Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Paix et sécurité en RDC : les assises de Brazzaville soutiennent l’Accord-cadre d’Addis-Abeba


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 20 Octobre 2017 modifié le 20 Octobre 2017 - 19:00

Les lampions de la 8ème réunion de haut niveau du mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la Région se sont éteints dans la soirée, du 19 octobre 2017, au centre international de conférence de Kintélé au Congo, après quatre heures de travaux. A l’issue de ces assises, les chefs d'Etat et de gouvernement ont réaffirmé leur soutien à l’Accord-cadre d’Addis-Abeba qui reste le mécanisme essentiel d'une paix durable en RDC et la région.


Après la clôture du 7ème sommet de la Conférence Internationale sur la Région des grands Lacs, les chefs d’Etat et de gouvernement ainsi que les hauts cadres des Nations Unies et de l’Union Africaine ont mis le cap sur la 8ème réunion de haut niveau du mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la RDC et la Région.

Au sujet de la paix et la sécurité en RDC, les chefs d’Etat et de gouvernement ont réaffirmé que l’Accord-cadre reste un mécanisme essentiel pour parvenir à une paix durable et à la stabilité en RDC et dans la région et se sont à nouveau pleinement engagés à le mettre en œuvre puis ont approuvé à cet égard le rapport de la réunion des Ministres des Affaires étrangères des pays signataires de l’Accord-cadre, tenue le 17 octobre 2017 à Brazzaville et le rapport annuel du Comité d’appui technique de 2017.

La réunion de Brazzaville a également approuvé la liste actualisée des activités prioritaires du Plan d’action régional en vue de la mise en œuvre des engagements régionaux pris au titre de l’Accord-cadre et prié le Comité d’appui technique de présenter un rapport sur sa mise en œuvre à l’occasion de la dixième Réunion de haut niveau du Mécanisme régional de suivi tout en se félicitant de la retraite tenue par le Comité d’appui technique les 4 et 5 mai 2017.

Les chefs d’Etat et de gouvernement n’ont pas manqué de saluer les progrès réalisés dans la mise en œuvre du Plan d’action régional, notamment à la réunion régionale des Ministres en charge de la jeunesse tenue à Livingstone (Zambie) du 7 au 9 juin 2017 et à celle consacrée à l’exploitation et au commerce illicites des ressources naturelles organisée les 5 et 6 juillet 2017 à Nairobi par le Bureau de l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs et le secrétariat de la CIRGL puis à la création du Réseau de coopération judiciaire de la région des Grands Lacs en novembre 2016 à Nairobi.

Des encouragements ont été adressés au secrétariat de la CIRGL et aux Bureaux de l’Envoyé spécial du Secrétaire général de l’ONU pour la région des Grands Lacs et le Représentant spécial de l’Union Africaine pour la région des Grands Lacs pour qu’ils continuent à renforcer leur collaboration aux fins de la mise en œuvre du Pacte de la CIRGL et de l’Accord-cadre ainsi qu’a l’ONU pour qu’elle œuvre avec les pays de la région à la promotion de la coopération transfrontière, notamment dans le cadre de la mise en œuvre de son Cadre stratégique régional pour les Grands Lacs.

Au Bureau de l’Envoyé spécial pour la région des Grands Lacs, agissant en consultation avec le secrétariat de la CIRGL, la SADC et l’Union africaine, il a été demandé d’organiser des réunions régulières pour faire le point sur l’application de la Déclaration de la Plateforme des femmes pour la mise en œuvre de l’Accord-cadre adoptée à Goma (RDC) en juillet 2016.

Au regard de l’augmentation considérable des déplacements dans la région des Grands Lacs au cours de l’année écoulée, le nombre total de personnes déplacées s’établissant aujourd’hui à plus de 7 millions et celui de réfugiés et de demandeurs d’asile à 3,5 millions, la 8ème réunion de haut niveau a souligné la nécessité d’assurer la sûreté et la sécurité des civils.

Les acteurs nationaux, régionaux et internationaux ont été exhortés, à cet effet, afin qu’ils continuent à répondre aux besoins humanitaires urgents et à trouver des solutions durables pour les personnes déplacées, les réfugiés et les demandeurs d’asile. Par la même occasion l’Envoyé spécial du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs a été encouragé pour la tenue des consultations avec les parties prenantes concernées afin de continuer de promouvoir des solutions durables aux déplacements dans la région.