Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Libye: La méthode couteuse d'Haftar pour sécuriser la frontière avec le Tchad


Alwihda Info | Par Info Alwihda - 27 Septembre 2017

Sa solution, "mettre en place des camps mobiles comprenant 150 hommes tous les 100 km au minimum".


Le Maréchal libyen Haftar. Crédits photo: sources
Le Maréchal libyen Haftar. Crédits photo: sources
"Mes soldats sont en attente, je contrôle plus de trois quarts du pays, mais il me manque des moyens", a récemment déclaré le Commandant des forces armées libyennes, le Maréchal Khalifa Haftar, dans une interview accordée au journal italien Corriere della Serarendue.

Le Maréchal libyen a également appelé à "travailler ensemble pour arrêter le flux des réfugiés le long des 4.000 km de frontières désertiques libyennes dans le Sud".

Sa solution, "mettre en place des camps mobiles comprenant 150 hommes tous les 100 km au minimum". Ainsi, pour sécuriser la frontière terrestre tchado-libyenne longue de 1055km, il faut envisager pas moins de 10 checkpoints militaire, et un effectif minimum de 1500 hommes, entrainés, nourris, logés et suréquipés en permanence.

Les besoins listées par le maréchal libyen comportent "la formation des gardes-frontières, des munitions et des armes, des véhicules blindés et des jeeps tout-terrain, des avions sans pilote (drones), ainsi que les équipements anti-mines, des jumelles de vision nocturne et des hélicoptères".

Le plan est envisagé dans la durée, soit "20 ou 25 ans", selon le Maréchal libyen qui évalue le coût de l'opération à "20 milliards de dollars" pour l'ensemble de la bande frontalière du sud de la Libye, dont celle avec le Tchad. Proportionnellement, la sécurisation de la frontière Libye-Tchad devrait environ couter 5 milliards $. Ce dernier s'est d'ores et déjà tourné vers les partenaires européens pour espérer obtenir un vain financement. 

La stratégie libyenne vise à mettre fin au flux migratoire, aux trafics en tout genre, et à l'insécurité.








TRIBUNE & DEBATS