Accueil
Envoyer à un ami
Imprimer
Grand
Petit
Partager
ACTUALITES

Soudan : Le président Omar el-Béchir face à une probable inculpation


Alwihda Info | Par Djamil @ - 15 Février 2009


Tandis que se profite la décision concernant l’inculpation probable du président Omar el-Béchir devant la CPI pour crimes commis au Darfour, on se bouscule dans les couloirs d’ambassade… Cette semaine aura vu se multiplier à travers le monde toute une série de manœuvres diplomatiques. L’enjeu : la première condamnation d’un chef d’Etat en exercice par la Cour pénale internationale. Ce samedi, le Soudan a reconnu l’échec de ces initiatives.


Soudan : Le président Omar el-Béchir face à une probable inculpation
Pas un jour ne passe sans que l’on en parle. Lundi dernier, à Doha, quelques pointures du régime de Khartoum et des leaders du Mouvement rebelle darfourien justice et égalité (MEJ) se réunissent. Cette rencontre, arbitrée par le médiateur de la mission des Nations-unies et de l’Union africaine au Darfour, se veut un geste positif de la part de Khartoum.

Le lendemain à New York, Ban Ki-Moon, le secrétaire général des Nations Unies, refroidit l’ambiance, invitant Omar el-Béchir à coopérer avec la Cour Pénale Internationale, une instance que le Soudan ne reconnaît pas.

Mercredi, des fonctionnaires anonymes des Nations Unies donnent à leur tour de la voix via la presse internationale. Cette fois, c’est sûr : le président soudanais serait bel et bien condamné, probablement pour crimes de guerre et crime contre l’humanité.

Jeudi, grosse journée : la France et la Grande-Bretagne annoncent finalement qu’elles ne suspendront pas les poursuites de la CPI contre le président Béchir. L’Union africaine et la Ligue arabe, elles, plaident pour une suspension.

Le soir même, à l’ambassade de Chine, à Khartoum, petite anecdote : on fête les cinquante ans de l’amitié sino-soudanaise.

Vendredi, coup de théâtre : Luis Moreno-Ocampo en personne, le procureur de la CPI, affirme qu’aucune décision n’a été arrêtée. Dans ce brouhaha diplomatique, le président Béchir peut compter sur un dernier soutien de poids : hier matin, le ministre des affaires étrangères égyptien était à Khartoum. Cela ne changera rien à une décision apparemment irréversible.



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 14 Février 2024 - 00:30 AFCON 2023 results: Phoenix rising fromthe ashes


Pour toute information, contactez-nous au : +(235) 99267667 ; 62883277 ; 66267667 (Bureau N'Djamena)