Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Sénégal / Tchad : Le procès de Hissène Habré lié aux bailleurs de fonds


Alwihda Info | Par Djamil @ - 22 Janvier 2009 modifié le 22 Janvier 2009 - 07:32

Le directeur des Affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice sénégalais a réaffirmé hier, la volonté du Sénégal de juger l’ancien dictateur tchadien Hissène Habré. Demba Kandji a toutefois indiqué que le procès ne pourrait démarrer « qu’une fois que les fonds nécessaires seraient rassemblés pour la tenue du procès ». Le Sénégal où Habré vit en exil, a été mandaté par l'Union africaine pour organiser son procès pour crimes contre l'humanité, crimes de guerre et actes de torture.


Sénégal / Tchad : Le procès de Hissène Habré lié aux bailleurs de fonds
« Nous sommes bien décidés à juger Hissène Habré. Nous avons réformé notre code pénal, nous n’attendons que les moyens financiers pour démarrer le procès ». C’est en substance, ce qu’a déclaré ce mercredi, Demba Kandji.

Selon le directeur des Affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice sénégalais, les réformes judiciaires sont bouclées. Le droit du pays est donc conforme aux instruments juridiques internationaux, ce qui permet la tenue du procès de l’ex-dictateur tchadien.

Un début du procès pour 2009 ?

En ce qui concerne le financement du procès : « La position du Sénégal n’a pas varié », a dit Demba Kandji. « La somme nécessaire pour un procès juste et équitable, c’est 18 milliards de francs CFA ».

Monsieur Kandji a indiqué qu’une requête détaillée allait être soumise aux bailleurs de fonds, et notamment à l’Union européenne. Mais, il a martelé : « Pas question que le procès ne commence sans que la totalité des financements ne soit obtenue ».

« Le Sénégal n’entend pas s’immiscer dans la gestion de ces fonds », a précisé le directeur des Affaires criminelles et des grâces du ministère de la Justice sénégalais.

« Tout ce que nous voulons, c’est que cet argent soit mobilisé pour permettre la tenue du procès de bout en bout. On ne voudrait pas se retrouver avec le bec dans l’eau à mi-parcours ». Et, de conclure : « Nous espérons un début du procès pour 2009, mais s’il n’y a pas de volonté de financer, nous n’y pouvons rien ».