Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
AFRIQUE

Réforme de l’UA : Gibert Bawara désigne Brazzaville comme le centre de toutes les initiatives


Alwihda Info | Par Olive Jonala - 2 Novembre 2016 modifié le 2 Novembre 2016 - 19:22

Ancien président de l’OUA, de 1986 à 1987, l’expérience de président Denis Sassou N’Guesso pourrait être salvatrice dans le cadre de la réforme de l’Union Africaine. Reçu en audience, ce 31 décembre 2016 à Oyo, à environ 400 km au nord Congo, le ministre togolais de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative pense que toutes les initiatives « auront vocation à passer par Brazzaville pour leur bon aboutissement. »


Poignée de Main entre Denis Sassou N'Guesso et Gilbert Bawara
Poignée de Main entre Denis Sassou N'Guesso et Gilbert Bawara
L'envoyé spécial du président togolais Faure Gnassingbé a transmis au président de la République du Congo une correspondance du président Togolais dont la teneur n’a pas été révélée à la presse.

Mais devant les micros, le ministre togolais n’a pas manqué de rappeler, la détermination de deux chefs d’Etat et de deux pays à renforcer et à approfondir leurs relations d’amitié, de fraternité, de solidarité et de coopération. La question de la réforme de l’Union Africaine ne pouvait pas passée sous silence. C’est pourquoi Gilbert Bawara a renchérie qu’ « Il y a plusieurs sujets d’intérêts communs qui nous lient, y compris dans le cadre de la réforme de l’Union Africaine. »

De l’ambition des Chefs d’Etat, a dit l’envoyé spécial togolais, il est visé, à travers cette réforme envisagée de l’UA, la mise sur pied d’une organisation africaine plus dynamique et plus active, qui devrait avoir plus de moyens d’actions dans la résolution des problèmes africains. Et l’un des problèmes saillants est celui de la paix, la stabilité du continent, mais aussi le développement économique et social de l’Afrique.

Et pour lui, dans le cadre de ces réformes, un travail de fond est en train de se faire. Afin d’aboutir à des résultats probants et bénéfiques pour l’institution continentale, il apparait indispensable de s’appuyer sur l’expertise et la vision des chefs d’Etat africains qui ont une longue carrière et expérience.

A ce sujet, le ministre togolais a soutenu qu’ « actuellement en Afrique, il n’y a pas beaucoup de Chefs d’Etat comme le président Denis Sassou-N’Guesso, qui ont une longue expérience, qui connaissent le fonctionnement à l’époque de l’OUA et aujourd’hui de l’Union Africaine et qui peuvent guider le processus de réformes de notre institution panafricaine. Voilà pourquoi toutes les initiatives auront vocation à passer par le Congo Brazzaville pour leur bon aboutissement. » Aussi, faut-il en déduire que c’est à ce titre que la personnalité de Denis Sassou-N’Guesso est sollicitée, dans l’optique de donner une nouvelle impulsion à l’Union Africaine.


Gratitude du Togo à Denis Sassou N’Guesso

Gilbert Bawara a indiqué qu’après le sommet de Lomé sur la sureté et la sécurité maritimes et le séjour à Brazzaville du président Togolais consécutif à ce sommet, il était de bon aloi de faire ce déplacement d’Oyo, pour transmettre au chef de l’Etat du Congo, la gratitude du Togo tout entier.

« Même si le président Faure était lui-même à Brazzaville il y a quelques jours, il a estimé qu’il était de bon temps que je vienne réitérer à son grand frère et homologue le président Denis Sassou-N’Guesso la gratitude de lui-même, du gouvernement et du peuple Togolais, pour la contribution particulière que le président Sassou-N’Guesso a apporté lors de ce sommet et dans le processus d’adoption de la charte africaine sur la sureté et la sécurité maritime. » A soutenu Gilbert Bawara.

En effet, selon l’émissaire du président togolais, Denis Sassou-N’Guesso « a joué un rôle déterminant dans la conduite des travaux du sommet et dans l’adoption de la charte africaine sur la sécurité et la sureté maritime. » C’est bien cette participation active et bénéfique du président Denis Sassou-N’Guesso au sommet de l’Union Africaine sur la sureté et la sécurité maritime que tout le Togo tient à reconnaitre, à travers ce message transmis par le ministre togolais.

A noter que, le président de la République du Congo poursuit son séjour de travail dans la Cuvette. Comme par tradition, ce 1er novembre, fête de la Toussaint, Denis Sassou-N’Guesso a honoré la mémoire de ses parents décédés. L’observation de ce rituel a commencé, au cimetière familial d’Oyo, où il a rendu hommage à sa mère Emilienne Mouebara, décédée en Mai 1982, avant de se terminer à Edou, en s’inclinant sur les tombes de sa fille ainée et épouse du chef de l’Etat Gabonais, Edith Lucie Bongo Ondimba et de son père Julien Nguesso.