Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
INTERNATIONAL

Réunion de Haut niveau sur la Libye à New York : Allocution d'Idriss Déby


- 27 Septembre 2014

Allocution de SEM IDRISS DEBY ITNO,Président de la République du Tchad, Chef de l’Etat,
A La Réunion de Haut niveau sur la Libye
New York, 25 Septembre 2014


Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies ;
 
Mesdames, Messieurs les Chefs d’Etat et de Gouvernement,
 
Distingués Invités ; 
 
Mesdames, Messieurs.
 
Avant tout propos, qu’il me soit permis de saluer la tenue de la présente concertation de haut niveau sur la Libye en proie à une crise sans précédent depuis la chute du régime de Gadhafi. En effet, la situation en Libye est très grave et constitue une menace pour la stabilité de la sous région. D’ailleurs les conséquences se sont déjà faites sentir dans la plupart des pays voisins et au-delà. 
 
La confusion est totale entre les Institutions de transition et les différents groupes armés qui cherchent à se légitimer par la force des armes. Les interférences étrangères accentuent cette confusion, radicalisant ainsi les positions des uns et des autres et fragmentant davantage la société libyenne. 
 
A cela s’ajoutent les violations massives des droits de l’homme et les velléités sécessionnistes. Face à cet indescriptible chaos, la Communauté Internationale et l’Afrique en particulier ont le devoir d’aider ce pays à retrouver la stabilité et la cohésion. 
 
Comment procéder et avec quels moyens ? Je crois que c’est là l’objet de notre concertation de ce matin.
 
Mesdames Messieurs,
 
En ma qualité de Président du Conseil de Paix et de Sécurité de l’Union Africaine pour le mois de Septembre 2014, je voudrais partager avec vous les conclusions de sa 459ème réunion, tenue ici même à New York le 23 septembre dernier. Celle-ci résume les nombreuses initiatives qu’illustrent les réunions de Paris, Rome, Rabat, Tunis, le Caire et tout récemment Madrid. 
 
Le Conseil de Paix et de Sécurité a entre autre, décidé de la mise en place d’un Groupe de contact international comprenant les représentants des pays voisins et les Partenaires. Il a proposé également la mise en place d’un comité de Haut niveau des Chefs d’Etat et de gouvernement afin d’accompagner le processus de paix et de reconstruction en Libye.
 
Enfin, le Conseil de Paix et de Sécurité a rappelé, dans le prolongement des résolutions 1070 et 2174, les principes intangibles et non négociables, sur lesquels nous devrions tous apporter notre soutien. 
C’est notamment l’unité et l’intégrité de la Libye, la non ingérence dans les affaires intérieures, la lutte contre le terrorisme, la cessation des hostilités et la tenue d’un dialogue inclusif.
 
Mesdames Messieurs,
 
Vous conviendrez avec moi que le respect de ces principes et leur mise en œuvre, tiennent tant aux rapports de force sur le terrain qu’à la volonté politique des protagonistes libyens. Par conséquent, toutes les initiatives que nous prendrons seront vaines, si elles ne reçoivent pas l’adhésion des acteurs politiques et des groupes armés.
 
Le besoin d’une forte coordination et d’une synergie d’action s’avèrent plus qu’une urgence si l’on veut que nos efforts soient couronnés de succès. A cet égard, je salue la nomination d’un Représentant Spécial du Secrétaire Général pour la Libye et d’un Envoyé Spécial de l’Union Africaine.
 
Partant du principe de subsidiarité et de l’expérience tirée de la gestion de la crise en République centrafricaine, j’en appelle à une plus grande implication de l’Union africaine et celle des pays voisins de la Libye. Tout en reconnaissant la légitimité de la Chambre des Représentants élue en Juin dernier, nous insistons sur la nécessité d’engager un dialogue national inclusif en Libye.
 
Par ailleurs, j’exhorte nos frères libyens à privilégier le dialogue en vue d’un retour définitif de la paix dans ce pays meurtri. Ils doivent prendre conscience du tort qu’ils font à leur pays et aux populations qui n’aspirent qu’à la paix.
 
Je vous remercie.