Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ANALYSE

Macky enterre le PDS et ressuscite le PS


Alwihda Info | Par Mor DIOP - 11 Décembre 2014


Que ceux qui rêvent de retrouvailles de la famille libérale se le tiennent pour dit. Ce ne sera pas demain la veille. Les actes posés par le président Macky Sall ces derniers temps, précisément durant le sommet de la Francophonie et le gala de la Fondation Abdou Diouf Sport et Vertu le prouvent amplement.

C’est sûr que le président Macky Sall commence déjà à fourbir ses armes en vue des prochaines élections présidentielles de 2017 ou 2019. Peut importe ! Seulement, au moment où le Président Wade et le Pds déroulent leurs stratégies pour neutraliser et marginaliser le pouvoir, le Président Sall de son côté déroule son plan d’action. De grandeur nature ! A preuve, lors de la cérémonie de remise des prix au gala de la Fondation « Abdou Diouf Sport et Vertu », ce dernier avait levé un coin du voile en disant : « Les enjeux étaient énormes durant ce sommet de la Francophonie »

En termes d’enjeux, oui et il l’a bien dit, il y en avait. Au plan international certes, avec des retombées diplomatiques et économiques, mais aussi au plan national avec une préparation des élections présidentielles de 2017. Et sur tous ces plans, Macky Sall a fait une bonne récolte. D’abord le succès éclatant de l’organisation du Sommet, ensuite la sympathie et la confiance qu’il a tirées de la famille socialiste après avoir rendu les honneurs au président Abdou Diouf.

On n’a jamais aussi connu le Président Macky Sall en expert sensible en fibres du cœur : décorations, baptêmes, reconnaissances, politesses etc, jamais dans l’histoire politique du Sénégal, on n’a vu un président en exercice rendre autant d’honneurs à son prédécesseur.

Et pour rendre la politesse, le Président Diouf ne s’est point gêné, lui jadis réservé, à chanter le Président Sall. Morceaux choisis en pleine francophonie : « Sagal nga ma, guereum naala, sant naala ». Et durant le gala de la Fondation, Diouf s’est emballé « Désormais vous êtes le gardien de la constitution » Et dernièrement à Louga « Lou ndjin ndiak président Macky Sall moy Ndiak ». Décidément ! C’est à se demander même si le Président Diouf ne porte pas lui-même le combat politique entre Macky et Wade ou alors livre-il sa dernière bataille contre celui qui le surnommait « Ndiamalaa» durant les chaudes années Sopi…

Khalifa Sall, le maire de Dakar a dit que le Président Diouf ne fait rien de gratuit. Et faites attention à l’hommage qu’il a rendu à El Hadj Mansour Mbaye « Rendons à César ce qui appartient à César, vous m’êtes toujours resté fidèle en m’appelant gardien de la Constitution et moi aussi, je vous appelle gardien de la Constitution, mais le vrai gardien de la Constitution, c’est le président Macky Sall ». Cela veut tout dire et cela vaut son pesant d’or.

Ainsi le Président Macky Sall s’est trouvé un nouveau père en la personne de Abdou Diouf et une nouvelle famille politique les socialistes. Pour homologuer cette filiation, Macky a tenu à rappeler « Le jour de sa nomination en tant que gouverneur de la région du Sine Saloum, naissait un garçon en la personne du Président Sall ».

Par là, le président Sall a conquis le cœur des Socialistes aussi bien les barons comme on les appelait que les militants et sympathisants. Parce que l’aréopage présent lors du gala de la fondation « Abdou Diouf Sport Vertu » le prouve largement. Tout ce que le PS (parti socialiste) compte comme mohicans ou derniers mohicans était présent. Le Président Diouf lui-même, ces anciens Premiers ministre, ces anciens ministres, ces anciens directeur généraux, ces anciens collaborateurs, tous, ont rendu un vibrant hommage au Président Sall.

Par ce fait, le PS a réussi encore une seconde prouesse apres celle de revenir au pouvoir seulement deux ans après avoir été rejeté par la population. Les Sénégalais ne s’en rendent peut être pas compte, mais ils ont fait revenir toute la famille socialiste au pouvoir, fut-il un pouvoir virtuel à l’exception d’un Djibo Ka. En plus qu’il occupe un bon pourcentage de l’exercice du pouvoir actuel (Ministères stratégiques, comme Education nationale, Elevage, Assemblée nationale (c’est toujours la famille d’origine), les directions et ambassades et autres postes discrets).

Apres les déclarations du Président Moustapha Niass de ne point se présenter aux prochaines élections présidentielles, donc en faveur du président Sall, ce dernier vient de porter un autre coup politique au Président Wade en ayant la famille « verte » comme alliée sûr et en enterrant sa famille « bleue » d’origine ou le Pds (Parti démocratique sénégalais).

Par là, le Président Macky Sall tient la dragée haute face à ses futurs adversaires, car l’AFP (Alliance des forces de progrès) de Moustapha Niasse et le PS de Diouf et de Tanor, constituent à eux seuls près de 25% de l’électorat sénégalais précisément 24,5% selon les résultats du premier tour de 2012 ; quand on sait que les militants et sympathisants du PS sont et resteront toujours fidèles à leur parti.

Avec le démarrage de l’autoroute Thiès- Touba, les réelles chances des Lions du football pour la prochaine Coupe d’Afrique des nations (CAN), l’accélération dans son exécution du PSE (Programme Sénégal émergent), il y a de fortes chances que Sall l’emporte devant ses futurs adversaires et ce ne sera pas surprenant dés le premier tour. Car l’histoire politique du Sénégal surtout de ses élections, nous montre que jamais aucun president n’a perdu devant ses adversaires pour briguer un second mandat.

En dernier lieu, ce qui se passe chez Wade joue en faveur de Macky Sall. Et les renouvellements des instances du PDS le prouveront largement si jamais un Karim Wade portera l’étendard du PDS pour les prochaines présidentielles. Car il est évident que Aliou Sow, Thiérno lô (c’est déjà fait) ou Souleymane Ndéné Ndiaye et les autres y regarderont de très près pour soutenir Wade fils si jamais le choix entre Karim et Macky se présentait. Ils créeront leur parti ou mouvement et les yeux fermés, ils pencheront pour Sall. La position du dernier Premier ministre de Wade est un exemple avec sa position ferme de ne pas s’aligner derrière Karim Wade si jamais celui-ci est élargi de prison et investi par le PDS. A tort ou à raison, Madické Niang est soupçonné d’un probable rapprochement avec Macky. Vu ce qui précède, un enterrement de première classe est fait au PDS.

Mor DIOP
Journaliste
Spécialiste des questions diplomatiques et stratégiques. mordiopp@gmail.com