Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
TCHAD

Lettre ouverte d'un citoyen Tchadien à Nicolas Sarkozy, Président de la France


Alwihda Info | Par - Җ€BIЯ - - 7 Février 2008 modifié le 7 Février 2008 - 03:15


Excellence Monsieur le président, le peuple tchadien vous demande de faire preuve de grandeur d’âme pour arrêter l’hémorragie que vous venez de causer au peuple tchadien. Montrez que vous êtes pour la RUPTURE avec les dictateurs africains.


Lettre ouverte d'un citoyen Tchadien à Nicolas Sarkozy, Président de la France
M. Nicolas Sarkozy
Président de la République
Palais de l’Elysée
55-57 Rue du Faubourg Saint Honoré
75008 Paris Cedex, France
Fax: 011 33 1 47 42 2465

C/0
M. Bernard Kouchner
Ministre des Affaires étrangères et européennes
37 Quai d’Orsay
75351 Paris Cedex 07, France
Fax: 011 33 1 45 51 6012


LA LETTRE OUVERTE DU COLLECTIF DE LA RESISTANCE AU PRESIDENT SARKOZY

Excellence Monsieur le président,
Devant le péril de la barque nationale de mon pays le Tchad, je prends la responsabilité de vous écrire en ce jour 6 Février 2008, pour vous faire les remarques suivantes en vue d’un sursaut patriotique pour le sauvetage du peuple tchadien en détresse.

Pendant votre campagne pour les élections présidentielles en France, vous avez fait de la RUPTURE votre slogan politique. Tout le monde a salué cet acte de portée hautement symbolique dans un pays où la mégalomanie des hommes habitués du pouvoir n’est plus à démontrée.

Mais quelques mois après, les africains comme les français ont eu, un goût amer sur les lèvres et beaucoup se demandaient sceptique comment les pays africains qui ressemblent à l’équipage d’un navire abandonné en pleine tempête sur une mer démontée par son capitaine avec le seul canot de sauvetage, et, qui par miracle est arrivé au port de la RUPTURE, pourrait éviter de bon sens à porter son dévolu sur un capitaine , fut-il de la RUPTURE pour un autre voyage plus lointain et moins périlleux que le précédent.

Ironie du sort ! Ô peuple sans mémoire, condamné à la fange, au destin funeste et cruel ! Vous êtes élu président de la France et vous avez choisi une rupture avec le peuple et non ses leaders pour conduire la Franc-Afrique qui avait laissé l’Afrique au port du désespoir. Désenchantement de la raison dit- on !

Certains présageaient le chaos après les tyrans après votre élection, d’autres le statu quo ante après vos premières sorties publiques sur l’immigration, le test ADN pour la réunification familiale, etc.,
Excellence Monsieur le président, depuis votre accession au pouvoir, la France comme aussi bien l’Afrique n’est pas dirigée. Et, vint l’Arche de Zoé et ses 103 enfants tchadiens qui furent le saut de tout un peuple vers l’abîme effrayant du désespoir.

Excellence Monsieur le président, dans toutes les communautés et dans tous les pays civilisés du monde, de la nuit des temps à aujourd’hui, les bandits, les criminels, les assassins, les kidnappeurs, les voleurs, les brigands sont considérés comme des gens qui nuisent à la paix et à la stabilité d’une nation, et les hommes de la RUPTURE s’organisent en mettant tout en œuvre pour qu’ils soient mis hors d’état de nuire.

Et, on se demande avec effroi comment aujourd’hui, la France de la RUPTURE doit-elle servir de laboratoire expérimental pour permettre la cohabitation des citoyens paisibles avec les brigands et ceux qui détruisent la société au profit d’une force applaudie par la population martyrisée ?
Revêtu de quel masque, une France en mal de puissance ou d’hégémonie oserait imposer ou proposer son service militaire à un pays tenu par un dictateur de mâter son opposition, alors que chez elle, le dialogue est une valeur et une exigence de la démocratie ?

Excellence Monsieur le président, la nation tchadienne a besoin de savoir si vous et votre gouvernement avez fait option préférentielle pour les hors la loi au grand drame de toutes les familles tchadiennes ?

Pour combien de temps encore tout un peuple, de ceux qui sont à la mamelle jusqu’au dernier des vieillards, doivent être, au grand mépris de votre pays, la France , spécialement celle de la RUPTURE ?
Est-ce que pour continuer à survivre dans ce pays qui est nôtre, tout le monde doit se transformer en tyran ou en hors la loi ? De l’avis de tous, les bandits sont accompagnés, encadrés et récompensés pour tous les crimes et les actions abominables qu’ils ont perpétrés contre la nation par la France de la RUPTURE.

Excellence Monsieur le président, le Tchad n’a jamais été aussi en danger et la vie collective n’a jamais été aussi menacée depuis 18 ans.

En maintenant un régime désavoué par le peuple tchadien, la France , celle de la RUPTURE devient le premier responsable de ce désastre et il est navrant de constater comment vous abandonnez le peuple au détriment d’un homme qui sollicite votre armée pour mettre son pays à la foudre des chars de combats et à l’hypocrisie des impies rebelles aux régime soudanais qui sont venus ajouter à nos malheurs l’absinthe et le poison de leur haine séculaire le président El Béchir du Soudan.

Excellence Monsieur le président, il nous est très pénible de comprendre votre prise de position et contribution ; et celle de votre gouvernement au drame tchadien.
Le message que nous recevons de ce style de leadership nous donne l’impression que nous sommes en train de vivre le renversement total des valeurs de Jaurès, de Blum, etc.…et que notre survie doit désormais dépendre de notre seule férocité.

D’aucun dirait, Monsieur le président, que vous n’avez que quelques mois au pouvoir et que vous êtes encore à votre période de rodage. On n’a pas besoin d’être grand clerc pour voir que vous êtes mal parti. Un pays en crise multiforme ou généralisée ne peut être dirigé comme un pays normal ; un pays en agonie ne peut-être gouverné par des improvisateurs ; pour toute situation exceptionnelle, il faut des hommes exceptionnels et des mesures exceptionnelles. C’est le cas du Tchad que votre assistance au régime vient d’envoyer en exile 20000 citoyens.

Excellence Monsieur le président, nous vivons l’heure du grand défi, l’heure des grandes décisions. Il faut un homme de vision et de volonté, un homme qui a le sens des grandes responsabilités avec une équipe de patriotes avisés, capables de privilégier les seuls intérêts du Tchad en désarroi.

Excellence Monsieur le président, le peuple tchadien vous demande de faire preuve de grandeur d’âme pour arrêter l’hémorragie que vous venez de causer au peuple tchadien. Montrez que vous êtes pour la RUPTURE avec les dictateurs africains. Nous et nos femmes, nos fils et nos filles, nos pères et nos mères, nos grands parents, nos proches et nos voisins … le pays tout entier, la postérité enfin vous seront reconnaissants.

Félix Ngoussou,

Un Citoyen Tchadien.
info@tchadforum.com



Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 63205229 ; 66304389 ; 63415139  (Bureau N'Djamena)