de la stabilité et du succès futurs, à même de réaliser le potentiel énorme des marchés passionnants.

Pour plus d'informations et pour vous inscrire à ICE Africa 2019, visitez www.iceafrica.za.com

Distribué par APO Group pour ICE Africa.

Source : https://www.africa-newsroom.com/press/gaming-bans-...